Accueil > Divers > Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens | Le 23 Décembre 2014

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens | Le 23 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Israël en France. « Je ne crois pas que l’accroissement de la pression diplomatique  sur Israël soit une clé du processus de paix;  elle peut vite devenir contreproductive, estime le spécialiste Bruno Tertrais interrogé par Jean Dominique Merchet sur les multiples actes de reconnaissances unilatérales de l’Etat Palestinien par des parlements de pays européens (l’Opinion).

« L’appel des intellectuels israéliens ne représentent pas grand-chose. » Le centre et une partie de la gauche n’y sont pas favorables », estime le spécialiste du Proche Orient qui estime que «  »François Hollande est sincèrement préoccupé par le sort d’Israel ».

L’Iran et le Hezbollah, ennemis numéro 1 d’Israel. « Le Hezbollah n’est pas un simple instrument de l’Iran, il n’est rien sans lui ». « Israel est ainsi impliqué de manière indirecte dans le conflit syrien, parce qu’il y est en guerre contre le Hezbollah  et l’Iran. »

Il est évident qu’on ne peut accepter une bombe atomique iranienne, analyse Renaud Girard dans le Figaro, « mais il est tout aussi évident qu’on a aujourd’hui plus besoin que jamais de la Perse » pour stabiliser le Moyen Orient.

« La France qui s’y connait en industrie nucléaire est la mieux placée pour trouver un accord non proliférant (..) en les aidant dans leur programme d’énergie civile. » (Figaro)
A Noter. L’idée est qu’ils deviennent des passeurs de mémoire, explique un enseignant dans la double page qu’accorde Libération à la visite de jeunes apprentis français à Auschwitch.    « J’en ai déjà entendu dire qu’ils en parleraient à leurs enfants, ajoute- t-il,  ou qu’ils réfléchiraient avant de voter.». Antony, n’a pas hésité quand sa mère lui a demandé de raconter Auschwitz : «Je me suis lancé, et ça n’est pas simple.»  » A Auschwitch, j’ai vu, et je crois  ce que je ressens », Véronique Soulé, Libération.

Terrorisme : « Manuel Valls sonne l’alarme : « Jamais la France, n’a connu un aussi grand danger  » (Une Figaro, Les Echos). Le 1er Ministre Manuel Valls appelle à la vigilance et au sang-froid de tous mais refuse d’évoquer des actes terroristes pour Dijon et Nantes tout en admettant que des terroristes  » ont parfois des profils psychiatriques inquiétants » (Europe 1 – 8h20)
Les médias peuvent-ils influencer le passage à l’acte d’un déséquilibré ?
Il pourrait s’agir d’un phénomène de mimétisme qui rappelle les agressions du clown selon un responsable de la police (Europe 1, 7h15 et Le Parisien)

Mais Face à la violence extrême, écrit Guillaume Goubert dans l’édito de la Croix, comment ne pas s’interroger sur la possibilité d’une ramification du terrorisme djihadiste sur le territoire français. Car « Allah Akbar est à la fois, un appel à la prière et un cri de guerre », explique la journaliste Anne Bénédicte Hoffner du quotidien catholique la Croix.
Coups de folies ou attentats terroristes s’interroge le Parisien à sa Une pour qui, désormais, la peur règne sur Noël,  tandis que pour Libération, « Le conducteur de Dijon, faux terroriste mais vrai fou »
Attention à  » la volonté pour certains de minimiser la signification de ces gestes, prévient Paul Henri du Limbert dans le Figaro. « Ces Français qui décapitent au nom d’Allah ? Sont-ils de terroristes ou des déséquilibrés ? La réponse actuel est politique selon l’éditorial du Figaro qui estime que « la gauche n’est pas prête  pour ce débat fracassant que la présence grandissante de l’islam radical en France impose. »


Attentat à la voiture bélier et au couteau.
Il faut noter que les titres de presse sont plus orientés vers la piste terroriste que ne l’est le traitement éditorial des Jt de 20h lundi ou des journaux d’informations des principales radios généralistes mardi matin.
Une voiture fonce  volontairement sur les passants du marché de Noël à Nantes.  Un scénario qui rappelle celui de Dijon » (France Inter, journal de 8h)
La piste terroriste a priori écartée par les autorités françaises.
« On ne peut pas parler d’acte terroriste, a déclaré la procureur de Nantes ».
Pas de visée politique ou religieuse, déclare Bernard Cazeneuve. « Un acte qui n’a pas de fondement politique ou exprime une radicalité religieuse » estime le Ministre de l’Intérieur.
Une succession de drames qui n’auraient aucun lien n’entre eux, bien que  l’agression des policiers de Joué les Tours, relève aujourd’hui pour les autorités françaises de l’islam radical

A Noter. « Nous sommes en guerre contre Daesh. « Une guerre qui n’ose pas dire son nom, nouvelle, étrange et obscure, estime l’académicien Jean D’Ormesson.
« Une guerre qui s’étend de Bruxelles à Toulouse, de New York à Paris, de l’Algérie, de la Libye, du Yémen à l’Afrique du centre et de l’ouest, de Syrie et d’Irak au Pakistan, à Dijon et à Sidney en Australie.  »
« Elle est là, avec ses bombes et ses couteaux. Elle menace – de loin – chacun et chacune d’entre nous. Elle a quitté les champs de bataille et les états-majors pour descendre dans la rue.  »
C’est un mélange de religieux extrémistes et de hors-la-loi. Pour les désespérés, pour les candidats au suicide, le djihad est une raison de vivre et une raison de mourir. Figaro

 

Contexte Proche et Moyen-Orient. 

Terrorisme palestinien.
Huit Palestiniens ont été inculpés lundi pour incitation à la violence et au terrorisme sur Internet. Les huit hommes, arrêtés début décembre sont soupçonnés de faire l’apologie d’attentats, d’incitations à la haine, à la violence et au terrorisme contre des Juifs et Tsahal, à travers des messages et des vidéos diffusés notamment sur les réseaux sociaux. (i24 news)
Quand Arafat louait la loyauté de Rabin. Interrogé par le quotidien israélien Ynet, l’ancien président Clinton a révélé quelques discussions privées lors des accords de Camp David entre le 1er Ministre Rabin et le leader de l’OLP Yasser Arafat.
Pour Arafat la parole de Rabin valait plus que tout contrat écrit. « Il regarda Rabin et répondit », témoigne Bill Clinton lors d’une discussion sur le tracé des frontières : « sa parole vaut plus que tout contrat écrit ».
Le niveau de confiance que Y. Rabin inspirait même à  son adversaire de longue date aura été un incroyable testament de ses valeurs, son caractère, et la preuve que la confiance est toujours plus précieuse que les mots, a commenté l’ancien président démocrate Bill Clinton.


  Service de Presse


 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :