Archive

Archive for février 2014

Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 28 Février 2014

La prochaine visite lundi à Washington du 1er ministre Netanyahou fait l’objet de vifs débats dans les médias israéliens. Les commentateurs israéliens s’interrogent sur la marge de manœuvre réelle du président Obama à l’égard d’Israël.

Israël en France. L’actualité politique israélienne fut cette semaine trop faiblement traitée dans les médias français pour être analysée d’un point de vue éditoriale représentatif.

Lutte contre l’antisémitisme. Anelka condamné en Angleterre pour son geste antisémite de la quenelle. Lors du diner du Crif à Toulouse,  le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, a tenu à s’exprimer. « Quand on est une personnalité du monde sportif, on se doit d’être un exemple pour la jeunesse. » «Aujourd’hui, chacun doit savoir que le geste de la quenelle est un geste antisémite. » « Chacun doit comprendre que l’initiative que j’ai prise empêche M. M’bala M’bala de tenir les propos qu’il allait tenir dans sa tournée de la haine», a souligné Manuel Valls (France Inter – Journal 8h)

Le CRIF rend hommage à la mémoire du soldat tué par le terroriste islamiste Mohamed Merah en Mars 2012. A cette occasion, les institutions juives de France ont décerné un prix à la mère de la victime, Latifa Ibn Ziaten, pour saluer son œuvre de dialogue et de pédagogie auprès des jeunes (Encadré la Croix).

Contexte Proche et Moyen –Orient.

La situation en Ukraine est à la Une des médias israéliens. Les risques réels de sécession depuis l’arrivée de troupes d’élites pro russe, dont certaines sont en civils, pour le contrôle de l’aéroport ou du Parlement de Crimée font l’objet de très nombreux commentaires en Israel.

Netanyahou à Washington. La prochaine visite lundi à Washington du 1er ministre israélien fait l’objet de vifs débats dans les médias israéliens. L’échéance annoncée du 29 avril pour les pourparlers de paix approchant, le président Obama a déclaré vouloir se « plonger » dans les négociations, en commençant par un « appel urgent » au 1er Ministre Netanyahou lors de leur réunion la semaine prochaine.

Quelles sont les moyens de pression d’Obama ? Les commentateurs israéliens s’interrogent sur la marge de manœuvre réelle du président Obama à l’égard d’Israël. Selon les médias israéliens, la classe politique américaine, notamment les Républicains, ne soutiendraient pas forcément d’éventuelles prises de positions du président Obama sanctionnant Israel, même dans l’objectif d’obtenir les conditions pour l’obtention d’un accord selon les termes du plan américain.

Une rencontre pour faire le point. Bien que le président Obama ait fait connaitre par le biais du New York Times, son intention de s’impliquer personnellement dans le processus de négociations, la Maison Blanche a démentie jeudi toute idée de nouvelle pression sur les deux parties. Selon le porte-parole de l’Administration américaine, les rencontres de B. Obama avec B.Netanyahou et M. Abbas serviraient seulement à examiner les progrès accomplis dans les pourparlers de paix.

A Noter. Le président Obama rencontrera le dirigeant palestinien M. Abbas le 17 mars aux USA

La 3/4 des Israéliens favorables à un accord de paix. Selon un dernier sondage paru jeudi dans Times Of Israel, 76 % des Israéliens accepteraient un accord de paix basés sur l’Initiative de paix arabe.

Un panel représentatif. Plus de la moitié des répondants au sondage se revendiquent de droite – droite ultra nationaliste (28 %) et traditionnelle (24 %). Environ 30 % des personnes interrogées se définissent comme centriste et 16 %, de gauche ou de l’extrême gauche.

L’électorat de droite favorable à un nouveau parti centriste dirigé par Netanyahou. Plus que 50 % des Israéliens se réclamant de droite voteraient pour le premier ministre Benjamin Netanyahu s’il devait quitter le Likoud et créer un nouveau parti centriste

USA : Une visite de Netanyahou diplomatique et économique.

Aipac et Silicon Valley. A l’occasion de sa visite aux USA, le Premier ministre Netanyahou devrait prononcer un discours devant l’Aipac et rencontrer les plus grands dirigeants des firmes installées dans la Silicon Valley afin de promouvoir les investissements High Tech en Israël.

Apple, Linkedin, Ebay. Benyamin Netanyahou s’entretiendra la semaine prochaine avec le co-fondateur de WhatsApp, Jan Koum, pour discuter d’investissements high Tech en Israël. Jan Koum a cédé la semaine dernière sa société à Facebook pour la somme record de 19 milliards de dollars.  Le Premier ministre Netanyahou devrait aussi rencontrer avec les dirigeants d’Apple, Flextronics, Linkedin, Ebay ou le Fonds de capital-risque Sequoia.

Signature d’un accord de coopération stratégique. A cette occasion, Israel et la Californie devraient signer un accord de coopération économique. Cet accord de « coopération stratégique » avec le gouverneur de Californie, Jerry Brown, vise à promouvoir les liens économiques entre Israel et la Californie. Il faut savoir que de très nombreux israéliens travaillent dans la silicon Valley.

Marathon de Tel Aviv. Plus de 40 000 participants ont pris part ce matin au marathon de Tel Aviv. La plupart des rues et les écoles ont été fermées à cette occasion. L’Ambassadeur d’Australie a tenu à participer à la course au nom d’une association en faveur de la mémoire de la Shoah.

2014 Tel Aviv Samsung Marathon

Le coureur Kenyan Ezéchiel Koech a battu le record de course en gagnant le marathon en 2 heures, 14 minutes et 40 secondes.

Terrorisme palestinien. Un activiste palestinien a trouvé la mort lors d’un échange de tirs lors d’une opération militaire visant à arrêter une cellule terroriste palestinienne en Cisjordanie.

Tsahal a averti le gouvernement libanais de sa responsabilité en cas d’attaque du Hezbollah sur Israel. Les autorités militaires israéliennes ont tenu à mettre en garde le gouvernement libanais et à l’avertir de sa responsabilité en cas d’attaque du Hezbollah contre Israel comme l’a annoncé son leader Hassan Nasrallah.    Selon des sources diplomatiques citées vendredi dans le quotidien libanais al-Akhbar, l’armée israélienne a envoyé une mise en garde par l’intermédiaire des forces de la FINUL.

Service de Presse

3 Israéliens sur 4 prêts à un accord de paix

The Times of Israël

Time of Israel, le 28 Fevrier 2014

Par Raphael AHREN

Plus de la moitié des Israéliens juifs se disent de droite, mais la plupart soutiendraient Netanyahu s’il fondait un nouveau parti centriste.

Trois quarts des Israéliens juifs soutiendraient un accord avec les Palestiniens, basé sur l’initiative de paix arabe.

Plus de la moitié voterait pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’il quittait le Likud et créait un nouveau parti, selon un sondage publié jeudi.

L’étude, commandée par l’ONG Israeli Peace Initiative (IPI), a été réalisée en début de mois sur un échantillon de 500 Israéliens de langue hébraïque.

http://fr.timesofisrael.com/3-israeliens-sur-4-prets-a-un-accord-de-paix/

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens 27 Février 2014

 

Obama s’implique dans les négociations de paix. Selon le New York Times, le Président Obama aurait fait savoir qu’il comptait désormais s’impliquer personnellement dans les pourparlers en cours entre Israéliens et Palestiniens. Un nouveau moyen de pression sur les deux parties pour aboutir à un accord.

Israël en France. L’actualité politique israélienne est aujourd’hui encore faiblement traitée dans les médias français. Seules quelques brèves parues dans la Croix ou Direct matin rapportent la colère du 1er ministre jordanien à l’égard du débat à la Knesset remettant en cause la souveraineté jordanienne sur l’esplanade des mosquées à Jerusalem.

Amos Gitai à la Une culturel en France.  L’exposition de 6 mois à la cinémathèque française consacrée à l’œuvre du réalisateur israélien Amos Gitai fait l’objet d’une très large couverture médiatique. Très présent sur les affiches du métro parisien, Philippe Vandel et France info lui ont, entre autres, consacré de nombreuses interviews multi diffusées (Tout et son  contraire)

Contexte Proche et Moyen –Orient.

Obama s’implique dans les négociations de paix. Selon le New York Times, le Président Obama aurait fait savoir qu’il comptait désormais s’impliquer personnellement dans les pourparlers en cours entre Israéliens et Palestiniens.

Un nouveau moyen de pression pour aboutir à un accord.  Cette information diffusée aux médias quelques jours avant la venue du 1er ministre Netanyahou à Washington, le 3 Mars prochain, est perçue par les médias israéliens comme la preuve d’une pression supplémentaire sur les deux parties et l’engagement total des USA à aider à parvenir à un accord mettant un terme définitif au conflit.

Obama devrait lancer un appel aux deux parties. Selon le quotidien américain, le président Obama souhaiterait lancer un appel à l’occasion de cette rencontre afin que le 1er ministre israélien et le leader palestinien valident l’accord-cadre sur le statut final des négociations présenté par John Kerry.

9 mois et plus. Le Secrétaire d’Etat a fait savoir que le processus de négociations entre les deux parties irait au-delà des 9 mois de pourparlers annoncés. Une information aussitôt démentie par le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat (i24 news).

Pourquoi ? Selon de nombreuses indiscrétions parues ces derniers mois dans la presse israélienne, palestinienne, américaine ou britannique, les négociations bloqueraient notamment sur la reconnaissance d’Israël comme État juif ou le maintien d’une présence israélienne militaire et autre dans la vallée du Jourdain. Selon la presse israélienne, John Kerry aurait proposé à Mahmoud Abbas de faire du quartier situé à l’est de Jerusalem, Beit Hanina, la capitale du futur état palestinien.

Gel de la construction par le gouvernement israélien. Une source gouvernementale israélienne citée par Times of Israël confie que le gouvernement israélien aurait ordonné le gel de toutes constructions en dehors des grands blocs d’implantations. Cet état de fait serait même en vigueur depuis plusieurs mois.

Il faut rappeler qu’en 2009, le 1er Ministre Netanyahou avait déclaré un gel des constructions durant 10 mois, en geste de bonne volonté et de confiance d’Israel à l’égard des Palestiniens pour avancer vers la paix.

Coup de sang entre Abbas et Kerry à Paris. Selon des indiscrétions parues dans la presse israélienne, la rencontre entre le chef de l’Autorité Palestinienne et le Secrétaire d’Etat John Kerry qui s’est déroulée la semaine dernière à Paris aurait été tumultueuse.

La colère d’Abbas. Les discussions sur l’accord- cadre américain auraient été l’occasion d’échanges très vifs entre les deux hommes et suscité la colère de Mahmoud Abbas. Face aux demandes américaines faites aux Palestiniens, le président de l’Autorité Palestinienne auraient très vivement accusés John Kerry de s’aligner sur les positions israéliennes,  rapportent les médias israéliens.

Le parlement jordanien vote le renvoie de l’ambassadeur d’Israel en Jordanie. Bien que sans pouvoir décisionnaire sur la diplomatie du Royaume hachémite, celle-ci ne relevant que du pouvoir du roi Abdallah II, ce vote du parlement jordanien faite suite à l’appel de 47 députés de l’opposition et du 1er ministre jordanien  Abdallah Nsour, réclamant, entre autres, une révision du traité de paix avec Israël. Cette montée des tensions vise à protester contre le débat organisé par la droite nationaliste à la Knesset où une motion prévoyait l’application de la souveraineté israélienne sur le mont du temple, en place des autorités jordaniennes actuelles.

Tsahal en état d’alerte. Le Hezbollah jure de se venger d’une prétendue attaque israélienne, rapporte la presse israélienne.

Suite aux appels à la vengeance lancés par le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah les autorités israéliennes ont décidé de placer Tsahal en état d’alerte sur sa frontière commune avec le Liban. La Défense civile a demandé aux habitants près de la frontière libanaise ainsi qu’aux agriculteurs situés dans le Nord du pays, près de la Syrie où le Hezbollah agit aussi,  de se tenir au plus loin de la zone frontalière.

L’Iran soutient une attaque du Hezbollah contre Israel. « Si l’entité sioniste envisage de mener une attaque, le Hezbollah lui fera connaitre le goût de la défaite encore une fois, », a lancé Président de la Commission pour la politique étrangère et de sécurité nationale du Parlement iranien, Alaeddin Boroujerdi. Le haut responsable iranien a tenu à ajouter que le Hezbollah se réservait le droit d’exercer des représailles contre Israël et a averti qu’Israël serait vaincu, s’il devait engager une confrontation avec la milice chiite libanaise.

Essai d’un système anti-missile israélien pour protéger les avions de ligne. Eitan Eshel, le directeur recherche et développement du Ministère israélien de la Défense, a déclaré  aux médias israéliens que les essais du « Bouclier de ciel » étaient « 100 % réussis. ».

Israël effectue des tests sur le système ultra sophistiqué de défense aérien Elbit Systems qui devrait équiper dans le futur les avions de transports de passagers.  Selon les médias israéliens, le système intègre la technologie de laser avec une caméra thermique afin de protéger les avions contre des missiles tirés depuis le sol. Il permet de guider les missiles tirés sur les avions en changeant leurs directions. Il faut savoir qu’en 2002, des terroristes islamistes ont tiré deux missiles sol-air sur un avion israélien peu après son décollage de Mombasa, au Kenya. Les missiles avaient heureusement raté leur cible.

Sans Transitions.

De l’énergie solaire à Gaza. Depuis la fermeture des tunnels de contrebandes par les autorités égyptiennes, et celle des points de passage entre l’Egypte et la bande de Gaza, les Gazaouis souffrent d’un manquent approvisionnement en fioul. Pour pallier à ce manque d’énergie, l’énergie solaire est envisagée à Gaza.

Service de Presse

Catégories :Point Presse Étiquettes : , , , , , ,

Liberation: Israël Hérode retourné dans sa tombe

27 février 2014 1 commentaire

Liberation, le 27 Fevrier 2014

Par Marius SCHATTNER 

Libération

Affluence record au Musée d’Israël, à Jérusalem, où a été reconstitué le tombeau du roi. Conspué, il fascine aujourd’hui par sa modernité.

Il fut redouté par les juifs de son vivant, puis honni par les chrétiens bien après sa mort, en l’an 4 avant J.-C., Hérode le Grand, dernier roi de Judée, Samarie, Galilée et Idumée, a traîné durant deux millénaires une réputation sulfureuse. «Il ne s’est point vu de prince plus colérique, plus injuste, plus cruel ni plus favorisé par la fortune», écrivait au Ier siècle de notre ère Flavius Josèphe. L’historien juif a fait passer à la postérité l’image d’un tyran, meurtrier de ses proches, oppresseur de son peuple, instrument des Romains, quoique …

http://www.liberation.fr/culture/2014/02/26/israel-herode-retourne-dans-sa-tombe_983102

Catégories :Jérusalem, Presse française Étiquettes : , ,

AMNESTY déforme la réalité et favorise la propagande palestinienne- Porte-parole du Ministère israélien des Affaires étrangères

27 février 2014 3 commentaires

Jérusalem, 27 février 2014

Le rapport d’Amnesty International qui sera publié aujourd’hui, se lit comme une acrobatie de relations publiques plutôt que comme un rapport sérieux rédigé par une organisation des Droits de l’homme.

Le rapport regroupe soigneusement des récits sélectionnés, invérifiables et souvent contradictoires par des individus clairement motivés politiquement,  rapportés comme des faits incontestables.

Selon la logique biaisée de ce rapport, des jets de pierres, souvent en utilisant des lance-pierres, ainsi que l’utilisation de cocktails Molotov et même des tirs réels contre les soldats de Tsahal par les Palestiniens « pose peu ou pas de menaces» pour leur vie.

Par conséquent, toute utilisation de la force par l’armée israélienne contre ces actions est considérée comme un « homicide intentionnel », ou même un crime de guerre. Même lorsque la preuve indique clairement que des soldats ont été blessés dans des affrontements impliquant des tirs à balles réelles, l’utilisation de leur force est outrageusement critiquée par Amnesty et qualifiée d’excessive.

Amnesty a un besoin urgent de vérifier la réalité : en 2013, il y a eu environ 5000 actes de jets de pierres – dont environ la moitié, contre des civils.

En 2011, 44 personnes ont été blessées par jets de pierres ; en 2012 ce nombre est passé à 71, et en 2013, il a de nouveau augmenté pour atteindre 132 victimes, ce qui  indique une augmentation dramatique de cette inquiétante activité. Dans cette même période, nombre d’Israéliens ont été victimes de fusillades, de coups de couteau, et d’autres formes de terreur, qu’Amnesty n’a pas jugé opportun de mentionner dans son rapport.

Malgré la pratique de certains groupes palestiniens, pratique dénoncée par des organisations bien informées, comme les provocations d’affrontements violents, Amnesty insiste sur l’argument que tous les Palestiniens impliqués sont des « manifestants pacifiques » ou des  « défenseurs des Droits de l’homme ». Le rapport d’Amnesty mentionne longuement le village de Nabi Saleh, mais omet de mentionner les terroristes de ce village, comme Ahlam Tamimi, qui a conduit un attentat suicide dans un restaurant où 16 personnes ont été tuées. Quand  la terroriste a été libérée dans le cadre de la libération de Gilad Shalit, de grandes fêtes ont été organisées à Nabi Saleh.

L’obsession d’Amnesty contre Israël, au-delà de tout ce qui concerne les atrocités à grande échelle qui ont lieu dans la région, suggère un agenda politique troublant. Ceci est confirmé par des recommandations scandaleuses figurant dans ce rapport, qui incluent un embargo sur les armes en Israël. Toutefois aucune remarque n’a été faite (bien entendu) pour suggérer aux autorités palestiniennes d’agir contre la violence illégitime, ou contre la glorification quotidienne du terrorisme, les meurtres dans les écoles et les mosquées, actes qui continuent d’empoisonner les esprits de la nouvelle génération.

Ce rapport scandaleux et obsessionnel n’a rien à offrir au véritable et important débat sur ​​la façon dont les autorités, chargées du respect des lois, doivent faire face aux défis complexes des manifestations comprenant des éléments violents pouvant entraîner la mort.

La seule gâchette facile et irresponsable, liée à  ce rapport est Amnesty International lui-même.

Catégories :officiel Étiquettes : , , ,

ISRAËL CONFIRME SA DOCTRINE VIS-À-VIS DU HEZBOLLAH

 
Il n’est pas dans les habitudes de Tsahal, et encore moins du gouvernement israélien, de confirmer ou de démentir les actions de l’aviation militaire contre des cibles ennemies. Le flou est la stratégie toujours utilisée pour rester à l’abri des réactions des chancelleries étrangères, toujours promptes à condamner Israël même lorsque des terroristes sont ciblés. Il semble que les Israéliens aient fait exception, le 25 février 2014, en accréditant, par la voix d’un haut responsable sécuritaire, l’idée de leur responsabilité dans l’attaque aérienne israélienne qui a eu lieu vers 22h30 à la frontière entre la Syrie et le Liban.
Neutre vis-à-vis de la Syrie
Israël applique ainsi sa doctrine consistant à ne pas s’en prendre directement à Bachar Al-Assad et à frapper en dehors du territoire syrien. Il tient à rester neutre dans la guerre civile qui ravage la Syrie. Il veut aussi éviter de provoquer les forces du Hezbollah, déjà acculées dans leur lutte contre les rebelles syriens. La doctrine d’Israël a été maintes fois affirmée. Il ne permettra jamais que du matériel sensible de haute technologie ne parvienne aux mains des miliciens du Hezbollah. C’est pourquoi, les convois d’armes sont systématiquement détruits dès qu’ils traversent la frontière du Liban, pour éviter une dissémination d’armes en provenance du régime de Bachar el-Assad.
Ce n’est pas la première fois que les transferts d’armes sont visés. L’attaque du 30 janvier 2013 s’était inscrite dans la volonté d’Israël d’éviter que le conflit syrien déborde sur les villes du Golan, donnant ainsi l’occasion à l’Iran et au régime syrien de faire diversion. L’attaque par l’aviation israélienne d’un convoi d’armes se dirigeant du territoire syrien vers le Liban ne peut donc pas être vraiment une surprise.
Les mises en garde d’officiels israéliens ont été nombreuses tandis que les voyages impromptus à Washington et à Moscou de responsables militaires israéliens ne sont pas passés inaperçus. Aviv Kohavi, chef des renseignements militaires, s’était ainsi rendu à Washington pour une rencontre inopinée et secrète avec le chef d’Etat-major des armées, le général Dempsey Martin. Par ailleurs le chef du Conseil de sécurité auprès du premier ministre, Yaakov Amidror, avait rencontré les dirigeants russes à Moscou dans le cadre d’une «visite d’urgence». Enfin le commandant des forces aériennes israéliennes, le général Amir Eshel, avait émis à plusieurs reprises des mises en garde.
Convoi détruit
En janvier 2013 le convoi détruit contenait des missiles anti-aérien SA-17 de fabrication russe, transmis par la Syrie. Ce chargement risquait de modifier la donne dans la région en équipant le Hezbollah de matériel sensible et perfectionné pouvant limiter les missions de l’aviation israélienne au-dessus du Liban.
Des informateurs infiltrés parmi les rebelles syriens et des commandos de Tsahal, qui organisent des opérations ponctuelles de repérage à terre, ont permis aux Israéliens d’identifier les sites de stockage des armes. Par ailleurs, les militaires assurent que, grâce à leurs satellites, ils maintiennent une surveillance permanente des mouvements autour des zones de stockage. Israël craint que la proximité des combats n’entraîne un débordement sur les villes israéliennes du Golan et ne donne ainsi l’occasion à l’Iran et au régime syrien de faire diversion en faisant déborder le conflit contre Israël.
Israël ne craint pas de représailles de la part des Libanais car l’armée libanaise ne se lancera pas dans une aventure où elle a tout à perdre. Les Israéliens lui ont déjà transmis la liste des cibles militaires et industrielles qui seraient rasées si une action était entreprise contre Israël. La Syrie n’a aucun intérêt pour l’instant à réagir, trop occupée à frapper les rebelles. Les Israéliens ont par ailleurs informé leurs parrains russes pour les rassurer sur leur volonté de ne cibler que le Hezbollah qui est trop empêtré en Syrie pour songer à se lancer dans un conflit de grande ampleur et ouvrir un nouveau front. D’ailleurs Nasrallah minimise l’opération dès lors où il estime n’avoir pas été touché dans son sanctuaire.
Arsenal sensible
Ainsi Israël fera tout pour empêcher le Hezbollah de se doter d’un arsenal puissant pouvant mettre en danger sa sécurité. Le petit armement n’est pas visé mais uniquement  trois types de missiles.
1/ Les systèmes avancés de défense aérienne comme les batteries de SA-17 qui mettent en danger les vols israéliens de reconnaissance au-dessus du Liban.
2/ Les missiles sol-sol de fabrication iranienne, les Fateh-110, d’une portée de 300 kms avec une précision de 200 mètres, capables de toucher des objectifs civils et militaires à l’intérieur d’Israël.
3/ Les missiles antinavires sol-mer, Yakhont, d’origine russe, qui dépassent la vitesse du son et qui menaceraient les vedettes maritimes israéliennes et les plates-formes off-shore de gaz naturel.
4/ Les armes chimiques ne sont pas exclues de cette liste sachant qu’un certain nombre d’entre elles ont échappé à la vigilance des troupes régulières syriennes pour passer aux mains des terroristes.
            Benjamin Netanyahou a confirmé la stratégie d’Israël : «Notre politique est claire. Je ne commente pas ce que nous avons fait ou pas fait, mais nous ferons ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité d’Israël.»En évitant de reconnaitre implicitement sa responsabilité dans cette frappe, il ménage la susceptibilité des Syriens et du Hezbollah qui, de ce fait, ne se sentent plus contraints de riposter. D’ailleurs le flou est volontairement entretenu sur le lieu précis de l’attaque, en territoire syrien ou libanais. Israël se bornant à préciser que sa préoccupation est de choisir le lieu de l’attaque pour éviter des dommages collatéraux contre les civils.
Le journal libanais «The Daily Star» a révélé que des avions de combat israéliens ont attaqué des cibles dans les bastions du Hezbollah à proximité du village d’Al-Nabi Shayth. D’autres sources ont affirmé que les explosions ont été entendues dans la région de la Bequaa après quatre attaques menées sur le village d’Al-Nabi Shayth du côté syrien.  Cette région est connue pour être un bastion du Hezbollah dans lequel s’effectuent le recrutement et la formation des nouveaux membres.
Malgré la précision de ces révélations, Israël n’a donné aucune confirmation de ces faits tandis que la menace continue à peser aux dessus du Hezbollah. Mais Israël et le Hezbollah ont, les deux, intérêt à entretenir le mystère sur le raid aérien à la frontière syrienne
Catégories :Divers Étiquettes : , , , , ,

Carrefour va vendre des séjours en Israël dans ses supermarchés

AFP, le 26 Fevrier 2014 

 Le géant de la distribution Carrefour va vendre des vacances en Israël dans ses supermarchés, a annoncé le ministre israélien du Tourisme, Uzi Landau.

« Vendre des formules touristiques en Israël dans les supermarchés Carrefour exploite des plateformes marketing existantes avec une large pénétration en Europe et dans le monde », s’est réjoui M. Landau dans un communiqué reçu mercredi.

« Avec l’application de l’accord (aérien) ‘Open Skies’ (Ciel ouvert), Israël devient une destination accessible pour le vacancier européen et nous devons travailler à placer Israël sur les rayons' », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la campagne conjointe entre Carrefour et le ministère israélien du Tourisme, pendant un mois à partir de la mi-mars, des agents de Carrefour Voyages proposeront des vacances en Israël comprenant des vols sur la compagnie nationale israélienne El-Al et sept nuits d’hôtel en Israël.

Le directeur général du ministère israélien du Tourisme, Amir Halevi, a cependant précisé que les formules touristiques en Israël seraient disponibles « toute l’année, même après la fin de la campagne de promotion ».

Des vidéos commerciales du ministère israélien du Tourisme seront diffusées dans les magasins Carrefour et sur le site internet de la chaîne, et diverses publicités pour Israël publiées dans ses prospectus et sa lettre d’information.

Contacté par l’AFP, Carrefour Voyages a confirmé l’opération commerciale sur Israël.

Carrefour est la première chaîne de supermarchés en France et la deuxième dans le monde, derrière l’américain Walmart.

Catégories :Presse française Étiquettes : , , ,
%d blogueurs aiment cette page :