Accueil > Divers > Shimon Peres et Reuven Rivlin: « Nous pouvons mettre un terme à l’effusion de sang à Jérusalem – ceci est entre nos mains ».

Shimon Peres et Reuven Rivlin: « Nous pouvons mettre un terme à l’effusion de sang à Jérusalem – ceci est entre nos mains ».

« Nous pouvons  mettre un terme à l’effusion de sang  à Jérusalem –  ceci est entre nos mains ».

7 Juillet 2014

Le Président sortant Shimon PERES et le Président élu Reuven RIVLIN  ont fait un  appel commun à l’adresse des juifs et des  arabes  les exhortant à  mettre fin aux violences et  à croire en leur capacité à  vivre ensemble.

«Maudit soit celui qui dira : Vengeance ! » a écrit le poète Haïm Nachman Bialik.  Maudite soit l’anéantissante  et dévastatrice vengeance  qui  attise  la douleur et  nuit aux  innocents.

La  lutte nationale ne justifie pas les actes de terreur.  Les actes de terreur ne justifient pas la vengeance. La vengeance ne justifie pas la destruction, le pillage et la désolation. Même face à la rage et à la frustration, la violence et la douleur, les choses peuvent être faites différemment.  Les choses doivent être faites différemment.

Au son  des cris maintenant silencieux de Shelly, Naftali, Gilad, Eyal et Mohammed – nos enfants – nul ici,  ne devrait rester silencieux.  Ils ont crié,  et nous,  nous  crierons en leur nom.

Dans l’Etat d’Israël,  il n’y a pas de différence entre sang et sang.  L’État démocratique d’Israël sanctifie le droit moral à la vie et le droit égal de chaque individu  à la différence. Le meurtre d’un garçon ou d’une fille,  juif ou arabe, est un acte inacceptable.

Les traces des meurtriers ne seront pas dissimulées, il n’y aura pas de camouflage et les choses ne seront pas balayées sous le tapis. Les assassins  qui tuent et prennent des vies humaines seront arrêtés et punis avec toute la rigueur de la loi.

Nous avons le choix: Soit céder à la vision destructrice du monde que les racistes et extrémistes nous  mettent en face,   soit combattre  jusqu’à  totale élimination cette vision;  Soit céder à la terreur sauvage et brutale musulmane ou juive  soit  y mettre un terme par  tous les moyens. »

Nous avons le droit de discuter, et de ne pas être d’accord.   Il nous faut même discuter. Nous avons chacun d’entre nous,  diverses manières d’exprimer notre peine, nos opinions et notre vision du monde. Mais en aucun cas l’incitation n’est  la voie à suivre.    Les accusations collectives ne sont pas non plus la solution.

Il est de notre devoir de barrer la route à l’incitation. Nous devons comprendre que nous n’avons d’autre solution que de vivre côte à côte.  Il nous faut mettre un terme aux effusions de sang et cela nous ne pourrons le faire qu’en prenant conscience que nous sommes destinés, et non plus condamnés, à  vivre ensemble. Toute tergiversation ou compromis sur ce point, risque de nous entrainer  sur  une pente glissante, aux   conséquences désastreuses, non seulement sur notre vie commune, mais aussi  sur notre vie tout court.

L’histoire de notre peuple nous a enseigné que les mots peuvent tuer. Nous nous adressons à présent  à chacun des citoyens de notre pays et l’exhortons à respecter la loi et à contrôler chacune de ses paroles.  Ces temps-ci,  nous ne devons point nous laisser envahir  par la vague d’incitation,  qui risque de nous mener  vers une spirale de haine  et de violence,  qui ne fait pas partie de notre mode d’action.

Nous désirons vivre en paix entre nous  et donner aussi  à nos voisins la  possibilité de vivre en paix.  Nous devons être une nation unie,  faisant montre  de retenue et d’élégance.

Ces jours-ci, mois du Ramadan  et  ceux précédant les trois  semaines de la période de Bein Hametzarim,  se doivent d’être des jours de tolérance et de construction, et non de destruction. Nous appelons chacun d’entre nous, qu’il soit Juif ou Arabe, à mettre un point final à cette violence.

C’est le moment de trouver une voie commune.  C’est le moment de trouver ce qui nous unit et non pas  ce qui nous divise. C’est le moment de croire en notre capacité de vivre, ici, ensemble, sur cette terre.

Nous n’avons pas d’autre choix, nous n’avons pas d’autre terre. Il est temps de  faire barrage aux futures  effusions de sang.

Ceci est entre nos mains.

Publicités
Catégories :Divers
  1. Tamara
    7 juillet 2014 à 1503 47

    Utopie, simplement de l’utopie car les palestinistes veulent tout !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Tamara

  2. Ghidalia-Schwartz Léa
    7 juillet 2014 à 2109 36

    « Si vous le voulez, ce ne sera pas qu’un rêve » Théodor Herzl

    Nous devons rêver l’impossible pour qu’il advienne. L’utopie, la foi en l’humanité a toujours été la force première des Juifs, envers et contre les épreuves.

    Là encore, et plus fort aujourd’hui qu’hier, nous devons espérer la paix entre le monde juif et les palestiniens, le monde arabe, œuvrer sans relâche dans ce sens.

    Merci à Shimon Peres et Reuven Rivlin d’avoir écrit ce magnifique texte.

    Pour finir, je tiens à dire à la maman de Mohammed combien j’ai mal, honte, combien je suis accablée, sans mots suffisants, quand je pense à ce que quelques uns de ma grande famille, de mon peuple, ont fait à son fils, quand je pense à elle. Envie de lui demander pardon au nom des miens.

    Comment peut-on brûler vif un enfant?

    Une maman

  3. 9 juillet 2014 à 1705 15

    A reblogué ceci sur Gildotchka's Blog.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :