Archive

Posts Tagged ‘Hezbollah’

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français le 3 Février 2015

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

 L’Iran admet aider le Hezbollah et le Hamas à lutter contre Israel.  Selon le  général iranien Amir Ali Hajizadeh, la République islamique aurait fourni un savoir-faire technologique au Hezbollah, au Hamas et à d’autres groupes régionaux pour aider « à la lutte contre le régime sioniste » et contre Daesh.  » (Jpost)

Israel en France.  Le traitement de l’actualité israélienne est aujourd’hui trop faible dans l’ensemble des médias français pour faire l’objet d’une analyse éditoriale représentative.

Elections législatives anticipées en Israël. Après une brève dans le Parisien ce week end, les Echos consacre un article aux accusations de corruptions portées par la presse israélienne contre  Sara Netanyahou.

Mais où sont passés les programmes politiques  s’interroge le directeur de la rédaction du quotidien économique. Alors que l’on recense 26 partis en lice, seules des accusations  personnelles, des rumeurs, des soupçons de corruption occupent le débat politique en Israël, rapporte les Echos. Une tonalité étonnante de la campagne électorale alors qu’Israël fait face à de graves tensions à sa frontière avec le Liban, rappelle Jacques Hubert Rodier.

Moyen- Orient
Vers un  retour du Hezbollah au Liban ?
Depuis plusieurs jours, le rôle du Hezbollah en Syrie aux côtés du régime Assad est remis en cause par différents spécialistes et diplomates interrogés par les médias français.
« Hassan Nasrallah se dit peut être que la priorité est de sauver son pays. » Car selon « un important diplomate européen » cité par le quotidien L’Opinion, le Hezbollah paie un lourd tribut à la crise et doit combattre Daesh au Liban. D’autant que la conclusion attendue des négociations sur le nucléaire pourrait amener l’Iran à chercher une solution sans Assad. « 

Les USA, proche à la fois de l’Iran et de l’Arabie saoudite ?  « Le fait que le président américain ait écourté sa visite en Inde pour aller saluer le nouveau roi d’Arabie saoudite avec 30 autres responsables politiques américains alors qu’aucun d’entre eux n’avaient pris la peine de se rendre à la marche de Paris après les attaques  terroristes en dit long sur les priorités de Washington », estime l’ancien sénateur  américain Graham dans le Figaro.

« Même si son jeu avec l’Iran semble indiquer une volonté de se distancer de l’Arabie« , constate Laure Mandeville, le choix est clairement de maintenir plusieurs fers au feu. Faute de mieux (Figaro.)

Antisémitisme.
L’Iran appelle à parodier la Shoah à la manière des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo. Seuls Libération et Metro traitent en bref de cette information. L’Iran a en effet lancé un nouveau concours international de caricature afin de récompenser les dessins raillant  l’holocauste.

 

La lutte contre le terrorisme
La lutte contre le terrorisme en France passe par l’Egypte ? Le rapporteur général de l’assemblée parlementaire à l’OTAN, la sénatrice centriste Joëlle Garriaud Maylam est actuellement en Egypte dans le cadre d’une mission sur la lutte antiterroriste. Elle sera reçue par le grand imam de la mosquée al Azhar (Indiscrets Figaro)

Lente reprise des Relations franco marocaine.  Après le JDD dimanche, La Croix et le Figaro consacrent aujourd’hui des articles sur les reprises des relations franco marocaines.

Coopération sécuritaire contre nouveau cadre juridique. Selon le chercheur  Haoues Seniguer interrogé par Agnès Rotivel dans la Croix,  » le Maroc accepte de collaborer et de coopérer sur le volet sécuritaire, à condition que la France soit moins inoffensive sur la question des plaintes déposées contre les officiels marocains ».

Eviter une instrumentalisation. Un proche du dossier cité par le Figaro précise que   » ce texte permet d’organiser un cadre pour éviter des situations ou des procédures de plaintes se déclenchent sur le territoire français ou marocain, sans prendre le temps d’étudier ce qu’il y a dans le dossier et éviter une instrumentalisation ».

Contexte Proche et Moyen- Orient.
Démission de William Schabas. Le président de la commission onusienne chargée   d’enquêter sur la guerre à Gaza entre Israël et le Hamas  a démissionné lundi pour conflit d’intérêts. Selon i24 news, William Schabas aurait travaillé en tant que consultant en 2012 pour l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Le Conseil des Droits de l’Homme de l’Onu est aussi en cause. Le 1er Ministre Netanyahou a rappelé lundi que les décisions du CDH n’ont rien à voir avec la défense du droit humanitaire international : « C’est ce même Conseil qui, en 2014, a pris plus de décisions contre d’Israël que sur l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord confondus » (Haaretz)

Schabas

« La composition et le mandat de cette commission ne nous inspiraient pas confiance. »  « Etant donné que la commission Schabas n’est pas une commission d’enquête mais un comité qui a déjà des résultats prédéfinis, il avait été décidé qu’Israël ne coopérerait pas avec cette dite commission », avait annoncé le ministère israélien des Affaires étrangères en novembre dernier, par la voix de son porte-parole Emmanuel Nahshon. Comme il est d’usage en Israel après chaque intervention militaire, Israel avait déjà mis en place une commission d’enquête interne.

Israel demande aujourd’hui l’abrogation de la commission d’enquête. Il faut aussi rappeler que la Commission Schabas avait décidé de n’enquêter que sur les évènements postérieurs au 17 juillet, sans prendre en compte l’enlèvement et le meurtre de 3 étudiants israéliens, ni la multiplication des roquettes tirées sur Israel depuis Gaza.

Le Hezbollah : l’heure des choix. Nombreux sont les médias israéliens qui, comme les médias français s’interrogent sur la stratégie du Hezbollah dans le contexte international actuel.

Selon Ynet , les ambitions du Hezbollah se répandent bien au-delà du Liban. Le Hezbollah a envoyé des milliers de combattants en Syrie, des conseillers militaires en Irak, a contribué à la montée de rebelles chiites au pouvoir au Yémen et au Bahreïn.

Le Hezbollah aux ordres de l’Iran. Aujourd’hui, déclare Rami Khouri dans le journal libanais Daily Star, certains voient le Hezbollah comme le Sauveur et protecteur de la nation ou comme un dangereux cheval de Troie iranien. »

L’Iran admet aider le Hezbollah et le Hamas. Selon le  général iranien Amir Ali Hajizadeh, la République islamique aurait fourni un savoir-faire technologique au Hezbollah, au Hamas et à d’autres groupes régionaux pour aider « à la lutte contre le régime sioniste » et contre Daesh. « En exportant la technologie de fabrication de missiles et d’autres équipements, l’Iran a aidé des pays tels que la Syrie, l’Irak et la Palestine ainsi que le Hezbollah libanais à résister contre le régime sioniste et à lutter contre l’EI. » (Jpost)

Sans transitions.
Diplomatie, gastronomie et respect de l’environnement. Selon i24 news, le ministère israélien des Affaires étrangères aurait décidé de servir des plats végétariens une fois par semaine dans le cadre d’une initiative baptisée « Lundi sans viande ». Cette décision illustre une approche « responsable à l’égard de l’environnement » afin de contribuer à diminuer la consommation de viande et d’atténuer ainsi les émissions de gaz à effet de serre liées à l’élevage. Le directeur-général du ministère des Affaires étrangère,  Nissim Ben Shitrit, estime « qu’il était naturel que les diplomates, qui s’occupent de questions mondiales, soient à la pointe d’une telle démarche.« 


Service de Presse


 

 

Catégories :Divers Étiquettes : ,

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français – le 2 Février 2015

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Israel en France.  Suite et Conséquences de l’attaque majeur du Hezbollah contre Israël. Depuis la semaine dernière, les médias français se sont largement fait l’écho des attaques du Hezbollah contre Israel. Il faut noter que la presse quotidienne incrimine clairement le Hezbollah, contrairement au traitement médiatique constaté dans les matinales radios d’information.

Il s’agit de l’attaque la plus grave menée par le Hezbollah contre Israel depuis 2006. Le Hezbollah a attaqué un convoi militaire israélien dans le secteur contesté des fermes de Chebaa.  Deux soldats de Tsahal ont trouvé la mort et un soldat espagnol de la Finul aurait été tué par des tirs de représailles.

L’attaque du Hezbollah pourrait être une réponse au raid aérien israélien qui avait tué 6 membres du Hezbollah et un général iranien le 18 janvier dernier. Selon une chercheuse à l’Institut israélien sur la sécurité nationale Benedetta Berti, « la mort des membres du Hezbollah le 18 janvier aurait « constitué une véritable gifle pour le Hezbollah » (le Figaro, 29 Janv.)

« La situation est très inflammable, il suffirait d’un rien pour que notre pays se trouve embarqué dans une guerre qui ne le concerne pas, déclare le général de réserve, Israel Zvi (Figaro, 29 janv.)

 

Aucun des deux camps n’a intérêt à l’escalade.
Le Hezbollah impliqué en Syrie ne peut ouvrir un nouveau front et encore moins combattre sur deux fronts, compte tenu du risque possible d’implosion du Liban et de l’afflux de réfugiés syriens. Mais le Hezbollah ne pouvait pas non plus ne pas riposter, estime le chercheur Ziad Majed (la Croix)

Une opération militaire israélienne à un mois des élections serait hasardeuse, estime Aude Markovich de Libération (30 janv.),  d’autant que selon  les analystes israéliens cités par la presse française,  le Hezbollah disposerait de 100 000 missiles dont certains seraient capables de toucher l’ensemble du territoire israélien.

Israel tente de se prémunir contre des tunnels creusés depuis le Liban. Par l’attaque du 18 janvier, Israel aurait envoyé un avertissement au Hezbollah pour l’empêcher d’aider Damas à récupérer les hauteurs stratégiques du Golan

C’est l’Iran qui est responsable, a déclaré du 1er Ministre Netanyahou :  » Ceux qui sont derrière cette attaque en paieront le prix …c’est l’Iran qui est responsable » (La Croix)

Les négociations sur le nucléaire en ligne de mire. L’Iran menace toujours Israel de représailles mais selon la Croix, les Iraniens ne peuvent pas mettre en péril leurs négociations avec les Américains sur le nucléaire.

« Même si aucun des deux camps ne semble vouloir une nouvelle guerre et un embrasement général » estime Cyrille Louis dans le Figaro, le spécialiste militaire Yossi Melman dans le Maariv prévient néanmoins qu’il faut s’attendre que dans le prochains mois, le Hezbollah multiplie les opérations sur le Golan »

 

Diplomatie
Reprise des Relations franco-marocaines. Selon le JDD, celle-ci s’expliquerait par la signature d’un avenant à la convention de coopération judiciaire franco marocaine  concernant la compétence juridique universelle de la France. Le  Maroc estime en effet que les affaires marocaines doivent être jugées sur son sol. Selon François Clémenceau le roi du Maroc serait arrivé vendredi à Paris en visite privée. Sa sœur aurait décoré samedi, 3 dignitaires religieux français, juif, chrétien et musulman en présence de Manuel Valls, à l’Institut du Monde arabe

Shoah et les Justes. Il faut aussi savoir que de nombreux diplomates israéliens en poste en France remettent la plus haute distinction de l’Etat d’Israel, la Médailles des Justes. A ce titre, la porte-parole de l’Ambassade d’Israël en France, Michal Philosoph, s’est rendue à Cosne sur Loire pour remettre à titre posthume, la Médailles de Justes parmi les Nations à Odette et Jean Chevelot.

L’Etat d’Israël tient à distinguer chacun d’entre eux.    Car en agissant ainsi, ces hommes et femmes n’ont pas seulement sauvé des innocents d’une mort certaine. En se dressant contre la barbarie, ils ont sauvé la dignité de l’homme. A cette époque et encore aujourd’hui, il aura fallu et il faudra toujours un courage exceptionnel.

« Rien ne peut se bâtir sur l’oubli ou le mensonge. » Comme l’a déclaré M. Philosoph, aux enfants et petits-enfants des Justes, « vos parents étaient enseignants et peut être, plus que tout autre, ils mesuraient l’importance de l’éducation. Rien ne doit jamais nous écarter de notre devoir de mémoire et de vérité. La vérité, il nous faut l’enseigner et la faire vivre, pour qu’elle ne soit jamais oubliée. La mémoire, il faut la brandir, pour éclairer l’avenir et rappeler les liens immuables,  qui doivent s’établir entre le passé, le présent et l’avenir de nos nations. Rien ne peut se bâtir sur l’oubli ou le mensonge.

Commemoration des 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz.
Les médias français continuent de rendre compte des  témoignages des rescapés de la Shoah. Articles, reportages, documentaires et films sur la Shoah sont encore aujourd’hui largement diffusés. La presse parue au lendemain des cérémonies en hommage aux victimes de la Shoah se fait le témoin d’une tendance éditoriale qui se vérifie encore aujourd’hui.

Antisémitisme, l’Etat dit stop titrait à sa Une le quotidien gratuit Direct Matin. « Alors que les attaques visant la communauté juive se sont multipliés en France ses derniers temps, l’exécutif a décidé de durcir le ton. Le Président Hollande a souhaité répondre par la fermeté absolue  en proposant un plan de lutte contre l’explosion du phénomène.  »

Le double hommage de Hollande aux victimes de l’antisémitisme titrait les Echos. C’était il y a soixante-dix ans et cela reste d’une cruelle actualité, s’est inquiété le président Hollande,  Comment, après la Shoah, après ce crime contre l’humanité, après cette ignominie, l’antisémitisme peut-il encore resurgir ? Comment accepter qu’il faille les soldats pour défendre les juifs de France ? » A-t-il lancé, trois semaines après la mort de quatre juifs dans l’attentat terroriste perpétré contre un supermarché casher à Paris. Si l’antisémitisme a « changé de visage », a-t-il noté, il « n’a pas perdu ses racines millénaires »

Que faut –il faire ?
Enseigner pour ne pas oublier titrait à sa une le quotidien gratuit Metronews. Objectif : désamorcer l’ignorance. François Hollande a assuré que la mémoire de la Shoah perdurerait. Et cela passe par un délicat travail pédagogique dans les écoles.

Connaitre l’Histoire du 20 ème siècle, un défi pour la jeunesse constate la Croix à sa Une qui rend compte d l’enquête international de Fondapol sur la mémoire collective des faits historiques dans chaque pays.

« Shoah, L’histoire contre les fanatismes » expliquait le Monde dans un éditorial à retenir.
« L’adoption de lois mémorielles ont eu un effet pervers, constate la rédaction du Monde. Elles ont conduit d’autres communautés à ériger leur mémoire en Histoire et à entrer dans une détestable compétition « victimaire » avec les juifs. Au risque de nier la singularité absolue du massacre des juifs et des Tziganes d’Europe par le régime nazi. D’autre part, les vieux thèmes de l’antisémitisme européen ont été repris avec plus de vigueur que jamais, dans le monde arabe, dans la longue guerre qui l’oppose à Israël. Par tous les canaux de diffusion, notamment sur Internet, ce sinistre rhétorique a envahi certains secteurs des communautés musulmanes d’Europe.3

« Ce nouvel antisémitisme meurtrier rend plus que jamais nécessaire le rappel de ce qu’a été Auschwitz. Au-delà des principes humanistes et moraux, l’inlassable travail des historiens pour établir la vérité des faits reste la meilleure arme contre les négationnismes. » (Monde)


Service de Presse


 

Catégories :Divers Étiquettes :

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israélien le 20 Janvier 2015

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Israël en France. Un raid aérien en Syrie aurait été mené par Israël selon le Monde.fr, dimanche 18 janvier. Selon Libération un hélicoptère israélien aurait tiré deux missiles contre des véhicules à la frontière israélo- syrienne. Des combattants iraniens et du Hezbollah auraient été tués dont Jihad Moughnieh, le fils d’un haut responsable militaire du mouvement terroriste chiite, éliminé en 2008 à Damas. Le Hezbollah accuse Israël de l’élimination de Moughnieh, ce qu’ont toujours démenti les autorités israéliennes. Lundi, un site d’informations iranien a affirmé que six militaires, dont un général impliqué aux côtés du régime Assad,  avaient trouvé la mort dans cette attaque sur Kuneitra.

Des missiles iraniens aux mains du Hezbollah. « Quelqu’un a jeté une allumette sur un baril de poudre de poudre et maintenant il attend de voir s’il va exploser ou non » déclare un analyste israélien cité par Libération. Cette attaque intervient quelques jours après que le chef du Hezbollah H.Nasrallah  ait annoncé qu’il possédait des missiles iraniens Fateh-110 capables d’atteindre toute le territoire israélien.

Le monde arabe en ébullition après la publication de la Une de Charlie Hebdo.

De nombreux médias français se sont fait l’écho des manifestations anti françaises au Pakistan, en Turquie, à Grozny mais aussi à Gaza et en Iran.  Il est à noter que seul le Figaro rend compte aujourd’hui des déclarations des islamistes radicaux de la bande de Gaza.
Les Français de Gaza menacés. « Français, dégagez de Gaza où nous vous égorgerons, ont scandé près de 200 islamistes radicaux qui ont brûlé le drapeau français et brandi les visages de terroristes  devant le centre culturel français de Gaza » (Figaro, Arte Journal, France 2, Jt de 20h, 19 janv.)

Iran : « Mort à Israël, mort à la France. Nous aimons le prophète » ont scandé des manifestants iraniens devant l’ambassade  de France à Téhéran.  » (Figaro)

« La politique israélienne est un « prétexte qui arrange les uns et les autres mais Israel » prévient le Grand rabbin de France dans le Figaro du 17 janv. « Ce qui se passe en Irak, au Soudan, au Pakistan n’a rien à voir avec Israel. »

Le judaïsme est l’ennemi obsessionnel de l’islamisme radical »,17poursuit Haim Korsia. C’est aussi l’avis de l’ancien 1er ministre Dominique de Villepin selon qui : « nos compatriotes juifs ont été les cibles prioritaires  des islamistes radicaux »(Figaro

Attention c’est au nom d’une réaction de défense que commence le totalitarisme ». Lors d’une interview d’Anne Sinclair sur Europe 1 samedi, le célèbre psychiatre Boris Cyrulnik a fait part de son analyse. A travers l’usage des mots « mécréant », « blasphème », « insulte », c’est à nouveau le processus de langage totalitarisme connu qui s’enclenche selon lui, comme ce fut le cas pour le nazisme prévient-il.

« L’antisémitisme en France se sent accepté, toléré, légitimé par le silence des autres s’inquiète Haim Korsia ainsi que le célèbre écrivain David Grossman qui signe une magnifique tribune dans Libération du 17 janv.

« Tout être honnête écrit-il, doit s’interroger sur le fait que des policiers doivent protéger  les Juifs en Europe quand ils se rendent çà la synagogue, à l’école, aux jardins d’enfants. Cette idée est-elle acceptable s’interroge le célèbre écrivain, israélien. Et d’exprimer avec justesse les difficultés de la vie des israéliens sous la menace terroriste, Cette vie, qui, aujourd’hui est aussi celle la France et des Européens. Et David Grosmann d’appeler le musulmans modérés à « élever la voix et rappeler que la guerre n’est pas entre l’islam et le christianisme ou le judaïsme mais entre l’islam  les extrémistes fanatiques et ceux pour qui la tolérance n’est pas une figue de rhétorique.  »

Argentine et terrorisme antisémite. Un procureur accusant la présidente Cristina Kirchner d’avoir couvert Téhéran dans l’attentat antijuif qui avait fait 85 morts en 1994 a été retrouvé mort dans son appartement, une balle dans la tête, alors qu’il devait faire le lendemain des révélations sur l’affaire devant le Congrès. Selon le procureur Nisman « le gouvernement aurait tenté de couvrir l’Iran pour s’assurer du  pétrole à bon prix, en échange de céréales. » (Figaro, Alice Pouyat)

Sans transitions.
Portrait de la comédienne israélienne Yaël Abecassis à l’occasion de la sortie de son  nouveau film « Rendez-vous à Atlit. » en 4 ème de couv de Libération, Alexandra Schwartzbrod

Contexte proche et Moyen-Orient
Yaalon : Interrogé par i24 news sur le double tir de missiles dimanche, qui a visé un convoi dans la Golan syrien, le Ministre de la défense Moshe Yaalon a refusé de confirmer qu’Israël était à l’origine de ce bombardement. « Israël est toujours coupable, nous y sommes habitués », a commenté le ministre israélien.

Jack Guez (AFP/Archives)Jack Guez (AFP/Archives)« Le ministre israélien de la défense Moshé Yaalon à Tel Aviv le 14 juin 2014 »

Le Hezbollah au service de l’Iran.  »  Mais en raison des menaces constantes de la part du Hezbollah, nous devons nous tenir prêts (…) sans pour autant craindre l’escalade qui pourrait mener à une guerre », a encore déclaré Moshe Yaalon pour qui l’implication du Hezbollah en Syrie est motivée par des intérêts iraniens.


  Service de Presse


 

Catégories :Divers Étiquettes : , , ,

Israël et Moyen-Orient – Revue des Médias français et israéliens – le 24 novembre 2014

Israël et Moyen-Orient – Revue des Médias français et israéliens –  le 24 novembre 2014


Interview du 1er ministre Netanyahou sur i24 news. « Bien sûr que le vote du Parlement français nous inquiète, c’est même irresponsable », a déclaré Benyamin Netanyahou. « Israël ne se permet pas de dire à la France quelle région devrait obtenir son indépendance, il ne le fait pas non plus avec l’Espagne ni avec n’importe quel autre pays européen ». « Chaque parcelle de terre d’où Israël s’est retiré est devenue un bastion de l’islamisme, regardez ce qui se passe à Gaza », a-t-il poursuivi. « Tendre la main aux terroristes qui commettent des attentats dans des synagogues est irresponsable, et mauvais,  a prévenu le 1er Ministre israélien. Car « le monde implose sous la menace terroriste ».

i24news 

Israel en France. « La reconnaissance d’un Etat palestinien par la France serait une grave erreur ». Nombreux sont les médias français qui se font brièvement l’écho des propos du 1er Ministre Netanyahou,  à  l’égard du projet de résolution socialiste invitant le gouvernement français à reconnaitre l’Etat palestinien (Metro, Direct matin, 20 Minutes, itele, BFM; TF1, la Croix, Les Echos, Figaro, JDD).

Le 1er ministre israélien met en garde la France, notent les quotidiens gratuits 20 minutes et Metro. Netanyahou hausse le ton  estime TF1 (Journal de 20h, 23 nov).
« C’est tout ce qu’ils ont à faire en ce moment en France quand on décapite des gens à travers le Proche-Orient, y compris un citoyen français  s’interroge le 1er Ministre Netanyahou (Direct matin). Et Le Parisien d’expliquer que les Palestiniens mènent actuellement  une campagne internationale afin de renforcer leur statut à l’ONU. Les députés français doivent débattre de cette résolution socialiste le 28 novembre prochain. Le vote à l’Assemblée Nationale est prévu le 2 décembre (Metro)

Projet de loi renforçant le caractère juif d’Israël. Les médias français se font aussi brièvement l’écho aujourd’hui du vote du cabinet gouvernemental israélien en faveur d’un projet de loi visant à renforcer le caractère juif d’Israël.

Le texte de loi sera probablement édulcoré comme l’ont fait remarquer le Figaro ou la Croix (Encadrés),  en citant le professeur israélien Denis Charbit. Il faut savoir qu’en Israël, l’adoption d’une loi ne peut se faire qu’après 3 passages devant la Knesset.

Une manœuvre de politique interne. Selon les spécialistes israéliens interrogés, cette loi pourrait être aussi abrogée par l’équivalent du Conseil constitutionnel si elle ne répond pas aux lois démocratiques israéliennes. C’est pourquoi la plupart des commentaires estiment qu’il s’agit d’une manœuvre tactique, à usage de politique interne et  des alliances au sein de sa coalition.

« La peur s’installe à Jerusalem ». « Palestiniens et Israéliens s’épient et s’évitent, sûrs qu’un nouvel assassinat sera bientôt commis dans leur ville. »(Cyrille Louis, Le Figaro)
A Noter « Les actes terroristes isolés en Israel font penser à des attentats de type Daesh. Invité des matinales de France Culture, Gilles Kepel voit une analogie entre le mode opératoire de Daesh en Syrie et en Irak et les attentats terroristes isolés qui se sont multipliés à Jerusalem.

A Noter aussi. Tout ça pour ça.   Les journalistes de la matinales de France Culture qui se sont rendus dans la bande de Gaza le mois dernier ont admis aujourd’hui avoir constaté une forte baisse de popularité du Hamas auprès des Palestiniens de Gaza qui, pour la plupart, s’interrogent sur les sens de la guerre déclenchée par le Hamas l’été dernier.

Dossier nucléaire iranien. Semaine de la dernière chance. Après 12 ans  de négociations, la communauté internationale et l’Iran sont à la fin d’un processus entamé en octobre 1993 (France info).

Objectif : stopper la bombe atomique iranienne. Selon le spécialiste interrogé par TF1, François Géré, l’Iran ne pourrait pas fabriquer une bombe atomique avant 18 mois ou 2 ans.

« Le régime iranien n’a pas renoncé à devenir une puissance nucléaire, même officieuse, déclare un diplomate européen cité par Libération. « A tous ceux qui voulaient se voiler la face, ce blocage prouve que ces sanctions ne sont pas suffisamment fortes pour que le régime ait peur d’un soulèvement populaire susceptible de le renverser. »

Un Iran nucléaire inquiète Israel et les monarchies sunnites. « Israel, cible ces dernières années de la rhétorique antisioniste de M. Ahmadinejad, verrait dans un Iran nucléaire une menace pour son existence. Et les monarchies pétrolières sunnites du Golfe persique, notamment l’Arabie Saoudite ont tout à craindre d’un Iran chiite disposant de la bombe atomique ». (Direct matin)

Les enjeux de l’accord : le nombre des centrifugeuses et le rythme de la levée des sanctions. L’Iran disposerait actuellement de 10 000 centrifugeuses, bien plus que ce qui est nécessaire pour un programme nucléaire civil, explique Yves Bourdillon des Echos. Les occidentaux souhaitent ramener ce chiffre à 1500.

Encore très  loin d’un accord.  Kerry : « il existe de grosses divergences, de graves divergences, mais nous travaillons dur pour aboutir « (Libération). Des blocages importants persistent mais peuvent être levés par les présidents Obama et Rohani qui, selon la plupart des médias français,  ont tous deux intérêts à obtenir un accord.

Le dossier nucléaire iranien trouvera-t-il une solution, s’interroge direct Matin à sa Une. Un accord définitif semble impossible pour l’instant. Mais aucune des parties ne peut se permettre un échec car cela déboucherait sur une relance du programme nucléaire iranien estime Kelsey Davenport (les Echos).

Vers une prolongation ?  Il faut mieux privilégier un accord partiel, estime Thierry Colville (France inter, journal de 8h, Europe 1, 6h45). Les Iraniens souhaitent un an de négociations supplémentaires, la communauté internationale beaucoup moins.

Que peux y gagner la France ? France info et France Inter  ont multiplié et multidiffusé aujourd’hui les reportages indiquant les avantages économiques pour la France d’une reprise des échanges commerciaux avec l’Iran. Selon Ludovic Piétenu, le gaz iranien serait même une porte de sortie pour l’Europe, lui permettant « d’éviter de rester sous la coupe du gaz russe. »

A Noter. Interview du président de la commission des Affaires étrangères du parlement iranien. Le Monde,

« Nous avons un ambitieux programme nucléaire civil et des pays comme la France, qui construisent des centrales nucléaires civiles, trouveront un débouché magnifique en Iran. Nous sommes même prêts à des coopérations communes. »

 » C’est très clair : l’arme nucléaire n’a strictement aucune place dans la stratégie défensive de la République islamique d’Iran.   » Tout doit être levé en une seule fois : les sanctions du Conseil de sécurité, celles des Etats-Unis, de l’Union européenne.

Et s’il n’y a pas d’accord interroge Christophe Ayad.«  Tout dépendra des deux parties. Elles peuvent s’entendre sur un nouveau délai. Mais si ce n’est pas le cas, l’Iran ne sera plus tenu par ses engagements », prévient le haut responsable iranien.

Contexte Proche et Moyen Orient
Interview du 1er ministre Netanyahou sur i24 news. « Bien sûr que le vote du Parlement français nous inquiète (…) c’est même irresponsable », a déclaré Benyamin Netanyahou.  Ce que la France veut faire, c’est donner aux Palestiniens un Etat, sans paix, pour qu’ils puissent continuer à faire la guerre ».  Le vote du Parlement français ne fait que « durcir la position palestinienne » en envoyant les « mauvais signaux » a déclaré le 1er ministre israélien.

« Chaque parcelle de terre d’où Israël s’est retiré est devenue un bastion de l’islamisme (…) regardez ce qui se passe à Gaza ». A chaque fois qu’Israël a donné des territoires aux Palestiniens, l’Iran – au travers des islamistes – s’y est introduit, et des milliers de roquettes ont été tirées sur les villes israéliennes. « Quelqu’un à Paris s’en inquiète-t-il ? », s’est interrogé le 1er ministre Netanyahou. « Donnez un Etat aux Palestiniens pour qu’ils s’en servent afin d’attaquer Israël est une terrible erreur, cela ne conduira pas à la paix ».

« Tendre la main aux terroristes qui commettent des attentats dans des synagogues est irresponsable, et mauvais,  a prévenu le 1er Ministre israélien. Car « le monde implose sous la menace terroriste ».   « Comment un pays (comme la France, ndlr) peut-il faire partie d’une coalition anti-djihadistes d’un côté, et soutenir ces mêmes djihadistes de l’autre » (i24 news)

« Israël ne se permet pas de dire à la France quelle région devrait obtenir son indépendance, il ne le fait pas non plus avec l’Espagne ni avec n’importe quel autre pays européen », a-t-il poursuivi.

Netanyahou devait secrètement rencontrer Abbas. Selon Israël Ayom qui cite de médias arabes, la  rencontre entre dirigeants israéliens et Palestiniens pour discuter des tensions de Jérusalem ainsi qu’un retour aux négociations aurait été reportée après l’attentat barbare de la synagogue à Jérusalem.

Livni : le projet de loi renforçant le caractère juif de l’Etat d’Israel ne passera pas. Selon la ministre de la justice, Tzipi Livni, le gouvernement travaillerait sur un projet de loi édulcoré selon les souhaits du parti au pouvoir de Yesh Atid et Hatnua qui n’accepteront pas la formulation actuelle. Selon les critiques émises notamment par la plus haute juridiction d’Israel, le projet de loi est au mieux, redondant et antidémocratique et au pire, discriminatoire. Je pense que ce projet de loi porte atteinte sionisme et l’Etat d’Israël, a poursuivi Tzipi Livni (Ynet).

Dossier nucléaire iranien. La communauté internationale exige que l’Iran réduise ses capacités nucléaires afin d’exclure tout débouché militaire. Téhéran, qui soutient que son programme nucléaire est strictement pacifique, revendique son droit à une filière nucléaire civile complète et demande la levée des sanctions économiques.

Le prolonger « serait le moindre mal », estime une source iranienne, expliquant que le pire serait « un climat de confrontation avec une escalade de part et d’autre. Par exemple, qu’on réponde à de nouvelles sanctions par un développement du programme nucléaire ». (i24 news)

Un plan B ?   Si les négociations échouent, Téhéran envisagerait d’accroître sa coopération avec la Russie et la Chine. Les deux pays peuvent fournir une couverture diplomatique au Conseil de sécurité des Nations Unies, où qu’ils brandissent les vetos qui peuvent aider à prévenir des sanctions d’être élargie.

Iran : Nous avons donné au Hezbollah des missiles pouvant atteindre Israël. Selon l’un des hauts gradés iranien des gardiens de la Révolution, le général Seyed Majid Moussavi, l’Iran aurait fourni au  « Hezbollah et au Hamas des armes afin de permettre aux groupes de résistance de rivaliser avec le régime sioniste assoiffé de sang. » (Israel Ayom)

Sans transitions.
Le Fond de placement de l’Etat de Singapour investit 5 millions de dollars dans des technologies de pointe développées par des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv.
Agenda diplomatique. Israel ouvre un 4 ème Consulat en Chine. Une ligne aérienne directe relie désormais Israël et Shangaï.


  Service de Presse


Revue de Presse – 31 Octobre 2014

CAFE_PRESSE_LOGO

 

Attentat terroriste contre Israël  déjoué au Pérou

Complot terroriste du Hezbollah. Un attentat terroriste du Hezbollah contre des intérêts Israéliens a été déjoué à Lima au Pérou. Selon Ynet, il visait l’ambassade d’Israël, des centres communautaires juifs ainsi que les villes touristiques fréquentées par des  Israéliens. Le terroriste d’origine libanaise, Amadar Muhammad, a été arrêté par les forces antiterroristes péruviennes. Des explosifs et des détonateurs ont été retrouvés à son domicile, située dans le quartier de Surquillo à Lima, à proximité de la représentation diplomatique et des résidences des diplomates israéliens.

Peru security forces outside Muhammad Amadar's apartment.Peru security forces outside Muhammad Amadar’s apartment.

Muhammad Amadar.
Muhammad Amadar.

 

Jérusalem sous très haute tension.

Réouverture par Israel du Mont du temple pour désamorcer une situation explosive.
L’ensemble des médias français se fait aujourd’hui l’écho des affrontements qui opposent de jeunes palestiniens aux forces de police israélienne à Jérusalem (matinales radios, Libération, la Croix, Arte journal).
Si l’origine des affrontements est liée à l’élimination de deux Palestiniens, les médias français mentionnent très peu les actions terroristes dans lesquelles ils ont été impliqués. Le 1er a lancé délibérément sa voiture sur les passagers du tramway de Jérusalem tuant une petite fille de 3 mois ainsi qu’une jeune femme d’origine équatorienne. Le second terroriste palestinien a tenté d’assassiner un militant nationaliste israélien. De nombreuses échauffourées lancées depuis par les Palestiniens sont en réponse à la neutralisation de ces deux terroristes.

Service de Presse

Israël appelle à une coopération contre l’EI

AFP, le 9 Septembre 2014

Michal Cizek (AFP/Archives)

Le ministre israelien de la Défense, Moshé Yaalon, a appelé mardi à une coopération des services de renseignements du « monde libre » contre l’Etat islamique (EI).

« Pour arrêter et vaincre l’Etat islamique, nous avons appris depuis le 11 septembre, qu’il faut une coopération des services de renseignements des pays du monde libre, des échanges d’expériences et une coopération opérationnelle dans certains domaines », a affirmé le ministre, dont le propos ont été diffusés par la radio publique.

L’Etat islamique, qui a conquis de vastes territoires à cheval entre Syrie et Irak, est un groupe jihadiste ultra-radical qui a commis de nombreuses exactions. « Le monde libre s’est jusqu’à présent montré trop tolérant face aux organisations, aux entités terroristes et aux pays qui soutiennent le terrorisme tel l’Iran », a ajouté Moshé Yaalon.

Amos Yaldin, ancien chef de renseignements militaires et actuel directeur de l’Institut pour les Etudes sur la sécurité nationale de l’université de Tel Aviv, interrogé par la radio sur une coopération internationale contre EI, a indiqué qu’Israël partageait ses renseignements avec ses alliés.

« Les renseignements que nous recueillons sur le Moyen-Orient face à une série de menaces: l’Iran, le Hezbollah, sur ce qui se passe en Syrie, sur les organisations terroristes dans le Sinaï (en Egypte), dans la bande de Gaza, sont de très bonne qualité et nous les partageons avec nos alliés », a affirmé ce général de réserve.

Israël a ajouté mercredi dernier l’EI et les brigades Abdallah Azzam sur la liste des organisations qu’il considère « illégales ».
Cette mesure permet de prendre des mesures judiciaires « contre ces organisations, ceux qui les soutiennent et les financent », avait indiqué le ministère de la Défense.

Catégories :Presse française Étiquettes : , , , , , , ,

Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 4 Avril 2014

 

Processus de paix. Les mesures unilatérales prises aux Nations Unies par l’Autorité palestinienne constituent une violation de l’accord qui sous-tendait la reprise des pourparlers de paix estiment aujourd’hui la plupart des médias israéliens.

Israël en France.   L’actualité israélienne est trop peu traitée dans les médias nationaux français pour être l’objet d’une analyse éditoriale représentative. Les journaux de 20 h de la veille, les matinales des radios généralistes et la presse nationale se focalisent sur le plan intérieur,  sur les objectif du nouveau gouvernement mené par Manuel Valls  et du point de vue international, sur la situation de crise au Liban qui accueille plus d’un million de réfugiés syriens et sur la commémoration du génocide rwandais, il y a 20 ans.

Les négociations de paix s’effondrent mais ne s’arrêtent pas. Selon Sébastien Leugénie, les nouvelles demandes palestiniennes concernant les prisonniers et les frontières ainsi que le lancement d’une demande adhésion des Palestiniens au sein des instances de l’ONU ont changé les conditions des négociations (France Inter, journal de 7h30)

« Le processus, un obstacle à la paix israélo-palestinienne. » Il faut noter la tribune du célèbre écrivain israélien aujourd’hui dans Libération, A.B Yehoshua, qui appelle les USA à laisser les deux parties face à leurs responsabilités. Selon lui, le processus et la médiation américaine mènent à l’inaction. Il faut agir avant de négocier. Et de rappeler deux faits d’histoire : la visite historique du président Sadate à Jerusalem avait lancé les négociations avec l’Egypte. Et la menace de désengagement américain lors de la guerre de Kippour avait obligé les parties concernées au compromis nécessaire.

Lutte contre l’antisémitisme.  

Anelka fait allusion à l’influence des origines juives de la femme de Manuel Valls. Dans une interview pour le journal gratuit Metro, le joueur de football français condamné par les autorités sportives anglaises pour avoir volontairement effectué le geste antisémite de la quenelle, N. Anelka nie vivement ses intentions antisémites. Le joueur français explique néanmoins à mots couverts  l’action du ministre de l’Intérieur contre Dieudonné Mbala Mbala par l’influence selon lui des origines juives de la compagne de Manuel Valls : « Je pense plutôt qu’il a été sous l’influence de sa femme (Anne Gravoin, Ndlr) sur cette affaire de quenelle »

 Contexte Proche et Moyen–Orient.

Crise au sein des négociations de paix. Telle est la ligne éditoriale de l’ensemble des médias israéliens. Si la presse de gauche accuse le gouvernement israélien, celle du centre, comme le Yediot, estime que le leader de l’Autorité palestinienne fait une nouvelle fois monter les enchères en créant une situation de crise qu’il pense pouvoir être favorable aux intérêts palestiniens.

Kerry annule sa rencontre avec Abbas. Constatant cette rupture décidée par l’AP de l’engagement préalable à la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens, le secrétaire d’Etat américain décide d’annuler sa rencontre prévue avec le président palestinien.

 

Willing to throw the lives of his staff into turmoil to try to extinguish foreign policy fires (Photo: Reuters)

 

Selon les médias israéliens, hier, mercredi, une très longue et intense rencontre aurait eu lieu entre les négociateurs israélien et palestinien, Tzipi Livni et Saed Erekat.

Les Palestiniens rompent l’entente préalable. C’est suite à cette rencontre que l’Autorité palestinienne aurait décidé de rompre ses engagements en lançant un processus d’adhésion au sein des instances internationales onusiennes.

Tzipi Livni annonce l’annulation de la 4ème vague de libération de 26 nouveaux prisonniers palestiniens.  La libération de 104 prisonniers palestiniens condamnés pour terrorisme, en 4 fois,  faisait partie des gestes de confiance décidées par Israël pour permettre la reprise des négociations.

 

Tzipi Livni, left, John Kerry, center, and Saeb Erekat at the State Department last July 30, when the current peace talks began. (Photo credit: State Department)

 

Surenchère palestinienne. Le président Abbas a fait connaitre de nouvelles pré- conditions à la reprise des négociations parmi lesquelles la libération de 1200 nouveaux prisonniers dont Marwan Barghouti et Ahmad Saadat, la reconnaissance de Jérusalem Est comme capitale d’un futur Etat palestinien établi selon les frontières de 67, la fin du blocus de Gaza et selon l’agence de presse Ma’an, l’octroi de la citoyenneté israélienne à 15 000 Palestiniens dans le cadre d’un programme de regroupement familial. Autrement dit notent les médias israéliens, M. Abbas demande à Israël de signer un accord de paix avant de le négocier.

Que peut-il se passer ?

Kerry a discuté par téléphone avec le 1er ministre Netanyahou et le président Abbas. Selon le négociateur américain, les négociations ne se termineront qu’à la date prédéfinie depuis 9 mois, soit le 30 avril prochain.

Le gouvernement israélien particulièrement silencieux pour l’instant note les médias israéliens. Des responsables israéliens affirment dans les médias que le gouvernement israélien aurait été prêt à approuver un accord complexe où Israël aurait libéré le dernier contingent de condamnés palestiniens, plus 400 autres prisonniers non coupables de crimes violents. Les pourparlers auraient été étendus au-delà de l’échéance actuelle du 29 avril, et les USA auraient libéré l’espion américano-israélien Jonathan Pollard. 

Les Palestiniens trop exigeants. Selon le célèbre éditorialiste Ron Benishai, les Israéliens devraient arrêter de négocier car les Palestiniens sont trop exigeants.

Une violation de l’accord pris avec les USA et Israël. Les mesures unilatérales prises aux Nations Unies par l’Autorité palestinienne constituent une violation de l’accord qui sous-tendait la reprise des pourparlers de paix.

Abbas veut devenir « un martyr ». Selon les médias israéliens, Mahmoud Abbas aurait déclaré préférer « plutôt devenir un martyr » que d’annuler les demandes d’adhésion aux Nations Unies.

 

Palestinian President Mahmoud Abbas at the UN (Photo: EPA)

 

Des analystes israéliens interrogés par les médias ont suggéré qu’Abbas estime que la communauté internationale sera plus favorable aux Palestiniens quant aux responsabilités de l’échec des négociations.

Pour des négociations directes seulement entre les deux parties. « Partez ! » titre le Haaretz à l’intention de John Kerry. A la façon d’A. B Yehoshua dans le quotidien français Libération, certains commentateurs israéliens comme Barak Ravid estime que le mieux serait d’éviter l’intervention d’un médiateur,  pour que chacune des deux parties prennent ses responsabilités et les décisions nécessaires,

Obama : les efforts des USA ont peut-être atteint leurs limites. Le Président américain Barack Obama estimerait que les efforts du secrétaire d’État John Kerry pour faire avancer les négociations entre Israéliens et les Palestiniens ont « peut être atteint leur limite ».

Il est temps de dire, ça suffit !  Selon un haut fonctionnaire américain cité par le Washington Post, John Kerry devrait pour l’instant, « baisser le volume et voir comment les choses se déroulent « . « Vous pouvez faciliter, vous pouvez pousser, vous pouvez déplacer, mais les parties elles-mêmes ont à prendre des décisions fondamentales nécessaires au compromis ».

Terrorisme palestinien. Le sud d’Israël à nouveau bombardé. Une nouvelle roquette palestinienne tirée depuis Gaza s’est abattu hier sur le sud d’Israël, heureusement sans faire ni dégâts ni blessés. Selon les médias israéliens, les autorités militaires israéliennes auraient procédé à des représailles ce matin sur 5 sites terroristes palestiniens dans la bande de Gaza.

Hezbollah.  Vers de nouvelles sanctions américaines ? Des membres du Congrès américain démocrates et républicains souhaiteraient couper l’approvisionnement financier du Hezbollah en sanctionnant les banques qui travaillent avec le groupe terroriste libanais ou ses filières, et en imposant une « politique de restrictions sévère » sur la chaîne de télévision Al-Manar, rapportent les médias israéliens.

La démocratie et la justice israéliennes à tous les niveaux. Sans parti pris, nombreux sont les médias israéliens qui constatent l’action au plus haut niveau de la justice israélienne sur des personnalités politiques d’envergure, comme l’expression de la démocratie israélienne.  L’ex premier ministre Ehud Olmert vient ainsi d’être inculpé de corruption, après le témoignage cruciale d’une ancienne collaboratrice du Maire de Jérusalem durant 30 ans, Shula Zaken.

Service de Presse

 

%d blogueurs aiment cette page :