Accueil > Divers > Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens Le 5 Décembre 2014

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens Le 5 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


 

Sur quelles bases votent les Israéliens ? Selon différentes enquêtes effectuées auprès de l’électorat israélien, ce n’est pas le processus de paix qui semble déterminer le vote des électeurs.

Economie et sécurité. Les sujets déterminants le vote des Israéliens seraient d’abord l’économie et la sécurité. 34% des personnes interrogées ont en effet déclaré avoir l’intention de voter d’abord en fonction des arguments sur l’économie, 30% la sécurité, 14% la justice sociale, 10% les questions des relations entre la religion et l’Etat, 5% les relations entre Juifs et Arabes, 2% l’éducation et la culture,  et seulement 1%  en fonction des relations internationales d’Israël (i24 news).

Israel en France.   Le traitement de l’actualité israélienne est trop faible aujourd’hui dans les médias français pour faire l’objet d’une analyse éditoriale représentative.

Antisémitisme en France
L’indignation titre à sa Une Direct matin en commentant « l’horreur de Créteil» selon les propos du  1er Ministre Manuel Valls.
« C’est la France qui est blessée ». «  Quand il se passe de tels drames, de telles tragédies », a déclaré le président Hollande,  » ce n’est pas la famille simplement qui est blessée, agressée, c’est ce que la France porte de plus grand, de meilleur qui se trouve blessé, abîmé» (Journal de 20h de TF1, 4 déc.).
Les plus hauts représentants de l’Etat français ont dénoncé d’une même voix l’agression antisémite de Créteil et le danger qu’elle représente, non seulement pour la communauté juive mais pour l’ensemble de la société française.
« Il ne faut pas faire comme si nous n’avions rien vu mais au contraire tout voir, tout connaître pour que plus rien ne puisse être accepté», a prévenu le Président Hollande. Car, «dans la lutte contre le racisme, contre l’antisémitisme, contre les discriminations il ne faut rien laisser passer. » (…) La lutte contre l’antisémitisme est un combat de tous les jours», a  admis le 1er Ministre Valls.

269

 

Pourquoi l’antisémitisme inquiète ?
Derrière le simple cambriolage analyse Direct matin, cette agression sauvage « rappelle avec violence que l’antisémitisme est une réalité en France« . L’indignation générale indique « l’importance du phénomène, constaté mois après mois en France ».
Les Juifs vivent pourtant en France depuis 2000 ans, note le président du CRIF. Mais dans quel pays vit-on aujourd’hui, commente Roger Cukerman, « où le mot juif est devenu une insulte et où il est préférable de ne pas porter la kippa » sur la voie publique. (Direct matin)
« Ce n’est pas un crime d’opportunité« , alerte le Grand rabbin de France dans le Figaro.   » Cet acte a été mûri à travers une haine profondément ancrée dans la longueur du temps ».
« Ce n’est pas le nombre des victimes qui fait l’horreur du crime mais c’est la haine. » « Franchir le cap commence quand quelqu’un se fait insulter de sale Juif, de sale Noir, de sale Arabe ou de sale autre », explique Haim Korsia. « Quand on dénie à quelqu’un le fait d’être un citoyen en pleine égalité ».
« Il y a deux victimes mais c’est notre rêve collectif dans son ensemble qui est agressé et comme percuté, constate le Grand rabbin. « Le rêve de la France est de former une communauté nationale dans le respect des diversités et des appartenances religieuses de chacun. » « Il faut que nous allions ensemble les uns vers les autres et que l’on encourage le dialogue entre les religions. Il nous faut surtout réinvestir la question de la communauté nationale. » (Figaro)

Un climat préoccupant.
Le Drame de Créteil est loin d’être un cas isolé témoignent tous les spécialistes interrogés par les médias français.
« Ce qui est arrivé au jeune couple, ça va rester dans toutes les têtes », témoigne une habitante de Créteil dans le Parisien.
Une montée de l’antisémitisme en France depuis la 1ère intifada, constate la politogue Monna Mayer (Journal de 20h de TF1, 4 déc.). Bien que les préjugés antisémites se soient beaucoup atténués depuis la fin de la seconde guerre mondiale précise-t-elle.

Des préjugés à l’origine des agressions. Interrogée dans la Croix, Nonna Mayer rappelle près de 60 % des Français considèrent encore, fin 2013,  que les Juifs auraient un « rapport particulier à l’argent », « proportion qui, selon elle, dépasse 75 % chez les militants à l’extrême droite et les proches du FN ».
C’est précisément sur la base de telles bêtises (« les juifs ont de l’argent »), précise la politologue,  que des agressions comme celle de Créteil ou, plus dramatique encore, celle qui a causé la mort d’Ilan Halimi, ont pu être commises. »

L’Alyah des juifs de France s’accélère constatent Direct matin et le Parisien.
Multiplié par 3 en un an.   6237 départs pour Israel contre seulement 2555 selon les chiffres de l’Agence juive. Comme l’ont plusieurs fois rappelé les médias, notamment le Figaro, le Monde ou Libération, le départ de Français pour Israel est aujourd’hui motivé par deux raisons : des questions religieuses et de sécurité face à une montée de l’antisémitisme en France mais aussi, et de plus en plus selon les témoignages,  par des motivations professionnelles, compte tenu de la crise économique et de l’emploi qui touchent la France et l’Europe.

Contexte Proche et Moyen-Orient.
L’ensemble des médias israéliens font à nouveau  leur Une sur la tenue de nouvelles élections anticipées en Israel le 17 mars prochain.

Seuls 34 % des Israéliens seraient favorables à la réélection de Benyamin Netanyahou. Malgré des sondages qui présagent de la victoire du bloc de droite mené par le 1er ministre Netanyahou (Israel Hayom), 60 % des Israéliens interrogés vendredi par le Jerusalem Post et le Maariv, ne souhaitent pas que B. Netanyahou reste 1er ministre.

44% souhaitent la victoire du leader travailliste Yitshak Herzog. 46% préféreraient l’ancien ministre des Affaires sociales et ex député du Likoud, Moshé Kahlon.

Un vote sur quelle base ? Selon différentes enquêtes effectuées auprès de l’électorat israélien, ce n’est pas le processus de paix qui semble déterminer le vote des électeurs.

Economie et sécurité. Les sujets déterminants le vote des Israéliens seraient d’abord l’économie et la sécurité. 34% des personnes interrogées ont en effet déclaré avoir l’intention de voter d’abord en fonction des arguments sur l’économie, 30% la sécurité, 14% la justice sociale, 10% les questions des relations entre la religion et l’Etat, 5% les relations entre Juifs et Arabes, 2% l’éducation et la culture,  et seulement 1% pour les relations internationales d’Israël (i24 news).

Le plan de paix Lieberman. Dans le contexte actuel, le plan de paix présenté par l’actuel ministre des Affaires étrangères est la marque d’une candidature au poste de Premier ministre, estime l’envoyé spécial en Israel du site français d’information en ligne, slate.fr. Selon le journaliste Jacques Benillouche, Avigdor Lieberman  aurait déclaré « qu’il est temps de renoncer au principe impossible du «Grand Israël» avec l’annexion de la Cisjordanie ». Son plan n’a pas reçu l’aval du gouvernement israélien mais selon  slate.fr., sa proposition serait jugée raisonnable en Israël, y compris au sein de la gauche israélienne, et les Etats-Unis auraient affirmé que son plan traduisait son entrée dans le camp de la paix.


  Service de Presse


 

Catégories :Divers
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :