Accueil > Divers > Israël et Moyen-Orient – Revue des Médias français et israéliens – le 24 novembre 2014

Israël et Moyen-Orient – Revue des Médias français et israéliens – le 24 novembre 2014

Israël et Moyen-Orient – Revue des Médias français et israéliens –  le 24 novembre 2014


Interview du 1er ministre Netanyahou sur i24 news. « Bien sûr que le vote du Parlement français nous inquiète, c’est même irresponsable », a déclaré Benyamin Netanyahou. « Israël ne se permet pas de dire à la France quelle région devrait obtenir son indépendance, il ne le fait pas non plus avec l’Espagne ni avec n’importe quel autre pays européen ». « Chaque parcelle de terre d’où Israël s’est retiré est devenue un bastion de l’islamisme, regardez ce qui se passe à Gaza », a-t-il poursuivi. « Tendre la main aux terroristes qui commettent des attentats dans des synagogues est irresponsable, et mauvais,  a prévenu le 1er Ministre israélien. Car « le monde implose sous la menace terroriste ».

i24news 

Israel en France. « La reconnaissance d’un Etat palestinien par la France serait une grave erreur ». Nombreux sont les médias français qui se font brièvement l’écho des propos du 1er Ministre Netanyahou,  à  l’égard du projet de résolution socialiste invitant le gouvernement français à reconnaitre l’Etat palestinien (Metro, Direct matin, 20 Minutes, itele, BFM; TF1, la Croix, Les Echos, Figaro, JDD).

Le 1er ministre israélien met en garde la France, notent les quotidiens gratuits 20 minutes et Metro. Netanyahou hausse le ton  estime TF1 (Journal de 20h, 23 nov).
« C’est tout ce qu’ils ont à faire en ce moment en France quand on décapite des gens à travers le Proche-Orient, y compris un citoyen français  s’interroge le 1er Ministre Netanyahou (Direct matin). Et Le Parisien d’expliquer que les Palestiniens mènent actuellement  une campagne internationale afin de renforcer leur statut à l’ONU. Les députés français doivent débattre de cette résolution socialiste le 28 novembre prochain. Le vote à l’Assemblée Nationale est prévu le 2 décembre (Metro)

Projet de loi renforçant le caractère juif d’Israël. Les médias français se font aussi brièvement l’écho aujourd’hui du vote du cabinet gouvernemental israélien en faveur d’un projet de loi visant à renforcer le caractère juif d’Israël.

Le texte de loi sera probablement édulcoré comme l’ont fait remarquer le Figaro ou la Croix (Encadrés),  en citant le professeur israélien Denis Charbit. Il faut savoir qu’en Israël, l’adoption d’une loi ne peut se faire qu’après 3 passages devant la Knesset.

Une manœuvre de politique interne. Selon les spécialistes israéliens interrogés, cette loi pourrait être aussi abrogée par l’équivalent du Conseil constitutionnel si elle ne répond pas aux lois démocratiques israéliennes. C’est pourquoi la plupart des commentaires estiment qu’il s’agit d’une manœuvre tactique, à usage de politique interne et  des alliances au sein de sa coalition.

« La peur s’installe à Jerusalem ». « Palestiniens et Israéliens s’épient et s’évitent, sûrs qu’un nouvel assassinat sera bientôt commis dans leur ville. »(Cyrille Louis, Le Figaro)
A Noter « Les actes terroristes isolés en Israel font penser à des attentats de type Daesh. Invité des matinales de France Culture, Gilles Kepel voit une analogie entre le mode opératoire de Daesh en Syrie et en Irak et les attentats terroristes isolés qui se sont multipliés à Jerusalem.

A Noter aussi. Tout ça pour ça.   Les journalistes de la matinales de France Culture qui se sont rendus dans la bande de Gaza le mois dernier ont admis aujourd’hui avoir constaté une forte baisse de popularité du Hamas auprès des Palestiniens de Gaza qui, pour la plupart, s’interrogent sur les sens de la guerre déclenchée par le Hamas l’été dernier.

Dossier nucléaire iranien. Semaine de la dernière chance. Après 12 ans  de négociations, la communauté internationale et l’Iran sont à la fin d’un processus entamé en octobre 1993 (France info).

Objectif : stopper la bombe atomique iranienne. Selon le spécialiste interrogé par TF1, François Géré, l’Iran ne pourrait pas fabriquer une bombe atomique avant 18 mois ou 2 ans.

« Le régime iranien n’a pas renoncé à devenir une puissance nucléaire, même officieuse, déclare un diplomate européen cité par Libération. « A tous ceux qui voulaient se voiler la face, ce blocage prouve que ces sanctions ne sont pas suffisamment fortes pour que le régime ait peur d’un soulèvement populaire susceptible de le renverser. »

Un Iran nucléaire inquiète Israel et les monarchies sunnites. « Israel, cible ces dernières années de la rhétorique antisioniste de M. Ahmadinejad, verrait dans un Iran nucléaire une menace pour son existence. Et les monarchies pétrolières sunnites du Golfe persique, notamment l’Arabie Saoudite ont tout à craindre d’un Iran chiite disposant de la bombe atomique ». (Direct matin)

Les enjeux de l’accord : le nombre des centrifugeuses et le rythme de la levée des sanctions. L’Iran disposerait actuellement de 10 000 centrifugeuses, bien plus que ce qui est nécessaire pour un programme nucléaire civil, explique Yves Bourdillon des Echos. Les occidentaux souhaitent ramener ce chiffre à 1500.

Encore très  loin d’un accord.  Kerry : « il existe de grosses divergences, de graves divergences, mais nous travaillons dur pour aboutir « (Libération). Des blocages importants persistent mais peuvent être levés par les présidents Obama et Rohani qui, selon la plupart des médias français,  ont tous deux intérêts à obtenir un accord.

Le dossier nucléaire iranien trouvera-t-il une solution, s’interroge direct Matin à sa Une. Un accord définitif semble impossible pour l’instant. Mais aucune des parties ne peut se permettre un échec car cela déboucherait sur une relance du programme nucléaire iranien estime Kelsey Davenport (les Echos).

Vers une prolongation ?  Il faut mieux privilégier un accord partiel, estime Thierry Colville (France inter, journal de 8h, Europe 1, 6h45). Les Iraniens souhaitent un an de négociations supplémentaires, la communauté internationale beaucoup moins.

Que peux y gagner la France ? France info et France Inter  ont multiplié et multidiffusé aujourd’hui les reportages indiquant les avantages économiques pour la France d’une reprise des échanges commerciaux avec l’Iran. Selon Ludovic Piétenu, le gaz iranien serait même une porte de sortie pour l’Europe, lui permettant « d’éviter de rester sous la coupe du gaz russe. »

A Noter. Interview du président de la commission des Affaires étrangères du parlement iranien. Le Monde,

« Nous avons un ambitieux programme nucléaire civil et des pays comme la France, qui construisent des centrales nucléaires civiles, trouveront un débouché magnifique en Iran. Nous sommes même prêts à des coopérations communes. »

 » C’est très clair : l’arme nucléaire n’a strictement aucune place dans la stratégie défensive de la République islamique d’Iran.   » Tout doit être levé en une seule fois : les sanctions du Conseil de sécurité, celles des Etats-Unis, de l’Union européenne.

Et s’il n’y a pas d’accord interroge Christophe Ayad.«  Tout dépendra des deux parties. Elles peuvent s’entendre sur un nouveau délai. Mais si ce n’est pas le cas, l’Iran ne sera plus tenu par ses engagements », prévient le haut responsable iranien.

Contexte Proche et Moyen Orient
Interview du 1er ministre Netanyahou sur i24 news. « Bien sûr que le vote du Parlement français nous inquiète (…) c’est même irresponsable », a déclaré Benyamin Netanyahou.  Ce que la France veut faire, c’est donner aux Palestiniens un Etat, sans paix, pour qu’ils puissent continuer à faire la guerre ».  Le vote du Parlement français ne fait que « durcir la position palestinienne » en envoyant les « mauvais signaux » a déclaré le 1er ministre israélien.

« Chaque parcelle de terre d’où Israël s’est retiré est devenue un bastion de l’islamisme (…) regardez ce qui se passe à Gaza ». A chaque fois qu’Israël a donné des territoires aux Palestiniens, l’Iran – au travers des islamistes – s’y est introduit, et des milliers de roquettes ont été tirées sur les villes israéliennes. « Quelqu’un à Paris s’en inquiète-t-il ? », s’est interrogé le 1er ministre Netanyahou. « Donnez un Etat aux Palestiniens pour qu’ils s’en servent afin d’attaquer Israël est une terrible erreur, cela ne conduira pas à la paix ».

« Tendre la main aux terroristes qui commettent des attentats dans des synagogues est irresponsable, et mauvais,  a prévenu le 1er Ministre israélien. Car « le monde implose sous la menace terroriste ».   « Comment un pays (comme la France, ndlr) peut-il faire partie d’une coalition anti-djihadistes d’un côté, et soutenir ces mêmes djihadistes de l’autre » (i24 news)

« Israël ne se permet pas de dire à la France quelle région devrait obtenir son indépendance, il ne le fait pas non plus avec l’Espagne ni avec n’importe quel autre pays européen », a-t-il poursuivi.

Netanyahou devait secrètement rencontrer Abbas. Selon Israël Ayom qui cite de médias arabes, la  rencontre entre dirigeants israéliens et Palestiniens pour discuter des tensions de Jérusalem ainsi qu’un retour aux négociations aurait été reportée après l’attentat barbare de la synagogue à Jérusalem.

Livni : le projet de loi renforçant le caractère juif de l’Etat d’Israel ne passera pas. Selon la ministre de la justice, Tzipi Livni, le gouvernement travaillerait sur un projet de loi édulcoré selon les souhaits du parti au pouvoir de Yesh Atid et Hatnua qui n’accepteront pas la formulation actuelle. Selon les critiques émises notamment par la plus haute juridiction d’Israel, le projet de loi est au mieux, redondant et antidémocratique et au pire, discriminatoire. Je pense que ce projet de loi porte atteinte sionisme et l’Etat d’Israël, a poursuivi Tzipi Livni (Ynet).

Dossier nucléaire iranien. La communauté internationale exige que l’Iran réduise ses capacités nucléaires afin d’exclure tout débouché militaire. Téhéran, qui soutient que son programme nucléaire est strictement pacifique, revendique son droit à une filière nucléaire civile complète et demande la levée des sanctions économiques.

Le prolonger « serait le moindre mal », estime une source iranienne, expliquant que le pire serait « un climat de confrontation avec une escalade de part et d’autre. Par exemple, qu’on réponde à de nouvelles sanctions par un développement du programme nucléaire ». (i24 news)

Un plan B ?   Si les négociations échouent, Téhéran envisagerait d’accroître sa coopération avec la Russie et la Chine. Les deux pays peuvent fournir une couverture diplomatique au Conseil de sécurité des Nations Unies, où qu’ils brandissent les vetos qui peuvent aider à prévenir des sanctions d’être élargie.

Iran : Nous avons donné au Hezbollah des missiles pouvant atteindre Israël. Selon l’un des hauts gradés iranien des gardiens de la Révolution, le général Seyed Majid Moussavi, l’Iran aurait fourni au  « Hezbollah et au Hamas des armes afin de permettre aux groupes de résistance de rivaliser avec le régime sioniste assoiffé de sang. » (Israel Ayom)

Sans transitions.
Le Fond de placement de l’Etat de Singapour investit 5 millions de dollars dans des technologies de pointe développées par des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv.
Agenda diplomatique. Israel ouvre un 4 ème Consulat en Chine. Une ligne aérienne directe relie désormais Israël et Shangaï.


  Service de Presse


  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :