Accueil > Point Presse > Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 20 Mars 2014

Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 20 Mars 2014

La Russie menace de changer de politique à l’égard des pourparlers en cours avec l’Iran sur le nucléaire, si la communauté internationale sanctionne la Russie en Crimée. Selon les médias israéliens, le Vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergei Ryabkov aurait déclaré mercredi, à l’Agence de presse Interfax, que « la Russie ne voulait pas utiliser les pourparlers nucléaires iraniens pour « soulever d’autres enjeux », mais serait peut-être pousser à le faire, en réponse aux actions envisagées par les États-Unis et l’Union européenne.

Israël en France.  Israël met en garde Assad. Nombreux sont les journaux de la presse quotidienne nationale qui se font brièvement l’écho des représailles israéliennes suite à l’attentat à la bombe perpétré contre Tsahal sur les hauteurs du plateau du Golan. Il est à noter l’absence de traitement en médias télévisés, mis à part Arte Journal et en matinales des radios aujourd’hui.

La France soutient Israël. « La France condamne l’attaque qui a blessé hier plusieurs soldats israéliens sur le Golan, en contradiction avec l’accord de désengagement conclu en 1974 entre Israël et la Syrie », a déclaré hier le porte-parole du quai d’Orsay.

Lutte contre l’antisémitisme. Il faut noter une très faible couverture nationale des commémorations qui se sont déroulés hier à Toulouse et à Paris en  mémoire des victimes du terroriste islamiste Merah.

A Noter. L’Appel au vivre ensemble cosigné par de très nombreuses personnalités dans libération du 19 mars, Après la haine, la fraternité : « Dans la France de 2014, quand on manifeste en famille son désaccord avec la politique de la garde des Sceaux, on la traite de «guenon». Dans la France de 2014, un rassemblement prétendument organisé pour s’opposer au président de la République devient un raout antisémite, raciste et homophobe… »

Contexte Proche et Moyen –Orient.

Israël confirme des opérations clandestines en Iran. « Les forces de sécurité israéliennes ont la capacité de mener des opérations militaires dans pratiquement toutes les parties du globe, y compris l’Iran, a déclaré le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Benny Gantz, ajoutant qu’Israël avait déjà organisé des dizaines d’opérations secrètes dans des pays étrangers et ennemis.  »

Six world powers holds nuclear talks with Iran at the UN headquarters in Vienna, Austria

Ces déclarations ont été enregistrées et diffusées par la chaine 10 israélienne Pour la première fois, le chef d’Etat-major de Tsahal, Benny Gantz confirme l’action clandestine d’Israël en Iran. A l’occasion d’une conversation publique avec des élèves de l’école de Gan Yavneh, et dans le contexte de la reprise des négociations internationales avec l’Iran,  le général Benny Gantz s’est laissé aller  à des révélations de premier ordre notent les médias israéliens.

« Israël peut opérer en Iran en cas de besoin », confie pour la première fois le chef de l’armée israélienne. Car « l’Iran n’est pas hors de portée d’Israël » ajoute-t-il. C’est pourquoi, confie B. Gantz, « Israël mène des «activités sécrètes, à court et moyen termes » par rapport à l’Iran. C’est la première fois notent les commentateurs qu’Israël reconnait officiellement sa capacité à agir militairement en Iran pour prévenir d’éventuelles attaques  et empêcher l’Iran d’acquérir des capacités nucléaires d’ordre militaire.

Comment arrêter les tirs de roquettes sur Israël ? Selon le Times of Israel, le Chef d’Etat-major aurait aussi affirmer que l’armée israélienne aurait à réoccuper la bande de Gaza si Israël voulait arrêter tous les tirs de roquettes depuis le territoire contrôlé par le Hamas. «  C’est un dilemme que nous traitons chaque semaine ; Nous avons la possibilité de le faire… Cela nécessite une décision stratégique. »

A nouveau 12 milliards de Shekels pour la guerre contre l’Iran. Le 1er ministre Netanyahou et le ministre de la Défense M. Yaalon ont demandé et obtenu un budget de près de 3 milliards de dollars pour préparer les moyens de lutte et une attaque éventuelle d’Israel contre les installations du programme militaire nucléaire de l’Iran en 2014. Le montant est le même que celui alloué pour les mêmes objectifs en 2013.

La Russie menace de changer de politique à l’égard des pourparlers en cours  avec l’Iran sur le nucléaire, si la communauté internationale sanctionne la Russie en Crimée. Un haut diplomate russe affirme que Moscou pourrait changer sa position dans les pourparlers nucléaires iraniens compte tenu des tensions avec l’Occident en Ukraine. En réponse aux mesures prises contre la Russie par les Etats-Unis et l’UE à la suite de l’annexion de la Crimée, le pouvoir russe met en garde l’occident :   C’est ainsi que le Vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergei Ryabkov a déclaré mercredi, à l’Agence de presse Interfax que la Russie ne voulait pas utiliser les pourparlers nucléaires iraniens pour « soulever d’autres enjeux », mais serait peut-être poussé à le faire en réponse aux actions envisagées par les États-Unis et l’Union européenne.

L’annexion de la Crimée par la Russie en dépit des accords internationaux pourrait inciter le régime iranien à ne pas signer d’accord avec la communauté internationale sur le dossier nucléaire. Il faut rappeler qu’en 1994, en contrepartie du transfert de ses armes nucléaires hors du pays, l’Ukraine a signé un accord de sécurité garantissant sa souveraineté territoriale avec les USA, la Grande Bretagne et la Russie. Les derniers évènements en Crimée jettent un discrédit sur les accords internationaux dont pourrait chercher à tirer profit le régime iranien,  estiment de nombreux spécialistes israéliens cités dans les médias.

Dossier nucléaire iranien. Pression démocrate et républicaine sur le président Obama. 83 sénateurs américains ont demandé au président Obama d’interdire à l’Iran d’enrichir de l’uranium et des garanties pour que le régime iranien ne puisse jamais avoir les moyens d’obtenir l’arme nucléaire. Les commentateurs israéliens font remarquer que sur 100 sénateurs, les 3/ 4 d’entre eux, républicains mais aussi démocrates veulent affermir la politique de l’administration Obama face à l’Iran.

L’Iran n’est pas prêt à faire des compromis estime Hillary Clinton.  Selon le Washington post, qui cite la probable future candidate démocrate à la course à la Présidence, « les chances de parvenir à un accord global ne sont pas bonnes « . « Je suis aussi personnellement sceptique quant aux capacités des Iraniens à s’y conformer ». « J’ai vu leur comportement au cours des années.  »

Si les négociations avec l’Iran échouent, « soyons clairs, » « toute autre option reste sur la table. » estime Hillary Clinton

Moshe Yaalon sommé de s’excuser par Netanyahou. A la demande des USA et du 1er ministre Netanyahou, le ministre de la Défense M. Yaalon a été contraint de s’excuser  à nouveau pour ses propos très virulent à l’égard de la politique américaine sur l’Iran. M. Yaalon a appelé son homologue américain Chuck Hagel, dans la nuit de mercredi selon les médias israéliens, et précisé qu’il n’avait pas eu l’intention de nuire aux relations américano-israéliennes,

Scandale en Israël. De hauts gradés de Tsahal arrêtés par la police. Ces arrestations de militaires de haut rang font sensation en Israël. Si tous ne sont  plus en activité, Tsahal bénéficie d’une image d’intégrité qui place cette affaire politico judiciaire à la Une des médias israéliens.

Israël Ayom sur la sellette. Le journal gratuit israélien, Israel Ayom, très favorable à la politique du gouvernement Netanyahou pourrait devenir payant.

Sheldon Adelson

Un projet de loi soutenu par l’opposition mais aussi par une majorité de la coalition actuelle du gouvernement, dont le leader d’Israel Beiteinou, demandent que le journal gratuit devienne payant. D’un point de vue médiatique, le Yediot Aharonot souffre financièrement de la parution gratuite de ce quotidien de droite libérale.

Manifestation sporadique de Haredim en Israël suite à l’arrestation d’un étudiant ultra-orthodoxe pour ne pas s’être rendu à la convocation militaire. A l’instar de ce qui se passait en France avant la suppression de la conscription militaire, les insoumis, les personnes qui n’avaient pas effectué leur service militaire obligatoire, une fois arrêtées par la gendarmerie, étaient aussitôt conduites dans une caserne militaire et risquaient jusqu’à un an de prison en cas de refus de porter l’uniforme.

Service de Presse

 

Advertisements
Catégories :Point Presse Étiquettes : , , , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :