Accueil > France-Israel, officiel > Rencontre entre le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor LIBERMAN et son homologue Français Laurent FABIUS

Rencontre entre le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor LIBERMAN et son homologue Français Laurent FABIUS

ISRAEL MFA

23 Juillet 2012

Jérusalem

 

Le ministre israélien Avigdor Liberman a fait part à son homologue français Laurent Fabius que bien que des éléments radicaux dans de nombreux Etats du Moyen-Orient ont gagné en force, le « printemps arabe »  a aussi révélé de nouvelles forces des jeunes, instruits et libéraux.

Ces forces comprennent que leur problème n’est pas le sionisme israélien ou les Juifs. Mais qu’il s’agit de la pauvreté, de l’énorme fossé entre la majorité de la population et un petit groupe qui détient les richesses par l’exploitation inéquitable des ressources naturelles et de la division injuste du revenu de ces ressources.

Le plus grand danger pour ces nouvelles forces est le radicalisme et les groupes militants identifiés avec le djihad, l’Iran et Al Qaida.

Le ministre israélien a confié à son homologue français, que la France pourrait avoir un rôle important, voir historique dans le façonnement de l’avenir du Moyen-Orient. La France pourrait être un pont entre les forces de ces jeunes, libérales et l’état d’Israël. Israël serait heureux d’accepter les services de la France dans l’organisation de réunions et d’établir un dialogue avec les forces nouvelles. Ce lien pourrait faciliter à créer de la compréhension fondée sur des valeurs humaines et universelles.

Les deux ministres des affaires étrangères ont également discuté de la Syrie.

Avigdor Liberman a déclaré qu’Israël s’est abstenu de toute sorte d’intervention, au-delà de celle exprimée de la volonté israélienne d’étendre l’aide humanitaire aux blessés. Cependant, toute tentative de transfert d’armes chimiques de la Syrie vers  le Hezbollah sera considéré comme le franchissement de la ligne rouge ; Israël n’hésitera pas et réagira si cela se produit.

Avigdor Liberman a également soulevé la question de l’écrivain algérien Boualem Sansal, qui devait recevoir le prix du roman arabe.

Les commanditaires, les ambassadeurs à Paris des pays de la Ligue des États arabes, ont décidé d’annuler la cérémonie et de retirer le prix à la suite de la participation de Sansal à l’International Writers Festival à Jérusalem en mai.

Le ministre israélien à remis au ministre français une lettre dans laquelle il demande au gouvernement de la France d’aider Sansal, qui vit à Paris, et de soutenir publiquement sa position concernant la discussion et le dialogue entre Israël et les États arabes. Pour Liberman : «  c’est le devoir moral du gouvernement français. »


Gaby FARKAS   

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :