Accueil > Presse israélienne > LA VISITE DU PAPE FRANCOIS EN ISRAEL : CONSECRATION DE LA RECONCILIATION ENTRE LE VATICAN ET l’ETAT HEBREU

LA VISITE DU PAPE FRANCOIS EN ISRAEL : CONSECRATION DE LA RECONCILIATION ENTRE LE VATICAN ET l’ETAT HEBREU

Permalien de l'image intégrée

 

par Akiva Thor, chef du bureau pour les Affaires juives et œcuméniques  mondiales au ministère des Affaires étrangères israélien.

Traduction : Betty Harel

Au cours du siècle passé,  la  relation  entre l’Eglise catholique,  Israël et le Peuple juif,  a connu de profonds bouleversements ;  d’une profonde inimitié voire d’une hostilité vieille de plusieurs siècles à l’égard du peuple juif  considéré comme peuple déicide,  et de l’Etat hébreu, perçu comme illégitime, le rejet s’est transformé au fil des années  en une relation  de  respect mutuel, de rapport d’égal à égal, le Saint Siège ayant   conféré,  depuis, une légitimité  politique à l’Etat d’Israël.

La visite du Pape François en Israël les 25 et 26 mai  vient donc consacrer la réconciliation et l’amélioration   de ces  relations.

Bref Historique

Lors du Concile Vatican II (1962-1965),  l’Eglise catholique romaine, sous le pontificat de  Paul VI, faisait  une déclaration historique  intitulée “Nostra Aetate” (“Notre Temps”) dans laquelle était annulée    l’accusation des Juifs de déicide et condamnait  toute forme d’antisémitisme.     En outre la nature unique  de la  relation spirituelle entre Dieu et Israël y était réaffirmée.  Mais il fallut attendre 28 ans pour  que le Saint-Siège reconnaisse enfin l’existence de l’Etat d’Israël  et établisse en 1993  des relations diplomatiques complètes, incluant un échange d’ambassadeurs.

Cet évènement constitua  un tournant crucial   dans l’histoire des relations entre le peuple juif,  Israël et l’Eglise catholique,  et contribua grandement à l’instauration  des liens avec le milliard de croyants que compte cette église, notamment dans les pays en voie de développement.

Pour le Vatican cela revêtait aussi une signification théologique de taille,  car il reconnaissait désormais la légitimité du  retour du peuple juif sur sa terre historique et celle de ses ancêtres.

J’ai encore en mémoire l’incroyable fébrilité qui régnait lors la visite historique en 2000 du Pape Jean-Paul II, venu effectuer un pèlerinage en  terre d’Israël et sa demande de pardon  qu’il glissa dans le Mur des Lamentations, comme s’il voulait graver cette invocation dans la pierre. Cette prière,   aujourd’hui exposée à Yad Vashem, était  libellée en ces termes ; « Nous sommes profondément attristés par le comportement de ceux qui, au cours de l’histoire, ont fait souffrir les enfants d’Israël, eux qui sont tes fils et, en  te demandant pardon, nous voulons nous engager à vivre une fraternité authentique avec le peuple de l’Alliance ».

La visite du Pape François en Terre Sainte est  la 3ème  en l’espace de 15 ans. Outre la  prière au Mur des Lamentations, les réunions œcuméniques, les dialogues interreligieux,  la visite à Yad Vashem, la visite au  Président Shimon Pérès  et l’audience privée avec le Premier ministre Netanyahu, l’évènement phare de cette visite demeurera  le  dépôt de gerbe du Pape François sur la tombe de Théodore Herzl. En effet, le recueillement   du souverain Pontife   sur la tombe du  père fondateur du sionisme moderne, constitue un geste remarquablement  fort.  Que de chemin parcouru depuis la rencontre avortée entre le même Herzl et le Pape Pie X en 1904 et le rejet du Vatican des aspirations nationales du peuple juif, appelant même les Juifs qui avaient émigré en Israël à ce moment-là,  à se convertir !   Un siècle et une décennie plus tard, que de changements accomplis entre chrétiens et Juifs !  Fini le rejet, finie la haine ; le respect mutuel, le respect spirituel, la légitimité sont désormais inscrits dans le patrimoine des relations judéo-chrétiennes !

Le Pape François au  style personnel unique,   reconnaissable par   sa chaleur humaine,  son humilité et son amour des pauvres et des démunis, avait déjà,  lorsqu’il était Cardinal,   instauré une relation   forte avec la Communauté juive d’Argentine. Par ailleurs en septembre 2013, lors d’une déclaration  faite au quotidien italien La Repubblica il avait eu ces mots très forts : « dans les terribles épreuves subies au fil des siècles,  les Juifs  ont gardé leur foi en Dieu, et pour cela, nous ne leur serons jamais suffisamment reconnaissants, en tant qu’Église, mais aussi en tant qu’humanité ».

Le message de paix  du pape devrait avoir une résonnance  retentissante surtout en ces temps difficiles où la paix dans le  monde est bien  malmenée, et Israël est heureux de partager avec le Saint-Père, son espérance et ses prières.

 

Publicités
Catégories :Presse israélienne Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :