Accueil > Point Presse > Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 18 Mars 2014

Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens- 18 Mars 2014

 

Israël en France. Obama appelle Abbas à prendre des risques pour la paix. A l’occasion de la visite du Président palestinien aux USA, le président Obama a tenu à rappeler que le temps était venu pour les deux parties de saisir l’occasion (Brèves Metro, les Echos Libération, Arte journal)

Bilan du nouveau gouvernement Netanyahou, un an après sa formation. « Après douze mois d’existence, le gouvernement « Bibi III » est déjà considéré « comme l’un des plus productifs que le pays ait jamais connu », selon l’éditorialiste Meirav Arlosoroff, du quotidien d’affaires « The Marker ». « Le gouvernement a lancé un projet de loi pour stimuler la concurrence, établi un plan de bataille pour freiner la hausse des coûts du logement, mis sur pied un comité de lutte contre la pauvreté. Et fait voter la fin de l’exemption militaire dont bénéficiaient les Juifs ultra-orthodoxes », rapporte aujourd’hui Natalie Hamou dans les Echos

A NoterAprès Libération la semaine dernière, la Croix s’intéresse aujourd’hui aux enjeux de l’élection du nouveau Grand Rabbin de France en juin prochain.

Terrorisme en France. 2 ans après l’école juive d’Ozar Hatorah de Toulouse et la tuerie de Montauban.

Latifa Ibn Ziaten : son combat pour éviter d’autres Mohamed Merah. La mère de la première victime du terroriste islamiste, le parachutiste Imad Ibn Ziaten, a tenu à témoigner ce matin sur Europe 1, deux ans après les massacres de Toulouse et de Montauban.  « Je ne pardonne pas ce qu’il a fait : c’est impardonnable. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’éducation ou de famille qu’on devient assassin. Il nous a laissé une souffrance à vie : pour nous, pour sa famille. Il a sali le nom de l’islam », estime Latifa Ibn Ziaten.

Moyen-Orient. « Le Qatar au cœur d’une crise diplomatique. » Interrogé aujourd’hui par la Croix, le chercheur Medhi Lazar s’exprime sur le rappel par l’Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis et Bahreïn de leurs ambassadeurs présents au Qatar,   accusant le Qatar de s’ingérer dans les affaires des pays voisins.

C’est la position adoptée par le Qatar vis-à-vis des Frères musulmans qui, selon lui, a créé un schisme. Mais « le Qatar ne risque pas grand-chose car il est protégé par l’accord de défense avec les États-Unis, renouvelé en décembre. Concrètement, l’Arabie saoudite ne peut pas envahir le Qatar. Elle peut fermer sa frontière terrestre, mais ne peut pas établir un blocus naval, à cause de la base américaine, située au Qatar. C’est une ligne rouge. » (Propos recueillis par Agnès Rotivel).

Contexte Proche et Moyen –Orient.

Crimée, Iran, Malaysia Airlines et processus de paix. Il faut noter que les médias israéliens ne font pas de la visite du leader palestinien aux USA, la Une de l’actualité du jour en Israël. La situation en Crimée et l’attitude des USA vis-à-vis de la Russie préoccupent davantage les commentateurs israéliens. Mais l’annexion proclamée ce matin de la Crimée par Vladimir Poutine n’est, selon les spécialistes israéliens, qu’une victoire à court terme de la Russie.

A la fin, c’est les USA qui gagnent. Selon les médias israéliens, la Russie ne pourra pas résister longtemps au boycott économique imposé par les USA et l’UE. Au final, la position américaine devrait l’emporter et préserver les frontières de l’Ukraine, hors la Crimée.

Pourquoi  la Russie négocie sur le dossier nucléaire iranien. A l’aune du coup de force russe en Crimée malgré l’indignation internationale, les spécialistes israéliens s’interrogent sur les objectifs russes à propos des négociations sur le programme militaire nucléaire de l’Iran.

La Russie n’a aucun intérêt à voir le Moyen–Orient déstabilisé. La course à la prolifération nucléaire qu’entrainerait l’accès à la bombe atomique par l’Iran déstabiliserait l’ensemble du Proche et du Moyen-Orient. Mais au même titre que les USA et l’UE, les intérêts économiques et politiques russes en seraient desservis. C’est pourquoi les analystes estiment que la Russie pourrait contribuer, de manière non nuisible,  à la résolution du programme militaire nucléaire de l’Iran.

Yaalon se méfie des USA sur le dossier iranien. Il faut noter une nouvelle fois la très virulente critique du ministre de la Défense Yaalon contre la politique menée par le Président Obama sur le dossier iranien. Selon lui, « Israël ne peut s’appuyer sur les Etats-Unis pour contrecarrer le programme nucléaire iranien, accusant l’administration américaine de faiblesse. » Il faut rappeler que le 1er ministre Netanyahou a récemment enjoint Moshe Yaalon à s’excuser publiquement pour ses propos tenus contre l’action de John Kerry au Proche-Orient.

L’Iran derrière la disparition du Malaysia Airlines ? L’ensemble des médias israéliens tentent de décrypter le trajet de l’avion et de ses 239 passagers mystérieusement disparus.

« On craint que l’avion malaisien disparu ait atterri en Iran et  soit utilisé comme avion kamikaze pour des attentats terroristes.« , aurait confié un ancien chef de la sécurité d’El Al à la chaîne américaine Fox News. Depuis cette disparition pour l’instant inexpliquée, selon Ynet qui cite le ministre israélien des Transports, les autorités israéliennes auraient renforcé les procédures d’entrée des avions étrangers dans l’espace aérien israélien.

Abbas à Washington.  Nous avons déjà reconnu l’Etat juif, à plusieurs reprises, estime Mahmoud Abbas et nous souhaitons de nouvelles libérations de prisonniers comme geste de confiance de la part d’Israël, notamment celles de l’ancien chef des Tanzim palestinien, Marwan Barghouti et d’Ahmed Sa’adat, l’ancien leader du FPLP.

Pas un mot sur la fin des négociations. Les spécialistes israéliens remarquent que le leader de l’Autorité palestinienne n’a pas évoqué la date limite des négociations du 29 avril prochain. C’est peut être le signe, selon eux,  de l’acceptation par les Palestiniens de la poursuite de négociations jusqu’à la fin de l’année, comme le souhaitaient les USA.

Nabil Shaath se dit prêt à la reconnaissance de l’Etat juif mais à la fin des pourparlers seulement, confie le haut responsable palestinien à la radio israélienne Reshet Bet.

L’UE contre le boycott d’Israël. « L’UE est opposée au boycott des entreprises israéliennes. Nous ne voulons pas voir Israël isolé », a déclaré la chef de la diplomatie de l’UE, C. Ashton.

Nous sommes dans la partie la plus cruciale des négociations, estime le président Pérès évoquant la visite du Président Abbas aux USA,  et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour qu’elles continuent. La base est claire, deux Etats pour deux peuples. Il y a une nette majorité en faveur de cette solution. Les négociations sont difficiles et parfois, il semble qu’il y ait seulement deux options mais souvent il y en a plus, les négociations sont un processus de création. Nous attendons tous la paix, c’est le désir des peuples israélien et palestinien. »

Tensions entre la Jordanie et Israël. Le président Pérès présente ses excuses à la Jordanie pour tenter de désamorcer l’atmosphère hostile qui sévit en Jordanie contre Israël, suite à la mort d’un juge jordanien d’origine palestinienne au passage Allenby la semaine dernière.

Un opposant syrien au régime Assad,  Kamal Al Labwani demande l’aide militaire israélienne pour renverser Assad selon le quotidien arabe Al-Hayat cité par Times of Israel.

Sans transitions.

Tensions au sein de la coalition gouvernementale. 1 an après la formation du gouvernement, Yaalon, Bennett les grands gagnants de la coalition ? Selon les médias israéliens, le leader du Foyer Juif N. Bennett aurait déclaré qu’il n’était pas question d’envisager la libération de nouveaux prisonniers palestiniens. Du point de vue politique, certains médias israéliens estiment que le ministre de la Défense, M. Yaalon, serait parvenu à se positionner comme un éventuel recours au Premier ministre actuel, auprès de la droite nationaliste et du Likoud. N. Bennett aurait quant à lui réussi à imposer ses promesses de campagne au gouvernement actuel.  

Agenda diplomatique. Le Premier ministre Netanyahou se rendra en juin en Australie. Ce sera la première visite officielle de Benyamin Netanyahou en Australie.

Prime Minister of Australia Tony Abbott (left) meets with Prime Minister Benjamin Netanyahu during a the annual meeting of the World Economic Forum (WEF) in Davos, January 23, 2014. (Photo credit: Kobi Gideon/GPO/Flash 90)

Service de Presse

 

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :