Accueil > Point Presse > Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens 14 Mars 2014

Israël et Moyen-Orient: Revue des Médias français et israéliens 14 Mars 2014

« Pourim va nous aider à oublier les sirènes » témoignent des habitants du sud d’Israël. Si de nombreuses festivités organisées en plein air ont dû être reportées à dimanche en raison des pluies diluviennes, les Israéliens refusent de laisser la pluie et les roquettes gâcher les festivités de Pourim

Israël en France. Il est à noter que les journaux télévisés de 20h de TF1, France 2 ou d’Arte diffusés jeudi soir, n’ont toujours pas rendu compte du bombardement massif d’Israël depuis Gaza par le Djihad islamique. Aujourd’hui, seul le quotidien La Croix consacre un article à cette actualité.

Dossier nucléaire iranien. « En finir avec les sanctions. » Le Magazine de la rédaction de France Inter consacre son édition de dimanche aux vertus économiques des levées des sanctions contre l’Iran. Ce reportage en Iran de Christian Chesnot diffusé brièvement aujourd’hui, met en avant la parole d’industriels iraniens, qui tiennent à souligner, l’importance pour la France et son secteur automobile, que pourraient avoir une levée totale des sanctions internationales contre l’Iran. Il faut rappeler que la communauté internationale se réunit lundi pour faire le point sur les négociations de Genève et l’application de ses modalités par le régime iranien.

Contexte Proche et Moyen –Orient.

Début des fêtes de Pourim. Après une semaine de forte pluie,  une température hivernale est annoncée pour le week-end de Pourim, déplorent aujourd’hui les médias israéliens. Le lac de Tibériade a vu son niveau s’élever de  6 cm et de la neige est présente sur le mont Hamon.

« Pourim va nous aider à oublier les sirènes » témoignent des habitants du sud d’Israël. Si de nombreuses festivités organisées en plein air ont dû être reportées à dimanche en raison des pluies diluviennes, les Israéliens refusent de laisser la pluie et les roquettes gâcher les festivités de Pourim. Les médias israéliens montrent combien nombreux sont les enfants à se déguiser aujourd’hui. Les écoles et les municipalités du Sud d’Israel ont décidé de maintenir toutes les festivités de Pourim prévues, malgré la récente escalade de la violence le long de la frontière de Gaza.

« Nous frapperons durement ceux qui tentent de détruire notre joie de Pourim », a prévenu une nouvelle fois le 1er ministre Netanyahou.

Pérès envoie les bons vœux de Jérusalem à tous les enfants du Sud. Le président Pérèss a invité des enfants des écoles maternelles du sud d’Israël a participé aux fêtes de Pourim organisées par la Présidence de l’Etat d’Israël à Jérusalem.

Peres

Israël  sur le qui-vive. Malgré la trêve obtenue grâce à la médiation égyptienne entre Israël et les groupes armés palestiniens du Hamas et du Djihad islamique, les autorités israéliennes craignent que la liesse habituelle des fêtes de Pourim ne soit perturbée par de nouvelles attaques à la roquette ou des attentats contre Israël.

Le Djihad islamique attaque Israël malgré la trêve. 17 nouvelles roquettes ont été tirées par les groupes de terroristes de Gaza vers le sud d’Israël après l’annonce de la trêve. En représailles, l’aviation israélienne a attaqué 7 cibles terroristes dans la bande de Gaza.

L’ensemble des médias s’inquiètent des tensions qui sévissent encore dans le Sud d’Israël.  Car une nouvelle roquette s’est abattue sur Israël vendredi matin.

La sirène code rouge. Nombreux sont les médias israéliens qui rendent compte de la vie sous la menace des roquettes de plus d’un million et demi d’Israéliens dans le sud d’Israël et de leur course aux abris dès que retentit la sirène code rouge.   

Dome de fer, le bouclier qui sauve des vies. Tsahal a décidé de déployer de nouvelles batteries anti missiles Iron dome, pour intercepter en vol les roquettes  palestiniennes lancées contre les villes israéliennes depuis Gaza. Selon le chef d’Etat-major de Tsahal, Benny Gantz, Dome de fer a été déployé près des villes de Beersheba et d’Ashdod.

Kerry critique Netanyahou. « C’est une erreur », titrent les médias israéliens, citant les mots de John Kerry évoquant la demande de reconnaissance publique d’Israël en tant qu’Etat juif.

S’adressant devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat américain, le Sécrétaire d’Etat estime que la demande répétée du 1er ministre israélien faite aux Palestiniens, de reconnaitre Israël comme l’Etat du peuple juif, a obligé le président palestinien à se positionner contre.

Il s’agit d’une erreur tactique, qui, selon John Kerry, ne laisse aucune marge de manœuvre au leader palestinien. Les Palestiniens rejettent cette revendication, soulignant qu’ils ont déjà reconnu Israël en 1993 et que reconnaitre  l’« Etat juif » compromettrait le droit des réfugiés palestiniens à rentrer chez eux.

Le 1er ministre Netanyahou n’aurait pas dû conditionner cette demande à la poursuite des pourparlers, ajoute John Kerry.  Selon le négociateur américain, il aurait été préférable de faire cette demande de manière confidentielle, au sein des négociations, et non publiquement.

Kerry : Israël déjà reconnu en tant qu’Etat juif en 1947, 1988 et en 2004.  Selon John Kerry, rapportent les médias israéliens, Israël fut déjà reconnu en tant qu’Etat juif en 1947 par les Nations Unies, dans la résolution 181 où, selon John Kerry, il y aurait plus de 40 fois  la mention de « l’État juif ».

Selon ces assertions américaines qui font aujourd’hui débat dans la presse israélienne, Yasser Arafat aurait aussi accepté à mots couverts le caractère juif d’Israël dès 1988, et en 2004, lors de la reconnaissance mutuelle.

UE : Je ne comprends pas qu’on appelle cela un boycott. Dans une interview, l’ambassadeur auprès de l’UE, Lars Faaborg-Andersen déclare que  » les colonies de peuplement ne font pas partie des frontières internationalement reconnues d’Israël. C’est pourquoi elles sont exclues de notre programme de coopération. ». Et d’ajouter « Nous permettons que les produits des colonies viennent sur le marché européen, mais ils ne bénéficient pas de la préférence douanière qui profitent aux produits israéliens normaux, car selon lui, ils ne font pas partie d’Israël. Si quelqu’un appelle cela un boycott ou considère cela comme une sanction, je dois dire que je ne  comprends pas »,  affirme l’Ambassadeur de l’UE en Israël.

Service de Presse

Publicités
Catégories :Point Presse Étiquettes : , , , , ,
  1. 17 mars 2014 à 2311 00

    Toujours une joie de lire vos articles

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :