Pendant la trêve, la guerre des chiffres se poursuit entre Tsahal – l’armée de l’Etat hébreu -, le Hamas, le Jihad islamique ainsi que les Comités de résistance populaire, qui prétendent avoir gardé leurs rangs quasiment intacts. Les pertes israéliennes sont facilement vérifiables puisque les enterrements ont eu lieu en présence d’un large public : le porte-parole de Tsahal reconnaît avoir perdu 64 soldats lors de l’opération «Bordure protectrice». En revanche, du côté palestinien, c’est beaucoup plus flou.

http://www.liberation.fr/monde/2014/08/11/a-gaza-la-guerre-des-nombres-est-declaree_1079164