Accueil > Divers > Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens Le 3 Décembre 2014

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français et israéliens Le 3 Décembre 2014

1398499_822895294423792_3720815881255282601_o


51% des Israéliens mécontents de la tenue d’élections anticipéesLes responsables : Lapid et Netanyahou pour la moitié des Israéliens. 49% des Israéliens estiment en effet que Benyamin Netanyahou et Yaïr Lapid sont co- responsables de la crise. 25%  des personnes interrogées accusent le Premier ministre, et 21%,  pointent du doigt Yaïr Lapid, selon un sondage de l’Institut Projet réalisé pour la Chaine 10 israélienne (I24 news).

Ynet« Yair Lapid, Itzhaak Herzog et Tzipi Livni »Ynet

Israel en France.  Elections anticipées en Israël. La crise politique agitait Israël depuis plusieurs mois. Mis en place depuis 20 mois, le 3ème gouvernement Netanyahou était en voie d’implosion analyse Nathalie Hamou dans les Echos. Selon le commentateur israélien Amit Segal, le 1er Ministre israélien « redoutait le scenario d’un putsch et s’est senti lâché par ses partenaires, qu’il s’agisse de Lapid, d’Avigdor Liberman ou de Tzipi Livni » (Echos.).

Le 1er ministre Netanyahou limoge deux ministres centristes accusés de fronde et de trop critiquer la politique du gouvernement, rapportent l’ensemble des médias français. » Je ne tolèrerai plus d’opposition au sein du gouvernement », a déclaré le 1er ministre israélien qui aurait ainsi « sommer Yair Lapid de cesser de saper l’équipe gouvernementale dont il fait partie ».  (La Croix).

Rencontre ultime lundi entre Netanyahou et Lapid. La réunion de la dernière chance entre le leader du Likoud et celui de Yesh Atid s’est déroulée lundi soir et aurait duré plusieurs heures

5 exigences. A l’issue de la rencontre et des 5 exigences formulées par le 1er Ministre Netanyahou à son ministre des Finances, parmi lesquelles la fin des critiques de  la politique des implantations à Jérusalem ou le soutien au projet de loi « de la nation juive », le refus de Yair Lapid aurait conduit à l’annonce de son limogeage et de celui de Tzipi Livni (Libération, i24 news).

למי יש אינטרס ללכת לבחירות? ()

Lapid : « Il est triste que le Premier ministre ait choisi d’agir sans tenir compte de l’intérêt national et de trainer Israël vers des élections inutiles qui vont faire du tort à l’économie et à la société », a déclaré Yair Lapid.

Les centristes pourraient s’allier avec le Parti travailliste dirigé par  Herzog et rejoindre le très populaire ex ministre du Likoud, Moshe Kahlon, de retour en politique, qui fait office d’outsider (Libération, La CroixEchos)

Israel, à droite toute ? Le leader du Likoud espère mettre la barre à droite lors du prochain gouvernement estiment les rédactions de France info et France Inter. Selon le Parisien et l’Opinion, les derniers sondages en Israël indiquent que Benyamin Netanyahou pourrait se maintenir au pouvoir avec les partis nationalistes et ultra-orthodoxes.  Selon Jean Dominique Merchet, cela confirmerait une poussée à droite de la société israélienne (L l’Opinion).

L’ex ministre de la justice limogée, Tzipi Livni,  estime que les prochaines élections départageront le camp des sionistes authentiques et celui des dangereux extrémistes (Joël David,  La Croix).
Après la dissolution de la Knesset les élections législatives auront lieu le 17 mars prochain pour élire pour 4 ans 120 députés.

339 contre 151. La reconnaissance de l’Etat palestinien par l’Assemblée nationale de la France aura fédéré au-delà gauche estime  Arte journal. Pourtant, à la lecture des chiffres, seul 9 députés UMP et 4 UDI ont voté en faveur. 62 députés n’ont pas pris part au vote, parmi lesquels 48 UMP, 8 UDI et 6 radicaux de gauche. 16 députés se sont abstenus dont 2 FN (20 minutes).

Que veut la France ?
Ce vote inscrit la France dans un mouvement global européen considérant que la reconnaissance de l’Etat Palestinien est un moyen de faire pression sur Israël afin d’accélérer le processus de paix,  notent la plupart des commentaires et notamment Direct Matin ou La Croix.

« Ces démarches des parlements européens sont le signe de l’exaspération de pays pourtant traditionnellement soutiens d’Israel, écrit Dominique Quinio dans son éditorial,  devant l’enlisement de la situation et la poursuite de la colonisation par le gouvernement israélien » (La Croix)

Le PS récupère l’électorat socialiste analyse le député de Paris Pierre Lellouche (Arte journal). C’est aussi l’avis du député UMP Claude Coasguen qui dénonce ce « texte unilatéral » qui fait « une course de vitesse dans la démagogie pour récupérer l’électorat musulman ». (La Croix)

« Je n’accepterai jamais que l’on remette en cause la sécurité d’Israel. C’est le combat de ma vie.  » a assuré le nouveau président de l’UMP Nicolas Sarkozy. (La Croix). Une centaine de personnes se sont  réunies mardi devant l’Assemblée Nationale pour dénoncer cette initiative (Direct Matin).

La balle dans le camp du président français.
Hollande face au casse-tête du Proche-Orient titre le Parisien. Les députés français ayant tranchés, le président est le seul qui puisse reconnaître formellement l’Etat palestinien explique Fréderic Gershel.
Mais le président français peut-il faire mieux que le Secrétaire d’Etat américain John Kerry  s’interroge la Parisien?
Une reconnaissance qui ne changera rien sur le terrain admet France 2 et Etienne Leenhardt très critique à l’égard de la politique du gouvernement Netanyahou.

Les Conséquences
« Ce vote envoie un message erroné aux leaders et aux peuples de la région et va éloigner la possibilité d’un accord », a déclaré l’Ambassade d’Israel à Paris dans un communiqué dont fait part  LibérationParisien.,  Direct Matin

Une grave erreur a répété le 1 er ministre israélien. Une position qui reflète une grande partie de l’opinion israélienne selon Uri Schneider (Arte journal).

« Israël veut reconnaître l’Etat palestinien, mais pour cela, il faut négocier. « La France est un pays ami, souligne le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.  C’est une déception pour Israel, car de notre point de vue, explique-t-il, cette résolution conforte les Palestiniens à ne pas revenir à la table des négociations (Europe 1 soir, 2 dec).

Les USA rappellent l’obligation des négociations directes.  Les USA accueillent la résolution française avec prudence, rappelant qu’elle n’engage que le parlement français. « La position du gouvernement français sur cette question n’a pas changé », a déclaré la porte-parole du département d’Etat, Mme Harf.

La position des USA est claire : « Nous soutenons un Etat palestinien, mais seulement via des négociations directes entre les parties qui règlent les questions liées au statut final » avec deux Etats israélien et palestinien. « Nous l’avons dit. Beaucoup l’ont dit. Mais nous croyons fermement que le chemin pour arriver à deux Etats passe par des négociations directes » (i24 news).

Cela va mettre de l’huile sur le feu et ne rien régler du tout, estime le président du groupe parlementaire UMP, Christian Jacob (Arte journal).

Abbas demande une force internationale à Jérusalem. A la suite de reconnaissance de l’Etat palestinien par le parlement français,  Libération indique que l’Autorité palestinienne va demander la fin de l’occupation israélienne et la mise en place d’une force internationale en Cisjordanie et à Jérusalem. Aude Markovitch rend compte du texte palestinien qui sera présenté au Conseil de Sécurité. D’après les éléments publiés par Libération, Israel est stigmatisé de manière unilatérale et systématique. Pas le Hamas.

 A noter. Le 20h de  France 2  mardi soir a  consacré un  reportage sur le tramway de Jérusalem. La rédaction a rappelé les multiples attentats terroristes palestiniens qui ont endeuillé Israël et les a présenté comme une conséquence des tensions suite  à la mort d’un jeune palestinien à Silwan et à la multiplication des implantations juives dans les quartiers arabes de Jérusalem. Il aurait néanmoins fallu rappeler que parmi les derniers attentats terroristes commis contre des civils israéliens à Jérusalem, nombre d’entre eux ont été fomentés et revendiqués par des terroristes du Hamas. Le Hamas, qui fait parti de l’actuel gouvernement palestinien, est reconnu comme une organisation terroriste par l’UE et sa charte appelle à la destruction d’Israel.

Sans Transitions.
Viol à caractère antisémite lundi à Créteil lors d’un cambriolage. Le CRIF dénonce une violente agression antisémite. Selon le CRIF, des  préjugés antisémites auraient poussé à l’agression.  Mais d’après la police le CRIF irait trop vite en conclusion (RTL 7h30, i24 news, BFM TV, Le Parisien)

Contexte Proche et Moyen-Orient.
Vote de la dissolution de la Knesset aujourd’hui. Le président de la Knesset Yuli Edelstein a convoqué les différents chefs de partis  mercredi matin  pour déterminer la date des élections générale de la 20ème Knesset, qui se tiendront le 17 mars prochain
51% des Israéliens mécontents de la tenue d’élections anticipées. Selon un sondage de l’Institut Projet réalisé pour la Chaine 10 israélienne,
Les responsables : Lapid et Netanyahou pour la moitié des Israéliens. 49% des Israéliens estiment que Benyamin Netanyahou et Yaïr Lapid sont co- responsables de la crise, 25%  des personnes interrogées accusent le Premier ministre, et 21%,  pointent du doigt Yaïr Lapid, s(I24 news).
La question est de savoir comment les cinq partis de la coalition se présenteront à l’élection, commente Nahum Barnea dans Ynet.  « Théoriquement, toute une partie de la droite nationaliste – de Naftali Bennett et d’Avigdor Lieberman – pourrait accepter de s’associer au Likoud de Netanyahou pour former un grand bloc de droite-extrême-droite. De l’autre côté, Livni et ses amis centristes devraient rejoindre l’opposition dirigée par Lapid et les travaillistes, pour former une coalition de centre-gauche. Et puis il y a le paramètre inconnu. L’ancien ministre de la Communication et de la Protection social, le très populaire Moshe Khalon, qui s’est retiré stratégiquement de la vie politique aux dernières élections pour mieux y retourner aux prochaines. »
Un référendum pour ou contre Netanyahou. Le Haaretz résume la situation politique en affirmant que les prochaines élections seront un référendum sur le maintien du premier ministre Benjamin Netanyahu. L’opinion publique israélienne veut-elle B. Netanyahu pour un quatrième mandat ?
Les USA ne s’ingéreront pas dans les élections israéliennes, a tenu à déclarer John Kerry (jpost). Certains commentateurs israéliens rappellent que le Président Obama avait vivement dénoncé l’ingérence selon lui du 1er Ministre Netanyahou lors des élections américaines de second mandant en soutenant le candidat républicain.

John Kerry


  Service de Presse


  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :