Accueil > officiel > NETANYAHU A FABIUS : LE CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN EST LA CONSEQUENCE DE L’INSTABILITE AU MOYEN-ORIENT ET NON LA CAUSE.

NETANYAHU A FABIUS : LE CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN EST LA CONSEQUENCE DE L’INSTABILITE AU MOYEN-ORIENT ET NON LA CAUSE.

 

Rencontre  du Premier ministre Benjamin Netanyahu avec Laurent Fabius le 25 aout 2103 à Jérusalem.

 

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré le dimanche 25 août  le  ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius qui effectuait  une visite éclair.  Etait également présent le ministre israélien délégué aux Affaires étrangères, Zeev Elkin.

Benjamin Netanyahu a débuté la rencontre par la déclaration suivante  à l’adresse de Laurent Fabius.

« Je sais  que la France partage notre préoccupation quant aux évènements qui se déroulent actuellement en Syrie, évènements que l’on peut qualifier de tragiques.   Je pense que ce qui se passe en Syrie  constitue un très grave crime que le régime de Damas commet à l’encontre de son propre peuple. Tout cela est choquant, ces atrocités doivent cesser.

Je me permets de souligner cependant que le régime de Bachar Assad n’agit pas seul. L’Iran et son bras armé,  le Hezbollah, se trouvent sur le terrain des opérations et en prêtant main forte à la Syrie, ils jouent un rôle actif et capital dans cette guerre.   En fait on peut dire que le régime du dictateur syrien est devenu le vassal de l’Iran et la Syrie constitue un laboratoire d’essais pour l’Iran ;  et le monde entier a les yeux tournés vers eux.

L’Iran observe et attend de voir quelle sera la réaction (du monde) face à l’utilisation d’armes chimiques. Il nous est donné de constater à travers le cas syrien,  que les régimes extrémistes n’ont aucun scrupule et n’hésitent pas à faire usage d’armes chimiques même à l’encontre de civils innocents et contre  leur propre population.  Cela confirme une fois de plus, s’il le fallait, qu’en aucun cas, il ne faut   permettre aux régimes les plus dangereux d’acquérir les armes les plus dangereuses au monde.  Car finalement ces régimes radicaux n’hésiteront pas à en faire usage  et il est de notre devoir de leur barrer la route et de  les empêcher de se procurer de telles armes. Je fais là,   bien évidemment  allusion à   l’Iran et à ses innombrables et incessantes tentatives de se doter de l’arme nucléaire.  Il ne faut en aucun cas que l’Iran y accède.

Ce qui se passe en Syrie démontre parfaitement  ce qui risque de se produire,   au cas où l’Iran parviendrait à acquérir  des armes plus dangereuses encore.  A mon avis,  la situation en Syrie est  révélatrice d’une autre vérité et nous montre l’ampleur et la profondeur de  la tourmente  qui secoue actuellement   le Moyen-Orient.

Nous constatons que  la région entière, du Maroc à l’Afghanistan, se trouve plongée   dans l’agitation, l’horreur et s’en trouve totalement  déstabilisée. Cette instabilité est endémique et ne trouve aucunement racine dans  quelque conflit que ce soit,  mais découle  d’un rejet du modernisme, d’un rejet de la pondération et de la  sagesse, d’un rejet du progrès, et d’un rejet des solutions politiques et pacifiques. Cet état de choses constitue en fait la racine  du problème au Moyen-Orient et fait ainsi peser une lourde menace sur nous tous  à savoir sur les régimes modérés et raisonnables, sur Israël, sur l’Occident, et sur tous ceux qui n’acceptent pas le dogmatisme inflexible prôné par les radicaux.

Je tiens à remettre les pendules à l’heure, car durant trop longtemps,  trop nombreux étaient ceux qui pensaient que l’instabilité du Moyen-Orient  était inhérente   au problème  israélo-palestinien. Je tiens à dire haut et fort, que  le problème israélo-palestinien, n’est pas la  cause de l’instabilité du Moyen-Orient,  il en est l’une des résultantes. Le conflit qui oppose Israéliens et Palestiniens n’est en fait que l’une des conséquences  de l’instabilité régionale  et des troubles qui frappent le Moyen-Orient. Il n’en n’est que l’une des  manifestations  parmi tant d’autres.

Quand bien-même nous aurions fait la  paix avec les Palestiniens, les centrifugeuses en Iran continueraient de tourner, la guerre ne cesserait point en Syrie,  cela ne mettrait pas fin à l’instabilité en Afrique du Nord  ni aux attaques contre l’Occident.

Nous voulons la paix pour la paix. Nous aspirons à la paix  car nous voulons vraiment des relations pacifiques avec nos voisins palestiniens, et nous désirons vivre en paix ;  quiconque a connu la guerre en connait  aussi les terribles conséquences  et sait ce qu’il en coûte de vivre dans un pays privé de paix.

Nous sommes bien conscients que cela  ne mettra pas un terme à tous les problèmes de la région. Ces problèmes sont beaucoup trop profonds, trop nombreux et requièrent des solutions  très complexes, mais tôt ou tard il nous faudra les résoudre.

Je souhaite m’entretenir avec vous  de tous ces problèmes et vous faire part de notre désir de paix avec les Palestiniens, vous parler de  la situation en Syrie, de l’instabilité qui sévit dans la région, et par-dessus tout,  je voudrais avoir la certitude que l’Iran  ne puisse en aucune manière acquérir l’arme nucléaire et prospecter avec vous  tous les moyens de l’en empêcher , et ce dans l’intérêt  de nos deux pays.

Je vous souhaite Monsieur Fabius  la bienvenue à Jérusalem. »

Traduction de l’hébreu : Betty Harel 

Publicités
Catégories :officiel Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :