Accueil > Divers, France-Israel > LA MONTAGNE DES JUSTES : INAUGURATION D’UN LIEU DE MEMOIRE A CHAMBON-SUR-LIGNON LE 3 JUIN 2013

LA MONTAGNE DES JUSTES : INAUGURATION D’UN LIEU DE MEMOIRE A CHAMBON-SUR-LIGNON LE 3 JUIN 2013

Par Betty Harel 

Plaque attestant de la reconnaissance de milliers de juifs au Chambon sur Lignon.

Plaque attestant de la reconnaissance de milliers de juifs au Chambon sur Lignon.

A l’heure où l’on entend tant ,  autour de soi,   parler de haine, de guerres, d’effusions de sang, de manifestations sanglantes,  il  est bon de  savoir que des hommes simples , courageux  et modestes  qui se portèrent au secours d’hommes persécutés, sont aujourd’hui reconnus et leurs actes de bravoure répertoriés et exposés dans un Mémorial à Chambon-sur- Lignon.

Que nous évoque le nom  Chambon-sur- Lignon?  Un petit village situé sur le plateau Cévenol qui, entre 1940 et 1944, fut  un sanctuaire de la résistance civile et un ilot d’espoir et de vie pour  plusieurs milliers de Juifs qui y furent accueillis et cachés durant les persécutions nazies.

En effet pour les habitants de Chambon-sur-Lignon et des villages voisins du Plateau du Vivarais  (Haute Loire)  d’origine huguenote (protestante),  animés  par la  devise qu’ils firent leur ;  « nous ignorons ce qu’est un Juif, nous ne connaissons que des hommes »,    aider son prochain est  une évidence. Sous l’inspiration insufflée par les  pasteurs Trocmé et Theis,  plusieurs centaines d’enfants et d’adolescents  juifs furent mis à l’abri par les villageois et pris en charge par des réseaux de sauvetage. Les villageois sauvèrent ainsi  des centaines de Juifs  d’une mort certaine et ce, au péril  de leur propre vie ; il est bon de signaler qu’aucune dénonciation n’y eut lieu.  Pour ces actes de sauvetage et de bravoure,  il fut décerné,  le 5 septembre 1988,  à titre collectif et   à  l’ensemble des habitants du Chambon-sur-Lignon, la distinction de « Justes parmi les nations ».  Cet exemple  d’attribution collective par l’Etat d’Israël, est sans précédent. C’est la plus haute distinction civile, décernée  en signe de gratitude  à ceux qui sauvèrent des Juifs, des griffes nazies. 

Depuis, le nom de Chambon-sur –Lignon est devenu  un symbole dans la mémoire juive en Israël et dans le monde  et occupe une place unique  dans l’histoire du sauvetage des Juifs de France.  

Les derniers témoins vivants se faisant de moins en moins nombreux, il était impérieux,  pour Madame Eliane Wauquiez-Motte, maire  du Chambon-sur Lignon,   de  mettre sur pied, dans sa commune,  un lieu de mémoire  retraçant l’histoire du village et de ses habitants.   Elle œuvra  sans compter à la réalisation  de ce projet de longues années durant,  bravant sur son passage  certaines réticences. Son projet pris enfin corps et  le 3 juin 2013 fut inauguré ce lieu de mémoire et de vie, en présence d’anonymes venus rendre hommage aux habitants du plateau  et de nombreuses personnalités. On comptait, parmi elles, la ministre déléguée chargée  de la réussite éducative,  George-Pau Langevin ;  Edith Cresson, ancienne Premier ministre ;  l’ambassadeur d’Israël en France, S. Ex. M. Yossi Gal et  Samuel Pisar, ambassadeur honoraire auprès de l’Unesco, ayant, comme il le dit «  lui-même une dette personnelle auprès des habitants du plateau  qui ont sauvé la branche française de sa famille ».
« Au moment où la tradition orale s’évanouit peu à peu, nous nous devions de préserver l’histoire de ce passé exceptionnel pour le transmettre aux jeunes générations ». Tels sont les propos tenus par Madame Wauquiez-Motte, lors de son discours d’ouverture de ce lieu de mémoire.

Faisons, à présent,  une brève présentation de cet espace de 400 mètres carrés qui n’est pas  soulignons-le,  un musée : il est composé d’un parcours muséographique en huit séquences historiques et d’un espace mémoriel  dans lequel le visiteur peut découvrir une vingtaine de témoignages audiovisuels retraçant la vie et le parcours de ceux qui ont été sauvés, ainsi que de leurs sauveurs.  Il véhicule  une très forte fonction pédagogique et éducative et porte haut et fort le message  de la mémoire citoyenne,  tout en y célébrant la fraternité entre humains.

Pour conclure, et comme l’a déclaré l’Ambassadeur d’Israël : « Lors de la seconde guerre mondiale, l’Etat d’Israël n’avait pas encore été créé, il n’existait pas alors de lieu de refuge pour les Juifs victimes de la haine antisémite, et voués à la mort. Pourtant, en France, le Chambon-sur- Lignon a servi de refuge à des milliers d’entre eux ».  

La phrase  tirée du Talmud « Quiconque sauve une vie,  sauve l’univers tout entier »  gravée  sur la médaille des Justes, revêt à Chambon-sur-Lignon,  toute sa signification et son importance.

 

Nous vous invitons également à prendre connaissance du discours (dans sa version intégrale) prononcé  par l’Ambassadeur d’Israël lors de cet évènement.

 

Inauguration du Lieu de Mémoire

CHAMBON-SUR-LIGNON 2013

 

 

Madame le Ministre,

Madame le Maire,

Messieurs les Ministres,

Monsieur le Sénateur,

Messieurs les Présidents,

Chers Amis,

 

Je suis extrêmement ému de participer à l’inauguration de ce lieu de mémoire au Chambon-sur-Lignon.

En tant qu’Ambassadeur d’Israël en France, je considère comme « une mission sacrée » ce lien avec « les Justes parmi les Nations ».

En arrivant en France, j’ai étudié l’histoire du Pasteur André TROCME et de son épouse Magda. J’ai lu l’histoire du cousin du Pasteur, Daniel TROCME, qui est mort à Maidanek en avril 1944, et je n’oublie pas la réponse du Pasteur André TROCME au Préfet : « Nous ignorons ce qu’est un Juif, nous ne connaissons que des hommes ».

C’est la raison pour laquelle j’ai immédiatement répondu positivement à votre invitation à assister à cette cérémonie au Chambon-sur-Lignon.

Je suis venu ici cet après-midi pour vous dire que nous, les Juifs et l’Etat d’Israël, sommes et serons toujours reconnaissants aux habitants de ce village et de cette région, pour ce qu’ils ont accompli ensemble pendant la guerre, au péril de leurs vies.

Trois mille six cent cinquante-quatre (3654) Justes français ont été reconnus à ce jour par l’Etat d’Israël.

Soixante-cinq (65) d’entre eux étaient originaires de la région du Chambon, trente-deux (32) résidaient dans le village même du Chambon-sur-Lignon.

Fait unique en France, c’était le 5 septembre 1988 que « les habitants du Chambon-sur-Lignon » ont reçu cette reconnaissance et cette distinction de l’Etat d’Israël pour leur conduite morale pendant la guerre.

La commune du Chambon-sur-Lignon occupe donc une place exceptionnelle dans l’histoire du sauvetage des Juifs de France.

Par dizaines, des familles du Chambon et des communes du plateau ont donné abri aux enfants juifs, au péril de leur vie.

Aujourd’hui, les témoignages de cette époque sont exposés dans ce lieu précis, afin que les générations se souviennent du courage de leurs aînés, afin que leurs descendants soient fiers de l’action héroïque de leurs parents, durant la période la plus sombre de l’histoire de l’humanité.

Il est important de rappeler que ce titre de « Juste parmi les Nations » est l’unique distinction civile de l’Etat d’Israël, et que l’Etat d’Israël est le seul habilité à le décerner officiellement.

Lors de la seconde guerre mondiale, l’Etat d’Israël n’avait pas encore été créé, il n’existait pas alors de lieu de refuge pour les Juifs victimes de la haine antisémite, et voués à la mort. Pourtant, en France, le Chambon sur Lignon a servi de refuge à des milliers d’entre eux.

Dans toutes les régions de France, des Justes ont eu le courage de s’opposer au régime nazi, mais l’une des spécificités du Chambon-sur-Lignon est le fait que les habitants se soient tous unis pour défendre des Juifs.

Cette particularité est révélatrice du caractère des habitants du plateau. Quand l’idéologie nazie, relayée par le régime de Vichy, cherchait à répandre la haine des Juifs, les habitants du Chambon ont, eux, écouté leur cœur.

Leur courage et leur indépendance d’esprit, ainsi que les fortes valeurs bibliques qui les nourrissaient, leur ont servi d’antidote contre le poison de l’antisémitisme.

Ils savaient que plusieurs millénaires auparavant, des tyrans s’étaient levés et avaient appelé à l’extermination du peuple Juif.

A l’époque des lois antijuives et du port de l’étoile jaune, les habitants du Chambon se sont conduits de façon héroïque.

Aujourd’hui, les survivants et leurs descendants sont là pour témoigner de leur courage et de leur amour du prochain, qui les animait pendant les années de guerre.

Grâce à ce lieu de mémoire, on se souviendra que cette extermination planifiée, systématique et sans appel, s’est faite au cœur de l’Europe des Lumières et des Droits de l’Homme.

Les véritables lumières ont été celles des Justes parmi les Nations, celles des habitants du Chambon-sur-Lignon.

Ces Justes parmi les Nations n’ont pas seulement sauvé des milliers d’innocents d’une mort certaine, ils ont également sauvé la dignité humaine et l’honneur de leur pays.

Cette grandeur d’âme est caractéristique des Justes parmi les Nations, et mon pays, Israël, éprouve une immense admiration et une gratitude éternelle envers eux.

C’est pourquoi Israël inscrit leur nom pour l’éternité, au mémorial de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem.

Six ans après l’entrée des Justes de France au Panthéon et l’inauguration du Mur des Justes au Mémorial de la Shoah, je suis fier d’assister à la naissance de ce nouveau Lieu de Mémoire à Chambon-sur-Lignon, l’un des plus mérités au monde.

Je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour que ce lieu exceptionnel puisse voir le jour.

Merci à vous tous.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :