Accueil > Divers, France-Israel > Jean Glavany refuse de débattre avec des experts sur son rapport biaisé « la Géopolitique de l’eau »

Jean Glavany refuse de débattre avec des experts sur son rapport biaisé « la Géopolitique de l’eau »

Paru sur JSSNEWS, le 5 Mars 2012

Par Jonathan-Simon Sellem 

http://jssnews.com/2012/03/05/jean-glavany-refuse-de-debattre-avec-des-experts-sur-son-rapport-biaise-la-geopolitique-de-leau/

 

C’est le député parisien, Claude Goasguen qui avait fait éclater l’affaire au grand jour. Avec un communiqué publié sur JSSNews, celui qui est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs des droits de l’homme en France a mis le feu à un scandaleux rapport rédigé par Jean Glavany.

Ce rapport qui a pour thème la « Géopolitique de l’eau », a pour ambition, sur au moins 20 pages, de délégitimer l’Etat d’Israël.

Bien connu pour ses positions parfois radicales à l’égard d’Israël (pays dont il se dit quand même « ami »), Jean Glavany a donc fait de son mieux pour retranscrire autant que faire se peut, son point de vue biaisé sur la situation de l’eau dans le conflit israélo-palestinien. Problème : ni les palestiniens, ni les israéliens ne sont d’accord avec lui quand il écrit que l’Etat Juif et son rapport à l’eau son révélateur d’un « nouvel apartheid » au Moyen-Orient.

Ce rapport tendancieux, fabriqué grâce à la propagande extrémiste d’organisations qui luttent pour la disparition d’Israël, se fonde également sur un document de la Banque Mondiale sur l’Eau datant de 2009, celui-ci ayant été officiellement dénoncé par de nombreuses institutions israéliennes  et internationales pour son contenu inexact, trompeur et incomplet. Mais jamais on a laissé Israël se défendre en corrigeant de manière officielle ces rapports, ou au moins en y apportant des informations complémentaires.

Comme le rappel lorganisation française Siona, Glavany nous présente une version populaire des conceptions erronées faites sur l’Eau en Judée et Samarie.

« Les 450 000 colons israéliens installés en Cisjordanie utilisent autant, voire plus, d’eau que les quelque 2,3 millions de Palestiniens. Ils sont prioritairement desservis en période de sécheresse. Cette utilisation s’effectue clairement en violation du droit international […] « . En réalité, la consommation en eau des 340 000 « colons » (et non pas 450 000) tombe sous attribution israélienne en accord avec les quantités décidées par les deux parties dans les Accords d’Oslo de 1995. Ainsi, leur consommation d’eau n’affecte d’aucune manière les ressources Palestiniennes, car elle n’y prend pas source.

Mais nous pourrions rédiger un livre complet pour expliquer à Jean Glavany qu’il est dans le faux. Certains points sont cependant à mettre en avant comme le fait que la répartition de l’eau est le fruit d’un accord international signé par Israël, l’OLP, la Russie, la Jordanie, les Etats-Unis et l’Egypte. Nous pourrions également souligner que, non-seulement Israël honore ce traité, mais qu’en plus il livre à moindre prix des quantités d’eau supplémentaires aux palestiniens.

A ce propos, nous pourrions également inviter Jean Glavany à regarder a vidéo suivante, produite par le CRIF à propos de l’émission « Un Œil sur la planète ». La vidéo démonte presque tous les points du rapport en quelques minutes :

Enfin, et toujours à propos de ce rapport, on se souvient des mots de Jean-Glavany, dans l’hebdomadaire israélien Hamodia qui expliquait que la réaction de certains députés qui ont voté en faveur du rapport, notamment Lionel Luca, le faisait « marrer » car « même lui a voté en faveur du rapport. »  Oui mais non : dans un lettre envoyée à l’Ambassadeur d’Israël en France, Lionel Luca se dissocie de cette terrible accusation « d’apartheid » : « Pour ma part, je ne saurais souscrire à ces propos sans nuances. »

On notera d’ailleurs que lors de ce même entretien avec Hamodia, Glavany n’a eu aucune honte en inventant un procédé israélien qui veut que l’Etat Juif « a mis en place des panneaux routiers ou il est écrit « interdit aux véhicules palestiniens. » Bien heureux celui qui pourra montrer une photo de ce panneau !

Dès lors, lorsque JSSNews a reçu une invitation pour nos journalistes à se rendre à une conférence de presse, destinée aux journalistes étrangers en France, avec la présence de Jean Glavany pour mettre en avant son rapport, nous avons été surpris. D’autant plus étonné qu’en plus de Jean Glavany, un autre invité sera sur la tribune : Michel Morzière, un responsable de l’organisation Amnesty International, ONG pas toujours honnête, aux yeux des israéliens, pour ses rapports parfois ambigus.

Surpris par le fait que Glavany souhaite une fois de plus se mettre en avant, en se faisant soutenir par une organisation internationale, pour montrer les mérites d’un rapport erroné à de quoi mettre mal à l’aise. Et le fait que ce soit une journaliste turque qui organise la conférence (Mirna Jammal), met un point d’interrogation de plus sur le bien fondé de cette réunion. Surtout quand on connaît les problèmes entre Jérusalem et Ankara.

Nous sommes donc entré en contact avec l’Ambassade d’Israël à Paris ou un diplomate bien informé nous a éclairé sur la situation. Selon lui, « nous avons eu connaissance de cette conférence de presse et avons été invité à y participer. Mais finalement, l’organisatrice est revenue vers nous avec une mauvaise nouvelle : Jean Glavany a mis son véto à notre présence. Ce dernier, pour accueillir un représentant officiel ou un expert israélien qui pourrait les manipulations et erreurs de son rapport, souhaite la présence obligatoire d’une contre-partie palestinienne.«

L’ambassade n’ayant rien à caché, donne son accord et explique que, « même si ce sera du « deux contre un », Israël ne dissimule rien et ne cherche pas à donner des informations inexactes. Ainsi, la représentation israélienne à Paris serait heureuse qu’un palestinien prenne part aux débats. »

L’organisatrice de l’évènement est donc entré en contact avec les officiels palestiniens en France qui eux, ont refusé de venir débattre. De quoi ont-ils peur après-tout ? On ne peut qu’imaginer que le rapport, bien trop en leur faveur, ne soit faux et que la presse internationale ne puisse dès lors plus en parler.

« Madame Jammal est donc revenu vers l’ambassade » explique le diplomate à JSSNews, « pour nous dire que, dès lors, la présence israélienne n’est pas la bienvenue. »

Pour tenter de trouver une solution équitable, l’ambassade propose alors l’organisation d’une conférence suivant celle de Jean Glavany, dans laquelle « Sammy Ravel, numéro deux de la diplomatie israélienne à Paris, pourra répondre des lourdes accusations portées » contre l’Etat Juif. Mirna Jammal donne son accord mais prévient : « les invitations ont déjà été envoyées. » Ainsi, les journalistes ne pourront êtres invités à rester que lors de leur arrivée sur place. Les israéliens n’ont plus qu’à espérer que les journalistes n’ont pas prévu quelque chose d’autre dans leur emploi du temps déjà chargé !

Au final, cette affaire montre bien le côté obscur de Jean Glavany et de son rapport. En refusant de discuter, en refusant d’avoir le courage de mettre ses écrits à l’épreuve de la vérité, Jean Glavany laisse planer un doute sur la bonne foi de son rapport. A t-il quelque chose à cacher ?



Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :