Archive

Archive for décembre 2014

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens | Le 23 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Israël en France. « Je ne crois pas que l’accroissement de la pression diplomatique  sur Israël soit une clé du processus de paix;  elle peut vite devenir contreproductive, estime le spécialiste Bruno Tertrais interrogé par Jean Dominique Merchet sur les multiples actes de reconnaissances unilatérales de l’Etat Palestinien par des parlements de pays européens (l’Opinion).

« L’appel des intellectuels israéliens ne représentent pas grand-chose. » Le centre et une partie de la gauche n’y sont pas favorables », estime le spécialiste du Proche Orient qui estime que «  »François Hollande est sincèrement préoccupé par le sort d’Israel ».

L’Iran et le Hezbollah, ennemis numéro 1 d’Israel. « Le Hezbollah n’est pas un simple instrument de l’Iran, il n’est rien sans lui ». « Israel est ainsi impliqué de manière indirecte dans le conflit syrien, parce qu’il y est en guerre contre le Hezbollah  et l’Iran. »

Il est évident qu’on ne peut accepter une bombe atomique iranienne, analyse Renaud Girard dans le Figaro, « mais il est tout aussi évident qu’on a aujourd’hui plus besoin que jamais de la Perse » pour stabiliser le Moyen Orient.

« La France qui s’y connait en industrie nucléaire est la mieux placée pour trouver un accord non proliférant (..) en les aidant dans leur programme d’énergie civile. » (Figaro)
A Noter. L’idée est qu’ils deviennent des passeurs de mémoire, explique un enseignant dans la double page qu’accorde Libération à la visite de jeunes apprentis français à Auschwitch.    « J’en ai déjà entendu dire qu’ils en parleraient à leurs enfants, ajoute- t-il,  ou qu’ils réfléchiraient avant de voter.». Antony, n’a pas hésité quand sa mère lui a demandé de raconter Auschwitz : «Je me suis lancé, et ça n’est pas simple.»  » A Auschwitch, j’ai vu, et je crois  ce que je ressens », Véronique Soulé, Libération.

Terrorisme : « Manuel Valls sonne l’alarme : « Jamais la France, n’a connu un aussi grand danger  » (Une Figaro, Les Echos). Le 1er Ministre Manuel Valls appelle à la vigilance et au sang-froid de tous mais refuse d’évoquer des actes terroristes pour Dijon et Nantes tout en admettant que des terroristes  » ont parfois des profils psychiatriques inquiétants » (Europe 1 – 8h20)
Les médias peuvent-ils influencer le passage à l’acte d’un déséquilibré ?
Il pourrait s’agir d’un phénomène de mimétisme qui rappelle les agressions du clown selon un responsable de la police (Europe 1, 7h15 et Le Parisien)

Mais Face à la violence extrême, écrit Guillaume Goubert dans l’édito de la Croix, comment ne pas s’interroger sur la possibilité d’une ramification du terrorisme djihadiste sur le territoire français. Car « Allah Akbar est à la fois, un appel à la prière et un cri de guerre », explique la journaliste Anne Bénédicte Hoffner du quotidien catholique la Croix.
Coups de folies ou attentats terroristes s’interroge le Parisien à sa Une pour qui, désormais, la peur règne sur Noël,  tandis que pour Libération, « Le conducteur de Dijon, faux terroriste mais vrai fou »
Attention à  » la volonté pour certains de minimiser la signification de ces gestes, prévient Paul Henri du Limbert dans le Figaro. « Ces Français qui décapitent au nom d’Allah ? Sont-ils de terroristes ou des déséquilibrés ? La réponse actuel est politique selon l’éditorial du Figaro qui estime que « la gauche n’est pas prête  pour ce débat fracassant que la présence grandissante de l’islam radical en France impose. »


Attentat à la voiture bélier et au couteau.
Il faut noter que les titres de presse sont plus orientés vers la piste terroriste que ne l’est le traitement éditorial des Jt de 20h lundi ou des journaux d’informations des principales radios généralistes mardi matin.
Une voiture fonce  volontairement sur les passants du marché de Noël à Nantes.  Un scénario qui rappelle celui de Dijon » (France Inter, journal de 8h)
La piste terroriste a priori écartée par les autorités françaises.
« On ne peut pas parler d’acte terroriste, a déclaré la procureur de Nantes ».
Pas de visée politique ou religieuse, déclare Bernard Cazeneuve. « Un acte qui n’a pas de fondement politique ou exprime une radicalité religieuse » estime le Ministre de l’Intérieur.
Une succession de drames qui n’auraient aucun lien n’entre eux, bien que  l’agression des policiers de Joué les Tours, relève aujourd’hui pour les autorités françaises de l’islam radical

A Noter. « Nous sommes en guerre contre Daesh. « Une guerre qui n’ose pas dire son nom, nouvelle, étrange et obscure, estime l’académicien Jean D’Ormesson.
« Une guerre qui s’étend de Bruxelles à Toulouse, de New York à Paris, de l’Algérie, de la Libye, du Yémen à l’Afrique du centre et de l’ouest, de Syrie et d’Irak au Pakistan, à Dijon et à Sidney en Australie.  »
« Elle est là, avec ses bombes et ses couteaux. Elle menace – de loin – chacun et chacune d’entre nous. Elle a quitté les champs de bataille et les états-majors pour descendre dans la rue.  »
C’est un mélange de religieux extrémistes et de hors-la-loi. Pour les désespérés, pour les candidats au suicide, le djihad est une raison de vivre et une raison de mourir. Figaro

 

Contexte Proche et Moyen-Orient. 

Terrorisme palestinien.
Huit Palestiniens ont été inculpés lundi pour incitation à la violence et au terrorisme sur Internet. Les huit hommes, arrêtés début décembre sont soupçonnés de faire l’apologie d’attentats, d’incitations à la haine, à la violence et au terrorisme contre des Juifs et Tsahal, à travers des messages et des vidéos diffusés notamment sur les réseaux sociaux. (i24 news)
Quand Arafat louait la loyauté de Rabin. Interrogé par le quotidien israélien Ynet, l’ancien président Clinton a révélé quelques discussions privées lors des accords de Camp David entre le 1er Ministre Rabin et le leader de l’OLP Yasser Arafat.
Pour Arafat la parole de Rabin valait plus que tout contrat écrit. « Il regarda Rabin et répondit », témoigne Bill Clinton lors d’une discussion sur le tracé des frontières : « sa parole vaut plus que tout contrat écrit ».
Le niveau de confiance que Y. Rabin inspirait même à  son adversaire de longue date aura été un incroyable testament de ses valeurs, son caractère, et la preuve que la confiance est toujours plus précieuse que les mots, a commenté l’ancien président démocrate Bill Clinton.


  Service de Presse


 

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens  Le 19 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Le Sud d’Israël à nouveau bombardé depuis Gaza (i24 news). Une roquette palestinienne tirée depuis la bande de Gaza s’est abattue sur Israël vendredi matin. Selon Ynet, le Hamas aurait commencé à renouveler la construction de tunnels d’attaques dans la bande de Gaza et modifié sa stratégie militaire. Il aurait ainsi décidé d’intensifier les tirs de missiles à courte portée pour éviter le Dome de fer israélien anti missiles et de multiplier des attentats terroristes contre Israël.

Terror tunnel (Photo: Reuters)
Tunnel de la terreur (Photo: Reuters)

427105001000100396220

 

Israël en France.  La France pris de court par la stratégie palestinienne à l’ONU ?
Le Monde révèle en effet que l’empressement des Palestiniens à présenter cette semaine leur résolution à l’ONU aurait provoqué des tensions avec les pays arabes et les capitales européennes, dont la France.
Les Français n’étaient pas au courant de la stratégie palestinienne.   Selon les journalistes Alexandra Geneste  et Piotr Smolar du Monde, le représentant palestinien aux Nations Unies, M. Chtayyed,  aurait assuré que  » l’ambassadeur français à l’ONU et le représentant palestinien devaient mettre la dernière main », ensemble, au texte final de  « la proposition palestinienne, largement inspirée des propositions françaises ».  Sauf que les Français n’étaient pas au courant et travaillaient sur un autre texte, révèle le  Monde.

Les pays arabes contre l’initiative palestinienne à l’ONU. « Selon une source citée par le quotidien le Monde,  ayant assistée aux discussions du groupe arabe, l’initiative palestinienne est loin d’avoir fait l’unanimité. »

« La moitié des participants se sont montrés très sceptiques, la démarche des palestiniens a été jugée par beaucoup suicidaire selon un diplomate arabe qui « regrette ce coup d’épée dans l’eau susceptible de saborder la dynamique instaurée par la France. « 

Les Palestiniens veulent sortir des négociations bilatérales sous médiation américaine (Le Monde)
« Le véto des USA ne va plus de soi, » estime un haut responsable israélien. «On suit de très près ce qui se passe à Cuba, confie un haut responsable israélien cité par le Figaro, car les règles du jeu sont visiblement en train de changer. En imprimant un tel virage à sa politique étrangère, B.Obama montre qu’il est décidé à utiliser les deux dernières années de son mandat pour laisser une trace, sans crainte de briser des tabous. Et personne ne sait où cela nous entraîne…»

Si les Palestiniens décidaient de présenter une résolution « réfléchie », les USA n’y verraient « aucun problème », a déclaré John Kerry (Le Monde). Autrement dit si des amendements devaient y être apportés,  afin de l’«équilibrer», la porte-parole du département d’État américain, Jen Psaki, n’a pas exclu que Washington choisisse alors de s’abstenir (Figaro).

« Nous n’accepterons jamais les diktats unilatéraux » a déclaré le premier ministre Netanyahou «  Le président palestinien «pense pouvoir nous menacer en prenant des mesures unilatérales. Il se trompe et ne comprend pas que son pouvoir sera renversé en Judée-Samarie par le Hamas, comme cela s’est passé à Gaza», a-t-il déclaré (Figaro)

Un acte de guerre selon le ministre des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz.  «Nous devons nous préparer à toutes les options, y compris rompre les liens économiques avec l’Autorité palestinienne et cesser de lui transférer les taxes collectées à sa place» (Figaro)
«Le Conseil de sécurité devrait se concentrer sur des sujets plus importants pour la sécurité internationale, a commenté le Ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, telle que la conduite à tenir face aux attaques terroristes auxquelles nous avons assisté cette semaine en Australie et au Pakistan.»( Figaro)

 L’Etat Islamique voudrait prendre le contrôle d’Israel. Direct Matin est le seul quotidien national à rendre compte de cette information. Citant i24 news et la chaine 10 israélienne, le quotidien gratuit rend compte des déclarations de Daesh qui appellent au contrôle de Jérusalem par l’EI, au plus tard dans 8 ans.  » Les Juifs pourraient être alors autorisés à vivre dans le califat à la seule condition de se convertir à l’Islam. »

 

Contexte Proche et Moyen-Orient.
Terrorisme palestinien.
Le Sud d’Israel à nouveau bombardé (i24 news). Une roquette palestinienne tirée depuis la bande de Gaza s’est abattue sur Israel vendredi matin. La sirène d’alarme code rouge a retenti dans la région d’Eshkol, au sud d’Israel,  ne laissant qu’entre 5 et 15 secondes pour se rendre aux abris. Des explosions ont été entendues selon le Haaretz,  ce qui indiquerait que la roquette palestinienne n’a pu être interceptée par le système Dome de Fer et s’est abattue sur Israel. Heureusement, rapportent les médias, il n’y a eu ni dégâts ni victimes.

Le Hamas construit de nouveaux tunnels militaires. Selon Ynet, le Hamas aurait commencé à renouveler la construction de tunnels d’attaques dans la bande de Gaza et modifié sa stratégie militaire. Il aurait ainsi décidé d’intensifier les tirs de missiles à courte portée pour éviter le Dome de fer israélien anti missiles et de multiplier des attentats terroristes en Israel.
Selon des sources palestiniennes de la Bande de Gaza citées par Ynet, c’est après qu’Israël ait permis la circulation limitée de marchandises et matériaux de construction dans la bande de Gaza,  que le Hamas aurait décidé de renouveler la construction des dalles en béton utilisées pour tapisser l’intérieur de ses tunnels militaires d’attaques

 


  Service de Presse


Catégories :Divers Étiquettes : , ,

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français  Le 18 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


Israël en France.  « Les Européens semblent n’avoir rien appris de la Shoah, a commenté le 1er ministre Netanyahou après l’annonce du retrait du Hamas de la liste des organisations terroristes de l’UE pour vice de procédure.

3408051_24

« Nous, en Israel, nous avons appris. Nous continuerons à défendre notre peuple et notre Etat contre les forces de la terreur, de la tyrannie et de l’hypocrisie ». (20 minutes, la Croix)
« Je crois que le Hamas n’a pas sa place dans le monde moderne« , a déclaré jeudi matin l’ancien Président de l’Etat d’Israel sur  Europe 1.  « Ce sont des gens qui veulent seulement tuer. « L’humanité ne peut pas accepter les méthodes terroristes. « Le terrorisme est un fléau international maintenant et qui souligne également notre mission pour l’avenir », estime le prix Nobel de la paix Israélien.

 « Autour de nous nous assistons au retour du moyen- âge » confie un diplomate israélien à Isabelle Lasserre du Figaro.  « Pour l’instant nous avons réussi à rester en dehors du  chaos régional car nous ne sommes pas un acteur majeur de ces conflits. Mais le Moyen-Orient dont nous avions l’habitude est mort.  »
« Ils nous haïssent. » S’exprimant sur Daesh, un responsable israélien explique la position d’Israël en Syrie. « En aidant les modérés, nous espérons empêcher les extrémistes de se rapprocher de nos frontières « . « Ils nous haïssent, ils ont un programme politique ambitieux, un fort leadership et beaucoup d’armes.   »
« Que peut-on obtenir en haïssant les autres », s’est interrogé jeudi matin  le président Pérès pour condamner l’antisémitisme (Europe 1)

« Aujourd’hui nous sommes faces à des groupes armés terroristes qui défient les règles du droit international, constate  le Colonel Eli Bar On.  » (Figaro). Comment faire la guerre lorsque les combattants sont habillés en civil et les roquettes cachées dans les maisons et les écoles.

Résolution palestinienne présentée mercredi à l’ONU.
C’est le projet de résolution français qui aurait  été présentée à l’ONU. Un  texte français mais amendé avec des observations palestiniennes, selon le ministre des affaires étrangères palestinien, Al Maliki cité par Libération.
En cas de véto américain, l’AP irait elle au CPI ? Selon un  négociateur israélien cité par Jean Pierre Perrin  » le risque serait alors grand pour le président Abbas de bruler les ponts avec les USA et que la cour lui demande aussi des comptes, notamment sur les violences commises à Gaza, puisqu’il prétend être le chef de tous les Palestiniens (Libération

Shimon Peres contre le vote du Senat français et de l’assemblée nationale (Europe 1)

« Je suis en faveur d’un état palestinien mais comment y parvenir, par accord ou simple déclaration ?
Ce qu’il faut changer, c’est la situation sur le terrain. « Je  recommande de faire preuve de patience et d’épouser cette nouvelle ère du savoir pour embrasser nos différences. Ce qui il faut changer, ce ne sont pas les résolutions mais la situation sur le terrain.
Cela prendra du temps, prenez le temps de parvenir à cet accord, demande l’ancien chef d’état israélien à l’occasion de sa rencontre avec le Président Hollande.

Sarkozy contre la reconnaissance unilatérale de l’Etat palestinien par le Sénat.
« Jusqu’au dernier moment, l’ex président Sarkozy aurait plaidé auprès des sénateurs de droite selon l’Express, pour qu’ils rejettent la résolution en faveur de la reconnaissance de l’Etat palestinien au Sénat.
 » Juste après le verdict, il était plus que dépité, au point de me demander, confie l’un de ses partisans à Vincent Hugueux, quels sont ceux dans nos rangs, qui avaient approuvé la résolution. A mon avis, ils vont passer un mauvais quart d’heure. »
Sans transitions.
Israel, l’usine mondiale de drones. Toutes les armées du monde en veulent, constate François d’Orcival, qui explique aujourd’hui dans Valeurs Actuelles, comment les Israéliens en sont devenus les premiers fabricants.

La danse israélienne à l’honneur.
« D’où provient l’extraordinaire énergie qui anime les meilleures troupes d’Israel et les plus remarquables de ses chorégraphes s’interroge le journaliste Raphaël de Gubernatis dans l’Obs, après avoir vu les  derniers spectacles de Batsheva au palais de Chaillot et de la compagnie Hofesh Shechter à la Grande de la Villette.


  Service de Presse


Catégories :Divers Étiquettes : , , ,

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens Le 17 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Pérès à l’honneur en France. A l’occasion de la visite privée de l’ancien président de l’Etat d’Israël, Shimon Pérès rencontre mercredi le 1er Ministre Manuel Valls.  Le Prix Nobel de la Paix sera reçu jeudi à l’Elysée par le Président Hollande. « Seule une solution issue de négociations apportera une paix véritable et stable entre les deux parties« , a prévenu l’ancien président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, à  l’issue de sa rencontre mardi avec le chef de la diplomatie française Laurent Fabius (i24 news).

Mark Neiman/GPO

פרס ופביוס

 

Israël en France.  Résolution palestinienne présentée mercredi à l’ONU.
Washington opposera son véto aux Palestiniens, a prévenu John Kerry (Figaro), actuellement en mission afin de tenter de mettre fin à la crise née de la volonté des Palestiniens de soumettre à l’ONU un projet de résolution réclamant la fin de l’occupation israélienne dans un délai de deux ans (Direct Matin)

Une résolution qui pourrait mettre Israël en danger. « Les tentatives des Palestiniens et de plusieurs pays européens d’imposer des conditions à Israel ne conduiront qu’à une détérioration de la situation régionale et mettront Israël en danger  » a déclaré le 1er ministre Netanyahou (Direct Matin)

Une résolution ou un ultimatum ? Les Palestiniens veulent proposer mercredi une résolution à l’ONU qui sonne comme un ultimatum pour Israël. Un texte potentiellement explosif, estime Sébastien Leugénie,  qui explique les réunions d’urgence entre les grandes chancelleries  (France Inter, Journal de 8h).

La France tenterait d’aboutir à un compromis moins radical que la proposition palestinienne afin de permettre aux USA de s’abstenir et à la résolution française d’être votée.
« Les deux parties doivent limiter leurs rêves », mais sur la base des frontières de 67, précise Daniel Cohn Bendit mercredi matin sur Europe 1.
« Une embellie n’est pas si loin  » affirme le chroniqueur car depuis l’annonce de nouvelles élections législatives en Israel,  « il existe selon lui un climat de changement en Israël » (Europe 1, 7h55).

Pourquoi cette résolution  palestinienne ?
Israël seul en cause. Il est à noter que pour une majorité des médias français, à l’exception du Figaro ou de Direct Matin, la résolution palestinienne proposée aujourd’hui à l’ONU est justifiée par le blocage des négociations par le gouvernement israélien.

Le Canard enchaîné poursuit sa campagne contre Netanyahou.  3 ème article en 3 semaines.  Selon  » les réflexions pessimistes de plusieurs diplomates et experts en renseignements citées par le Canard enchaîné, le 1er ministre israélien aurait  décidé des élections législatives anticipées en étant « certain de retrouver une majorité relative et le poste de premier ministre. Selon un expert américain anonyme cité aussi par Claude Angeli « B. Obama et J. Kerry aimeraient bien lui voir mordre la poussière mais ils n’ont jamais rien fait pour ».

A aucun moment le Hamas ou les décisions de l’Autorité Palestinienne ne sont pointés du doigt et présentés à l’opinion publique. La Charte du Hamas appelant à la destruction d’Israël, les derniers attentats terroristes à Jerusalem, les récents attentats contre les membres du Fatah  dans la bande de Gaza, la présence d’une organisation terroriste comme le Hamas au sein d’un gouvernement d’union nationale palestinien ne sont pas évoqués, aujourd’hui, par les médias français.

Le terrorisme islamiste à la Une des médias français. Depuis plusieurs jours pourtant, l’actualité française est dominée par le terrorisme islamiste qui sévit de la manière la plus barbare, pas seulement au Proche-Orient mais dans le monde entier.  Après la prise d’otages sanglante de Sydney, le massacre de 139 enfants mardi par les talibans au Pakistan fait l’objet d’une condamnation internationale et unanime. « Aucun mot ne peut qualifier d’une telle attaque contre des enfants dans leur école » a déclaré le président Hollande.

Le Hamas et le Jihad islamique préparaient un attentat suicide à Tel Aviv. Il faut rappeler un fait peu mentionné dans les médias français. Le Shin Beth,  a annoncé lundi avoir déjoué un projet d’attentat suicide à Tel-Aviv préparé par cinq Palestiniens de Cisjordanie arrêtés ces deux derniers mois. Le groupe prévoyait aussi de faire exploser un autobus de soldats et d’enlever un militaire. Dans leurs plans selon le Shin Bet, Yasmine Shaaban, Palestinienne de Jénine, était censée simuler une grossesse et dissimuler une ceinture d’explosifs sous ses vêtements.

Dans ce contexte, l’annonce de la sortie du Hamas de liste noire des organisations terroristes de l’UE est particulièrement préoccupante (cf. médias israéliens)

Contexte Proche et Moyen- Orient.
Kerry exige la mention « Etat juif d’Israël ». Lors d’entretiens « très longs et très difficiles », selon des sources citées par i24 news, le secrétaire d’Etat John Kerry aurait exigé que dans la résolution palestinienne figure l’expression « Etat juif d’Israël », ce que les Palestiniens jugent inacceptable.
Le compromis français inclurait la reconnaissance d’Israël comme Etat juif par les Palestiniens, condition exigée par Netanyahou à tout accord de paix. C’est pourquoi, selon les médias israéliens, la résolution française pourrait inclure une référence à la résolution 181 de 1947 de l’ONU mentionnant l’«Etat juif et démocratique» dans le plan de partition qui utilise 30 fois l’expression «Etat juif »
« Il est impératif de faire baisser la tension et de trouver un véritable chemin pour la paix entre Israéliens et Palestiniens. Le cycle de violence mène à davantage de violence et à une voie sans issue », a déclaré John Kerry. « Ceux qui vont décider de ce qui va se passer, ce sont les deux parties et pas la communauté internationale », a-t-il tenu à préciser.
 « Seule une solution issue de négociations apportera une paix véritable et stable entre les deux parties », prévient l’ancien président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres, à  l’issue de sa rencontre avec le chef de la diplomatie française.
« Une solution de règlement politique doit être accomplie par un accord entre les deux parties et non pas de manière unilatérale », a déclaré Shimon Peres devant Laurent Fabius ( i24 news)
Le Hamas retiré de la liste noire des organisations terroristes de l’UE. Selon Ynet,  la Haute Cour de justice de l’Union européenne annule la décision de maintenir le Hamas sur la liste des organisations terroristes, fautes de preuves, mais maintient les mesures contraignantes durant encore trois mois.
Une décision qui dans le contexte actuel a été très vivement dénoncée par l’ensemble des médias israéliens et le 1er ministre Netanyahou qui a aussitôt appelé l’UE  à remettre immédiatement le Hamas sur la liste noire des organisations terroristes.  « Le Hamas est une organisation terroriste meurtrière, qui précise, dans sa Charte, que son but est de détruire Israël. Nous allons continuer de lutter avec détermination et force, afin qu’il n’atteigne jamais son but. » (Haaretz)


 

 Service de Presse


 

 

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens Le 16 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Visite en France de l’ancien président de l’Etat d’Israël Shimon Pérès. Le Prix Nobel de la Paix a été reçu mardi par le Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et sera, mercredi, l’invité d’honneur du déjeuner du Cercle des Médias; une association qui parraine des projets journalistiques dans les pays francophones (Le Parisien)

Israël en France.  Le 1er Ministre Nétanyahou contre une résolution unilatérale palestinienne à l’ONU.   « Nous n’accepterons pas les tentatives visant à nous imposer des mesures unilatérales alors que l’islamisme radical se propage dans le monde entier « a déclaré le 1er ministre israélien (Direct matin).

La paix passe d’abord par des négociations avec Israël, pas par l’ONU. S’exprimant avec le Président Hollande, le 1er Ministre Nétanyahou aurait tenté de le dissuader de soumettre la résolution française à l’ONU car  « Une telle initiative est le contraire même d’un accord de paix, confie le 1er ministre Nétanyahou. Elle risque de compromettre de futures négociations et de susciter une escalade (Cyrille Louis, Figaro).

« Même s’il y a des injonctions, nous y résisterons fermement » a prévenu Benjamin Netanyahou, qui est actuellement en campagne électorale pour les élections législatives anticipées du 17 mars prochain (Reuters).

A Noter. « 2015, année de tous les dangers pour l’israélien Teva« , Natalie Hamou, les Echos.

Teva confrontée perte l’exclusivité blockbuster sclérose plaques, Copaxone, représente 20 % ventes moitié profits.

Dossier nucléaire iranien.
L’Iran anticipe un accord sur le nucléaire et le retour aux affaires. Les Echos ont rendu compte lundi d’un article paru dans le New York Times qui montre combien  l’Iran cherche dès à présent à préparer son désenclavement économique.

« L’espoir d’une fin proche du différend nucléaire est partagé par les hommes d’affaires étrangers, notamment français ». Le président français de l’Association Européenne des fournisseurs automobiles (Clepa), Arnaud de David–Beauregard,   déclare au NYT « le plus tôt nous pourrons commencer à travailler ensemble, le mieux ce sera » (Les Echos)

A Noter. La journaliste Agnès Rotivel de la Croix fait la promotion d’un voyage organisé en Iran en mai prochain. Selon la plaquette publicitaire publiée pleine page lundi dans le quotidien, la journaliste accompagnera les participants. 

Lutte contre l’antisémitisme.
Un médicament pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme ?
« Avec le nouveau médicament « Antisémitox« , on peut enfin lutter contre l’antisémitisme » prévient la nouvelle campagne européenne contre l’antisémitisme.
« 3 pastilles + 1 patch« . En présentant le premier traitement médical contre l’antisémitisme, l’organisation juive européenne lance, sur le mode de l’humour, une campagne de presse décalée et osée selon le Parisien, pour lutter contre l’antisémitisme (Le Parisien, Helene Haus)

 

Contexte Proche et Moyen- Orient.
Elections législatives anticipées.
Les jeunes israéliens s’expriment. La chaine 2 israélienne a présenté cette semaine le portrait de jeunes israéliens et leurs souhaits pour l’Israël du futur.
Israël, une  jeunesse aux mille visages. Religieux, laïc, falasha, arabe israélien, tous ont fait part des clichés les concernant, présentant ainsi une mosaïque de la jeunesse israélienne prête à tout pour construire ensemble l’avenir d’Israël.
Vers un nouveau parti ultra- orthodoxe ? Le leader du parti orthodoxe Shass, Eli Yishai a annoncé lundi lors d’une conférence de presse houleuse qu’il quittait le parti Shass pour créer un nouveau parti, rapportent les médias israéliens. Selon lui, « les Israéliens souhaitent enfin voir se briser les barrières entre religieux et laïques, entre Ashkénazes et Séfarades, et voir se rassembler les tribus d’Israël. Les gens sont avec nous parce que le peuple veut de la justice sociale, veut nous voir lutter contre la pauvreté et aider  les déshérités dans les villes et en périphérie. »
Dani Shek sur la radio militaire israélienne. Interrogé avec insistance sur la double reconnaissance de l’Etat palestinien part l’Assemblée nationale et le Sénat français, l’ancien Ambassadeur d’Israël en France et proche de Tzipi Livni, estime néanmoins que « La France n’est pas contre Israel ». Dani Shek a tenu à rappeler que c’est à Israel que revenait le devoir prendre d’initiatives pour la paix.
Lieberman : Israel doit présenter sa propre initiative diplomatique.  Confirmant d’une certaine manière l’analyse de Dani Shek, le Ministre israélien des Affaires étrangères estime mardi que « le statut d’Israël dans le monde et avec nos alliés est en danger si nous ne présentons pas une initiative diplomatique ». « C’est la raison pour laquelle nous devons prendre l’initiative de présenter une proposition israélienne organisée. »
« J’ai déjà présenté ma proposition, rappelle A. Lieberman – un accord régional à plusieurs volets qui réglerait nos relations avec le monde arabe, avec les Palestiniens et les Arabes israéliens – et qui, je crois, apporterait une stabilité dans nos relations avec le monde arabe et les Palestiniens et renforcerait Israël comme un État juif. »(Jérusalem post).

Liberman Netanyahu

Tzipi Livni intervient dans l’émission humoristique  » Situation des Nations ». Interrogée sur ses revirements successifs et son affiliation à 3 partis différents, l’ancienne ministre de la Justice, Tzipi Livni, s’est justifiée en soulignant que sa seule ambition était de se mettre au service du peuple d’Israël et non des intérêts d’un parti.

Justice.
3 israéliens religieux ultranationalistes inculpés pour avoir incendié une salle de classe d’une école multiconfessionnelle, en novembre dernier. Cette école bilingue arabe –hébreu représente un symbole de coexistence pacifique entre Juifs et arabes en Israel

Résolution palestinienne présentée mercredi à l’ONU.
Les Palestiniens ont annoncé dimanche qu’ils soumettront mercredi au Conseil de Sécurité un projet de résolution favorable à un retrait israélien achevé dans deux ans. Selon Reuters, les Palestiniens menaceraient de saisir la Cour pénale internationale contre Israël en cas de non vote.

Rencontre Kerry- Netanyahou à Rome.   Le secrétaire d’État John Kerry a rencontré lundi à Rome, le Premier ministre Benyamin Netanyahou durant près de 3 heures pour discuter de diverses résolutions qui circulent aux Nations unies concernant les Palestiniens.

Pas de retour aux frontières de 67. Le Premier ministre israélien  a rejeté catégoriquement selon les médias israéliens, l’idée d’un retrait de Cisjordanie et de Jérusalem-est d’ici deux ans. « Ce que nous attendons, a déclaré le 1er Ministre Netanyahou, c’est que les Etats-Unis respectent la position qu’ils ont depuis 47 ans, à savoir qu’une solution au conflit doit être trouvée par la négociation, et je ne vois pas de raison pour que cette politique change », a déclaré Benjamin Netanyahou (Reuters)

Vers un véto américain ? « Je suppose qu’une proposition anti-israélienne attirera un veto des Etats-Unis, a déclaré le ministre des Affaires stratégiques Yuval Steinitz.  » Il en a toujours été ainsi, et c’est ce qui arrivera, nous l’espérons. »

Les Etats-Unis ne semblaient « pas pressés d’utiliser leur veto » sur la question d’un Etat palestinien, analyse le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman sur la radio militaire israélienne mais ils recherchent une « coordination maximum » avec le 1er Ministre israélien.

Contreproposition française.
La France souhaite avancer rapidement sur un projet de résolution.  « À Paris, le porte-parole du Quai d’Orsay estime qu’en l’absence « de processus de paix (…) il est impératif d’avancer rapidement sur un projet de résolution au Conseil de sécurité », rapporte le quotidien communiste français, l’Humanité.
Une résolution contraignante ?  Selon les médias israéliens, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne seraient en cours de rédaction d’une autre proposition.  Selon un diplomate occidental, les Européens cherchent à obtenir une résolution qui fasse consensus, avec un calendrier, non spécifié mais contraignant.
Deux ans pour négocier. Pourtant selon le quotidien français le Figaro, la résolution française assignerait une durée maximale de négociations de deux ans. Ce projet de résolution appellerait à la reprise des négociations sur la base des paramètres connus – coexistence de deux États dans les frontières de 1967, avec Jérusalem pour capitale, moyennant le règlement du problème des réfugiés.|
Les USA pas consultés ? Selon un responsable américain cité par les médias israéliens et le New York Times, il n’y aurait pas de consensus entre la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne et les Etats-Unis n’auraient pas été priés de prendre position.

Kerry passe par Paris. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry s’est rendu lundi à Paris pour des discussions avec ses homologues européens, puis sera à Londres mardi,  pour y rencontrer le négociateur en chef palestinien Saëb Erekat ainsi qu’une délégation de la Ligue arabe (Jpost)

« Une résolution ne peut être « un substitut à un véritable processus de paix qui devra être négocié par les deux parties, a prévenu l’émissaire spécial des Nations unies pour le Proche-Orient, Robert Serry, lundi, devant le Conseil de sécurité
« Les USA ont fait savoir qu’ils s’opposaient à toute mesure unilatérale palestinienne, jugeant que cela doit être l’aboutissement de négociations de paix ».  Israël pousserait les Européens à attendre les résultats des prochaines élections israéliennes prévues en mars prochain.

Sans transitions.|
Découverte d’un nouveau champ gazier en Israel. Dénommé Roy, ce nouveau champ gazier découvert au large des côtes israéliennes serait le 3ème gisement le plus important d’Israël et pourrait contenir plus de 90 milliards de mètres cubes de gaz. Selon le New York Times, Israël chercherait à s’associer avec l’Egypte et la Jordanie pour concurrencer la Russie sur le marché européen (i24 news)


  Service de Presse


 

Catégories :Divers Étiquettes : , ,

Israël et Moyen-Orient – Revue des Médias français et israéliens – 12 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_oTerrorisme. Coup de feu contre l’Ambassade d’Israël à Athènes. 4 individus à deux motos ont tiré à la Kalachnikov sur l’enceinte de l’ambassade d’Israël en Grèce tôt vendredi matin. Heureusement, personne n’a été blessé (i24 news). Les balles ont atteint les murs de l’enceinte et selon la police grecque, 54 douilles auraient été retrouvées à 40 mètres environ de l’enceinte diplomatique   (Jpost)

Israel en France.  Haute tension et peur de l’embrasement. Les circonstances du décès mercredi d’un haut responsable palestinien, Ziad Abou Ein,  font  craindre de nouvelles violences au Proche-Orient estime l’ensemble des médias français.

Abbas appelle à la vengeance ?  Pour la première fois le Président palestinien Abbas a déclaré que « toutes les options étaient ouvertes  » pour répondre à ce décès (Direct matin).  La « résistance populaire » doit continuer sous toutes ses formes, a-t-il déclaré mais a refusé de dire quelles mesures allaient prendre l’Autorité palestinienne

Le 1er Ministre israélien Netanyahou rappelle la « nécessité de calmer  les choses et d’agir de manière responsable » (la Croix)

Une enquête conjointe israélo-palestino-jordanienne. Il faut savoir que dès mercredi, les autorités israéliennes  ont convenu d’une enquête conjointe sur les faits comprenant des experts israéliens, palestiniens et jordaniens.  

Israel demande l’aide des Palestiniens. Le général israélien coordonnant les activités avec les Palestiniens, Yoav Poli Mordechai et son homologue palestinien, Hussein Al-Cheikh, ont convenu qu’un pathologiste israélien se joindrait à une délégation des pathologistes jordaniens, pour un examen conjoint des circonstances de la mort de Ziad Abou Ein.

Une proposition israélienne a été déposée auprès des Palestiniens pour former une équipe commune d’enquête afin d’examiner les circonstances des événements.

 

154 voix pour contre 146. Après l’Assemblée nationale, les sénateurs français ont adopté à une très courte majorité, la résolution de reconnaissance d’un État Palestinien avec 154 voix pour,  et 146 voix contre.

Faire pression sur Israel. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir, qui représentait le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, estime qu’il  » faut une pression pour aider les deux parties à franchir le pas ultime vers la paix. C’est ce à quoi la diplomatie s’emploie. ». « Mais comme Laurent Fabius, le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes défend l’idée d’un calendrier de deux ans pour trouver un accord de paix, puis, reconnaître officiellement l’Etat palestinien.  « (Figaro)

Sans transition.

High tech. La high tech arabe israélienne arrive en France. La PDG du célèbre groupe de presse en ligne, Auféminin.com, Marie Laure de Sauty, accueille vendredi une délégation de start-ups issues de NazTech,  un incubateur technologique située au Nord d’Israël, dans la ville arabe de Nazareth pour présenter les technologies high tech des entreprises les plus innovantes de la communauté arabe d’Israël.

Contexte Proche et Moyen-Orient.

Elections législatives anticipées en Israel.

Alliance officielle Livni – Herzog.  L’ex ministre de la justice du gouvernement Netanyahou, Tzipi Livni, annonce officiellement son alliance avec le parti travailliste mené par Y. Herzog. « Je suis ici pour créer un multiplicateur de forces qui permettra de changer le gouvernement de l’Etat d’Israël », a promis Tzipi Livni, dénonçant les « extrémistes qui sont en train de faire d’Israël un pays isolé, bloqué. » (i24 news)

Alternance au poste de 1er Ministre. Deux ans chacun. Isaac Herzog a précisé qu’en cas de victoire de la coalition de centre gauche en mars prochain, il occuperait le poste de Premier ministre pendant les deux premières années, puis ce serait au tour de Tzipi Livni de lui succéder pour 2 ans.

Une alliance peu viable selon plusieurs commentateurs israéliens cités par Reuters qui rappelle que Tzipi Livni, à l’origine membre du Likoud, a changé trois fois de parti depuis 2005 (Likoud, Kadima, Hatnua) et a échoué trois fois dans ses tentatives d’accéder au poste de Premier ministre.

Benyamin Netanyahou toujours 1er Ministre en 2015 selon les sondages, bien que la chaine 2 israélienne, place le bloc de centre-gauche Herzog/Livni en première position à la Knesset, avec 24 mandats, juste devant le Likoud de B. Netanyahou qui obtiendrait  23 mandats.

1er parti à la Knesset mais pas de majorité pour gouverner. Le Jerusalem Post constate en effet que les résultats actuels des enquêtes d’opinions ne permettraient pas au leader travailliste de former une coalition rassemblant une majorité de 61 députés,  à moins de réunir des partis opposés comme Israel Beiteinou et Meretz, Yesh Atid et les ultra-orthodoxes. Il faut rappeler qu’en 2009, Tzipi Livni, alors à la tête de Kadima était arrivée en première position à la Knesset. Mais ne parvenant pas à former une coalition stable, le Président de l’Etat d’Israël Shimon Peres avait alors demandé à Benyamin Netanyahou de former le nouveau gouvernement.

Le 1er ministre Netanyahou peut jouer de plusieurs alliances lui permettant d’obtenir, soit une majorité de droite de 71 députés, en s’alliant aux partis nationalistes et ultra-orthodoxes, soit d’envisager un gouvernement d’union nationale avec le centre-gauche de Y. Herzog et T. Livni en cas de désaccord avec Naftali Bennett (i24 news)

 

Terrorisme. Tirs contre l’Ambassade d’Israël à Athènes. 4 individus à deux motos ont tiré à la Kalachnikov sur l’enceinte de l’Ambassade d’Israël en Grèce tôt vendredi matin.

« Toute attaque terroriste visant le cœur de la démocratie frappe le cœur du pays » a déclaré la porte-parole du gouvernement grec, Sofia Voultepsi. Heureusement personne n’a été blessé (i24 news). Des balles ont atteint  les murs de l’enceinte et selon la police grecque, 54 douilles de balles auraient été retrouvées à 40 mètres environ de l’enceinte diplomatique   (Jpost)

 

Un Palestinien soupçonné d’avoir tenté d’écraser un soldat de Tsahal. La voiture d’un Palestinien soupçonné d’avoir tenté d’écraser un soldat de Tsahal en Cisjordanie s’écrase sur un mur de protection. Le conducteur palestinien qui n’a été que  légèrement blessé par le choc est actuellement entendu par la police israélienne.

Les autorités israéliennes craignent des émeutes en Cisjordanie mais aussi à Jérusalem, à la suite des circonstances de la mort du ministre de l’Autorité palestinienne Ziad Abu Ein (Ynet)

Service de Presse

Tout savoir sur les prochaines élections en Israël : questions/réponses

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


Élections 2015 en Israël : questions/réponses

  1. Que détermine ce vote ?
    Les prochaines élections nationales en Israël devraient se tenir le 17 Mars 2015 (sous réserve d’autorisation définitive par la Knesset). Ces élections détermineront la composition de la nouvelle Knesset et du gouvernement qui sera établi sur la base de ces résultats.
    Israël est une démocratie parlementaire. Le Premier ministre, qui dirige le gouvernement d’Israël, est choisi parmi les membres de la Knesset nouvellement élu.
  1. A quoi ressemblent les élections israéliennes ?
    Les élections israéliennes reflètent la forte tradition démocratique de l’Etat d’Israël. Les campagnes électorales constituent une vive affaire, accompagnée d’un débat vigoureux des questions en jeu. Les Israéliens ont grand intérêt dans les affaires politiques, y compris la politique intérieure et les relations extérieures, et participent activement au processus électoral.
  1. Quels sont les principes de base du processus électoral en Israël?
    Le cadre du système électoral israélien est défini à l’article 4 de la «loi fondamentale sur la Knesset » qui stipule: « La Knesset doit être élue grâce à des élections générales, nationales, directes, égales, sur scrutin secret et proportionnel, conformément à la loi relative aux élections de la Knesset. « 
  • Général : tout citoyen israélien, âgé de 18 ans ou plus le jour du scrutin, a le droit de voter.
  • National : le pays tout entier constitue une circonscription électorale unique. Dans le système de la représentation proportionnelle en Israël, les candidats représentent des partis nationaux et non des districts électoraux ni des circonscriptions locales.
  • Directes : la Knesset- le parlement israélien- est élue directement par les électeurs, et non par un corps d’électeurs. Le jour du scrutin, les électeurs ont mis un bulletin de vote pour un seul parti politique pour les représenter à la Knesset.
  • Egales : tous les votes exprimés ont un poids égal.
  • Secrètes : les élections se tiennent au scrutin secret.
  • Proportionnelles : 120 sièges à la Knesset sont attribués en proportion du pourcentage de chaque parti selon le total du vote national. Cependant, le seuil minimum requis pour qu’un parti soit représenté à la Knesset est actuellement de 3,25% du total des suffrages exprimés.
  1. Qui peut voter?
    Le vote est un droit accordé à tout citoyen israélien qui a atteint l’âge de 18 ans ou plus le jour du scrutin.
    Israéliens de tous les groupes ethniques et les croyances religieuses, y compris les Arabes israéliens, de participer activement au processus.
    Chaque citoyen israélien admissible est automatiquement enregistré.
  1. Comment votent les soldats, les personnes handicapées, les détenus ou infirmes ?
    Les soldats en service actif votent dans les bureaux de vote de leurs unités. Des dispositions particulières sont prévues pour que les détenus votent, ainsi que pour ceux qui seraient hospitalisés. Les personnes handicapées valides peuvent voter dans l’un des bureaux de vote spéciaux conçus pour une meilleure accessibilité.
  1. Les votes par correspondance sont-ils autorisés?
    La loi israélienne ne prévoit pas de vote par correspondance et, en général, le vote a lieu uniquement sur le sol israélien. Des exceptions sont tolérées pour les citoyens israéliens servant à l’étranger en mission officielle qui peuvent voter dans les ambassades et consulats israéliens à l’étranger ou sur des navires israéliens.
  1. Comment le scrutin se déroule-t-il ?
    Le mode de scrutin israélien est convivial, même pour les électeurs qui n’auraient qu’une connaissance limitée de l’hébreu et de l’arabe. A l’intérieur du bureau de vote, les électeurs choisissent un bulletin qui représente le parti qu’ils ont choisi parmi un assortiment de bulletins disposés dans un bac, le  glissent dans une enveloppe, puis placent l’enveloppe dans l’urne.
    Les électeurs inscrits votent dans l’un des 10 000 bureaux de vote.
  1. Comment sont identifiés les électeurs?
    Les électeurs doivent être identifiés par l’une des cartes d’identité suivantes:
    Un carte I.D. officielle (Teoudat ze’hut) avec photo (délivrée gratuitement à tous les Israéliens dès l’âge de 16 ans);
    Un passeport israélien valide avec photo;
    Un permis de conduire valide avec photo;
    Un carte I.D. de membre de la Knesset.
    Le ministre de l’Intérieur ne peut approuver un document d’identité sans photo que dans de très rares cas, tels que les femmes musulmanes qui portent le voile.
  1. Que se passe le jour du scrutin?
    Le jour du scrutin est férié afin de permettre à tous les électeurs potentiels de participer. Le transport public est disponible gratuitement pour les électeurs qui se trouvent en dehors de leurs bureaux de vote ce jour-là.Dans les élections à venir, la plupart des bureaux de vote ouvriront à 07h00 (7 heures) le matin du jour de l’élection et fermeront à 22h00 (22 heures). Dans les petites collectivités, les hôpitaux et les prisons, le vote a lieu entre 8h00 (8 heures) et 20h00 (20 heures). Si tous les électeurs inscrits ont fini de voter à un bureau de vote particulier, ce bureau peut fermer plus tôt.

    Le vote peut avoir lieu plus tôt dans des cas particuliers. Ainsi le scrutin se tient douze jours avant le jour du scrutin dans les missions diplomatiques et les navires israéliens, tandis que les voix des soldats peuvent être collectées jusqu’à 72 heures avant le jour de l’élection.

  1. Quand se tiennent les élections ?
    Les élections à la Knesset ont lieu tous les quatre ans, à moins que l’une des situations suivantes se présente:
  • La Knesset passe un projet de dissolution de la Knesset;
  • La Knesset n’a pas approuvé le budget dans les trois mois suivant le début de l’exercice;
  • Le Premier ministre demande à la Knesset de se dissoudre;
  • Un vote de défiance est passé et le nouveau gouvernement ne s’est pas formé.
  • La Knesset peut également décider, à une majorité spéciale de 80 votes, de prolonger son mandat au-delà de quatre ans si il y a des circonstances spéciales. C’est arrivé une fois, en 1973, lors des élections à la huitième Knesset qui ont été retardées de deux mois en raison de la Guerre de Kippour.A l’instar de la Knesset, le gouvernement est élu pour quatre ans. Son mandat peut être raccourci si le Premier Ministre n’est plus en mesure d’exercer ses fonctions pour cause de décès, de démission, d’incapacité permanente, de mise en accusation ou si le Premier ministre met fin à son mandat de membre de la Knesset. Toutefois, le gouvernement peut nommer un de ses autres membres qui est un membre de la Knesset Premier ministre par intérim.

  1. Qui est éligible ?
    Tout citoyen âgé de 21 ans ou plus est éligible à la Knesset, sauf s’il était invalidé par l’une des exceptions prévues par la loi.Exemples d’exceptions :
  • Une personne qui occupe un poste de haut fonctionnaire: le Président, un Grand rabbin, le Contrôleur de l’Etat, des juges ou des hauts fonctionnaires, ainsi que les officiers militaires -Chef d’état-major et de haut rang- ne peuvent pas se présenter aux élections à la Knesset (à moins qu’ils aient démissionné de leur position avant les élections et dans le délai imparti par la loi);
  • Cas où un tribunal a expressément limité ce droit en vertu d’une loi.
  • Selon la «loi fondamentale sur la Knesset », la Commission électorale centrale peut empêcher la liste d’un des candidats de participer aux élections si ses objectifs ou actions, expressément ou implicitement, comprennent l’un des critères suivants:
  • Négation de l’existence de l’Etat d’Israël comme l’Etat du peuple juif;
  • Négation du caractère démocratique d’Israël;
  • Incitation au racisme.Cette décision peut être contestée devant la Cour suprême, qui a le pouvoir de revenir sur les décisions de la Commission électorale centrale.
  1. Les Israéliens votent-ils pour des partis ou des candidats individuels ?
    Les élections à la Knesset sont basées sur un vote pour un parti plutôt qu’en faveur des individus et les partis en lice pour les élections à la Knesset reflètent un large éventail de perspectives et de croyances.Le nombre et l’ordre des membres entrant dans la nouvelle Knesset pour chaque parti correspond à sa liste des candidats présentés aux élections.

    Par exemple, si un parti reçoit 10 mandats, les dix premiers candidats de sa liste entrent dans la nouvelle Knesset.

  1. Qui siège au Comité central des élections et quel est son rôle ?
    La Commission électorale centrale est responsable de la conduite et de la supervision des élections. Elle est dirigée par un juge de la Cour suprême, actuellement Elyakim Rubinstein, et comprend des représentants des partis siégeant à la Knesset sortante.
  1. Que font les commissions électorales ?
    Commissions électorales régionales supervisent le fonctionnement des comités de bureaux locaux, qui comprennent des représentants d’au moins trois partis de la Knesset sortante. Toute personne âgée de 16 ans ou plus est admissible à siéger à un comité de vote
  1. Que doivent faire les partis avant les élections?
    Avant les élections, chaque parti présente sa liste de candidats à la Knesset (par ordre de priorité).
    Les partis choisissent leurs candidats à la Knesset lors des primaires ou par d’autres procédures.Seuls les partis enregistrés ou ayant un alignement de deux ou plusieurs partis enregistrés peuvent présenter une liste de candidats et participer aux élections.
  1. Comment sont financées les campagnes?
  1. L’Etat d’Israël couvre la plupart des budgets des partis et seule une petite fraction du financement des partis provient de sources autres que le budget de l’Etat.Conformément à la loi sur le financement des partis, une allocation de trésorerie pour les campagnes électorales est accordée aux factions. Chaque faction reçoit une allocation au taux d’une « unité de financement »  pré-définie par siège ayant gagné dans les élections à la Knesset précédente ainsi que rétroactivement une unité par mandat obtenu dans la nouvelle Knesset, divisée par deux, plus une unité de financement supplémentaire. Chaque nouvelle faction reçoit une allocation similaire rétroactivement, basée sur le nombre de sièges remportés aux élections.
  1. La loi concernant le financement non-public, comme les cotisations des membres et des contributions, est extrêmement stricte et contraignanteAucune faction ne peut recevoir une contribution populaire, directement ou indirectement, au-delà de la somme fixée par la loi et indexée sur l’indice des prix à la consommation.

    Une faction ou liste de candidats ne peut pas recevoir une contribution financière de quelqu’un qui ne serait pas en droit de voter aux élections, tels que les ressortissants étrangers qui ne détiennent pas également la citoyenneté israélienne.
    Les sociétés ne sont pas autorisées à faire des dons aux partis.

  1. Comment les annonces électorales respectent-elles le principe de l’égalité des chances?
    Les campagnes électorales commencent à la télévision 21 jours avant les élections. Toute publicité électorale est diffusée gratuitement sur la télévision et la radio, bien que les partis restent responsables de la préparation des annonces à leurs propres frais. En vertu du principe d’égalité des chances, il est interdit d’acheter du temps d’antenne.La loi électorale contient des règles strictes concernant le calendrier, la longueur et le contenu des émissions télévisées et radiophoniques électorales. Les partis participant aux élections reçoivent le temps d’antenne selon une formule fixée par la loi. Chacun reçoit un temps d’allocution de base et l’égalité des minutes correspondant aux émissions de la télévision et de la radio. Les factions qui ont des candidats qui ont servi dans la Knesset sortante se voient attribuer un montant supplémentaire de temps en fonction de leur nombre d’anciens membres de la Knesset (députés).

    Par exemple, chaque parti reçoit sept minutes base de publicité télévisée et deux minutes supplémentaires par ancien député. À la radio, chaque liste de parti reçoit 15 minutes de base et quatre autres par MK (parlementaire) sortant. Les Partis sont également limités dans la quantité d’annonces publicitaires électorales qu’ils peuvent imprimer dans les journaux.

Autres restrictions sur la publicité :

  • Aucune utilisation d’enfants de moins de 15 ans;
  • Pas d’utilisation de l’armée israélienne qui crée l’impression que l’armée s’identifierait à un parti en particulier;
  • Aucune utilisation des noms ou des images de victimes du terrorisme sans leur permission ou celle d’un survivant de leur famille.
  1. Comment sera formée la Knesset ?
    Les sièges à la Knesset sont attribués proportionnellement au pourcentage de chaque parti lors du scrutin national total.
    En cas de votes excédentaires insuffisants pour attribuer un siège supplémentaire à l’un des partis, ils peuvent être transférés à un autre parti conformément aux accords conclus entre eux préalablement à l’élection. Si aucun accord n’existe, les votes excédentaires sont distribués selon les tailles proportionnelles des partis lors de l’élection.
  1. Comment le Premier Ministre est-il choisi?
    Le Premier ministre est choisi parmi les membres de la Knesset. Le Président de l’Etat assigne cette tâche au membre de la Knesset considéré comme ayant la meilleure chance de former un gouvernement de coalition viable, à la lumière des résultats du scrutin de la Knesset.L’élection directe du Premier ministre avait été instituée en Israël en 1996. Après deux tours de scrutin (1996 et 1999), cette loi a été annulée (2001).
  1. Comment le gouvernement est-il formé?
  1. Le gouvernement (Conseil des ministres) est l’autorité exécutive de l’Etat, chargée d’administrer les affaires intérieures et étrangères, y compris les questions de sécurité.
  1. Quand un nouveau gouvernement doit être formé, le Président de l’Etat – après consultation avec les représentants des partis élus à la Knesset – assigne la tâche de former le gouvernement à un membre de la Knesset. Ce membre de la Knesset est habituellement le chef du parti ayant obtenu la plus grande représentation à la Knesset ou le chef du parti qui dirige une coalition de plus de 60 membres.
  1. Après qu’un gouvernement obtienne la confiance de la Knesset pour cette fonction, il doit bénéficier d’une coalition de soutien d’au moins 61 des 120 membres de la Knesset.

À ce jour, aucun parti n’a reçu suffisamment de sièges à la Knesset pour pouvoir former un gouvernement par lui-même; donc tous les gouvernements israéliens ont été basés sur des coalitions de plusieurs partis. Ceux qui restent en dehors du gouvernement composent l’opposition.

  1. Le membre de la Knesset à qui la tâche est attribuée dispose d’une période de 28 jours pour former un gouvernement. Le Président peut prolonger la durée d’une période de temps supplémentaire, n’excédant pas 14 jours.

Si cette période (jusqu’à 42 jours) est dépassée et que le membre de la Knesset désigné n’a pas réussi à former un gouvernement, le Président peut alors attribuer la tâche de former un gouvernement à un autre membre de la Knesset. Ce membre de la Knesset dispose d’une période de 28 jours pour l’accomplissement de la tâche. Il n’y a pas d’autre extension possible.

Si un gouvernement n’a toujours pas été formé, la majorité absolue des membres de la Knesset (61) a la possibilité de demander par écrit au Président, de confier la tâche à un membre de la Knesset en particulier. Un tel précédent n’a pas encore eu l’occasion de se produire.

  1. Quand un gouvernement a été formé, le Premier ministre désigné se présente à la Knesset dans les 45 jours suivant la publication des résultats des élections dans la gazette officielle. C’est alors qu’il annonce sa composition, les lignes directrices de base de sa politique et la répartition des fonctions entre ses ministres.

Le Premier ministre soumet alors à la Knesset son expression de confiance. Le gouvernement est installé lorsque la Knesset lui a exprimé sa confiance à la majorité des 61 membres de la Knesset. Ensuite, les nouveaux ministres assument leurs fonctions.


Source / FAQ: Élections en Israël – 4 décembre 2014 http://mfa.gov.il/MFA/AboutIsrael/State/Democracy/Pages/FAQ_Elections_Israel.aspx


 

%d blogueurs aiment cette page :