«Notre problème, à nous les Juifs, c’est qu’on est trop gentils. Et qu’on s’intéresse trop à ce que les autres pensent de nous.» Si l’on pouvait résoudre les problèmes du monde à coups de sentences lapidaires, Shmouel Ohayon, un policier municipal à la retraite, serait sans doute consulté par les plus grandes instances internationales.

http://www.liberation.fr/monde/2014/07/16/ashkelon-bombarde-veut-la-fin-du-hamas_1065086